On y était : Festival Insane 2016


reportinnominate

Le Parc des Expositions à Avignon ? C’est le lieu où plus de 15 000 festivaliers se sont retrouvés, le samedi 9 avril, pour profiter de la deuxième édition de l’Insane. Ce festival, qui a donc vu le jour l’an dernier, a la particularité d’être l’un des premiers gros évènements musicaux français de l’année ! Il était donc inconcevable de rater cette nuit de folie pour tous les amoureux de la musique électronique, d’autant plus qu’une bonne cinquantaine d’artistes des quatre coins du monde ont fait le déplacement pour partager leur passion avec une foule déchainée.

reportworldtrance

Parce que oui, la deuxième particularité de ce festival, c’est la diversité. Pas moins de 5 scènes sont proposées : la World Trance Stage (qui est, comme son nom l’indique, dédiée à la trance), la Warehouse Stage (techno), la Nuage Stage (chill/deep), la Pandemic Stage (hardcore) et enfin la Ground Stage (bass music). Sans compter le Camion Bazar également sur place ! Attention, notre reportage décrit le déroulement de notre soirée, vous verrez donc que nous avons passé beaucoup de temps sur certaines scènes, et très peu (voire pas du tout) sur d’autres…

reporthilighttribe

Contrairement à de nombreux festivaliers coincés dans les bouchons, nous arrivons assez tôt grâce à notre bus « spécial Insane » que nous avions pris à Toulouse quelques heures plus tôt. A peine arrivés, nous récupérons nos bracelets VIP et apprenons que nous avons alors accès à toutes les scènes, bingo ! Un tour du festival s’impose alors, une bière à la main (Haribo étant partenaire du festival, on nous offre également des bonbons, et ça c’est cool). Après être passés devant les stands merchandising et de restauration, direction la World Trance Stage pour assister à la performance de Hilight Tribe. Notre première réaction, surement identique à celle de tout le public, est de lever les yeux pour admirer la beauté du décor (on vous laisse juger deux photos au dessus). Après avoir pris pas moins de 30 minutes pour ranger leurs nombreux instruments, nous échangeons quelques mots avec le groupe français, très sympathique. Au tour du petit protégé de Pleiade de s’exercer : Comah ! La foule a répondu présente, alors qu’il est seulement 20h. Voir depuis la scène le nombre de flashs s’allumer lorsque résonnent les premières notes de « Sparties », c’est vraiment imprésionnant. On en profite par ailleurs pour discuter un peu avec Billx et Floxytek, qui se préparent pour présenter leur nouveau projet Moontrackers. Présentation réussie, le public est conquis !

reportcomah

On quitte la Trance, direction le chapiteau de la Pandemic Stage ! Darktek est sur scène. Alternant paroles drôles et kicks violents, le français a été fidèle à lui-même et a chauffé la foule. Place maintenant à un duo que beaucoup de monde attend… Innominate ! I:Gor et Igneon System enfilent leurs masques et envoient leur hardcore industrial pendant 1h. Quelle violence ! C’est un avis purement subjectif, mais pour nous, ils ont réalisé la meilleure performance du festival… De nombreux artistes étaient présents lors de ce set et ont tous apprécié, à l’image de Dr. Peacock, Darktek ou N-Vitral. C’est d’ailleurs ce dernier qui prend possession des platines. Les gros noms s’enchainent sur cette scène hardcore. Unexist, puis Neophyte… Avant le « b2b » le plus attendu de la soirée, au vue du chapiteau qui ne cesse de se remplir… Dr. Peacock vs. Le Bask ! Le néérlandais au chapeau melon ne cessera de sourire et de s’éclater, tout comme son accolyte français. Nous ne savons pas qui prend le plus de plaisir entre les artistes et la foule. Juste après, les deux italiens de The Sickest Squad ont également fait le taff.

reportneophyte

Après de nombreuses heures consécutives passées sur la scène hardcore, nous décidons de changer un peu de style. Nous nous dirigeons vers la Ground Stage pour voir jouer les grands Pendulum. Enfin « LE » grand, puisque seul un membre du groupe a fait le déplacement pour jouer. Même si cela ne change pas la très bonne qualité du set, nous vous avouons être un peu déçus de ne pas avoir pu voir Rob Swire. Fini avec la drum’n bass, place au dubstep. Dubstep lourd et violent comme nous aimons… Spag Heddy ! Nous pouvons voir « seulement » la première demi-heure, parce que la Pandemic Stage nous appelle de nouveau ! En effet, ça va augmenter en bpm avec la terrorcore du grand Noisekick. Muni de son horrible masque (mais stylé !), il nous achève tellement c’est rapide et violent. Mais tellement bon !

reportnoisekick$

Retour quelques minutes à la Ground Stage pour voir Midnight Tyrannosaurus. Dubstep violent comme pour Spag Heddy… Yes ! La fatigue se ressent, les douleurs au dos et aux jambes sont présentes. Avant de partir, nous revenons une dernière fois sur notre scène préférée, vous vous doutez de laquelle on parle… Hardcore ! Les deux membres de Destructive Tendencies clotûrent la Pandemic Stage, devant une foule toujours aussi imposante. Les deux anglais ne souhaitent pas partir et n’hésitent pas à déborder en jouant une dizaine de minutes supplémentaires, pour notre plus grand bonheur. Nous partons à 6h30, après en avoir pris plein les yeux et plein les oreilles.

reportdestructivetendencies

On tient à remercier Yoann, Nassim et toute l’équipe organisatrice de l’Insane pour nous avoir fait confiance, ainsi que tous les artistes qui se sont donnés à 100% pour nous faire passer cette soirée inoubliable. Merci à Aurélien pour avoir organisé le transport en bus depuis Toulouse. Et enfin merci aux plusieurs milliers de fêtards qui ont fait le déplacement afin de profiter tous ensemble de ce festival à la hauteur de toutes nos attentes. Et surtout d’avoir prouvé que festivalier ne rime pas avec irresponsabilité. Cette deuxième édition de l’Insane a été une réussite… A l’année prochaine !

Crédit photo : Oce-B

Publicités

3 réflexions sur “On y était : Festival Insane 2016

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s