On y était : Les Déferlantes 2017 !


Crédit Photo : Garnements

Aujourd’hui, on découvre un festival ! Et pas des moindres, puisqu’il s’agit des Déferlantes. Pour fêter ses 10 ans, le festival nous a contactés pour que l’on soit de la partie… Imaginez à quel point notre réponse positive ne s’est pas faite attendre ! Nouvel événement pour nous, on vous raconte notre festival passé :

Samedi 8 juillet, on monte (à pied !) la longue côté qui mène au Parc de Valmy. Un beau château, « Déferlantes » marqué sur la colline en grosse lettres blanches à la manière hollywoodienne… On est sur la bonne route ! Arrivés sur les lieux, Lise nous accueille et nous dirige vers l’espace presse où se trouve Thierry. Il nous explique que le festival est une grande famille, et que nous en faisons désormais partie ! Petit tour du festival, et on n’est pas déçu ! Le site est vraiment joli et ombragé. Par contre, il fait les cuisses avec ses grosses montées ! En haut, se trouve la scène « El Bosqué » dédiée à la techno. La vue y est magnifique : on peut y voir la mer, ainsi que le beau château Valmy, situé à côté des deux scènes principales « Mer » et « Paul Mas ». Mais non, nous ne sommes pas à Disneyland mais bien aux Déferlantes !

L’arrivée des festivaliers / Bobby Allin

Place à la musique maintenant ! Petit Biscuit s’exerce devant une foule déjà conséquente. Alors que nous l’avons déjà vu jouer une semaine avant lors du Garorock 2017 (notre report est à retrouver ICI), ses deux sets sont très similaires. Mais, pourquoi changer une performance quasi-parfaite ? Entendre ses cartons « Sunset Lover » ou « Jungle » est toujours un régal. On trouve ça fou de faire autant bouger le public, avec un style musical aussi calme et transportant… Merci Mehdi ! Petite pause sushis au VIP, avant d’aller voir Renaud sur scène. Il est vrai que le français n’a pas beaucoup de rapport avec Valliue, mais c’est l’occasion ou jamais pour nous de voir une de ses performances scéniques ! Un peu fatigué derrière son micro, il parvient à captiver le public venu très très nombreux pour lui.

Petit Biscuit / Bobby Allin

22h, l’heure pour nous de partir en conférence de presse, pour poser quelques questions à Feder ! Alors qu’on ne compte plus les interviews que nous avons réalisées, cette conférence est une première pour nous. On ne va pas vous mentir, c’était un peu intimidant de se retrouver aux côtés de grands médias comme NRJ pour réaliser un travail commun. On demande au français sa définition de la musique électronique (comme d’hab !) et on discute de sa collaboration avec Julian Perretta. En suivant, on va voir la fin de Boulevard des Airs, puis l’intégralité de Jain. La jeune toulousaine réalise un véritable show sur scène et n’a pas volé son ascension rapide ! Pour clôturer cette intense première journée du festival, on finit en beauté… Feder ! Il annonce les couleurs de ses premières notes, en passant son tube « Goodbye » en intro. Pour notre grand bonheur, il passe également un remix de « I Can’t Stop » de Flux Pavilion. Son set est varié, et ses références sont similaires aux nôtres : « Fuego » d’Alok, du Paul Kalkbrenner… Le Niçois nous aura fait plaisir ! Le Jour 1, c’est fini !

Feder / Bobby Allin

Retour au Parc de Valmy ce dimanche 9 juillet, pour la deuxième journée des Déferlantes 2017. On ne va pas vous mentir, ce jour représente celui qui nous intéresse le moins car l’électro s’y fait rare (« seulement » sur la scène El Bosqué). Dès notre arrivée, on croise trois personnalités connues du grand public, mais qu’on ne pensait pas voir ici : Rémi Gaillard, Mathieu Madénian et François-Xavier Demaison ! On apprendra plus tard que le festival reçoit chaque année quelques célébrités dans le public. L’anecdote peut sembler inutile, mais elle reflète vraiment l’ambiance positive de cet événement. Du côté des scènes, on vous avoue ne pas avoir suivi grand chose, car tout ceci ne rentre pas vraiment dans la ligne électronique de Valliue, on s’en excuse ! Par contre, on peut vous dire qu’il était sympa de retrouver les tubes « People Help The People » et « Skinny Love » de Birdy ! Sting a également été extraordinaire. Peu importe les goûts musicaux de chacun, le britannique ne peut laisser personne indifférent. « Englishman In New York », de nombreux autres cartons planétaires… Wouah ! Quelques dizaines de minutes après, nous rentrons, car LA journée des Déferlantes pour nous, c’est demain !

Sting / Bobby Allin

C’est parti pour le troisième et avant-dernier jour des Déferlantes ! On arrive tôt, pour la conférence de presse d’Ibrahim Maalouf. Malheureusement, le jazz-man a eu des problèmes d’avion, et la conférence se voit donc reportée à quelques heures plus tard. Pour couronner le tout ? Un gros orage nous plonge dans l’obscurité et la grêle frappe le Parc de Valmy. On croise les doigts pour que ça ne dure pas très longtemps, et que cette belle journée musicale soit maintenue. En attendant, on s’abrite en conférence de presse avec d’autres journalistes et on s’occupe comme on peut ! Ce festival est vraiment convivial, c’est un régal. Ibrahim Maalouf arrive pour la conférence, les questions fusent pendant un gros quart d’heure. Le ciel bleu reprend sa place au dessus de nos têtes… Place à la fête ! 18h30, Kungs prend possession des platines. Le jeune français ambiance la foule pendant une bonne heure, en passant par exemple ses tubes « This Girl » et « Don’t You Know ». Il nous aura fait également plaisir avec la magnifique track « Adieu » de Tchami.

Ibrahim Maalouf / Bobby Allin

En suivant, c’est au tour d’Ibrahim Maalouf. Le style change, mais c’est toujours aussi agréable ! Le trompettiste nous partage l’étendue de son talent, et nous invite à chanter avec lui pour « Red & Black Light ». Des frissons garantis, comme pour « True Sorry ».  Les House Of Pain prennent le relai à 21h, avec un show énergique. Pour clôturer leur passage, ils finissent logiquement avec leur plus gros succès « Jump Around ». Le déjanté Iggy Pop fait son apparition ! A peine arrivé sur scène, le septuagénaire saute directement dans la foule, souple pour son âge ! Sa posture atypique (due à une jambe plus courte que l’autre) fait tout le charme du personnage. Une prestation très intense, l’américain aura donné ses tripes jusqu’à la dernière seconde de son concert. Ce n’est pas étonnant de le voir porté par son équipe à la fin de son show, tant il a dépensé d’énergie ! Alors que les Archive démarrent, on en profite pour aller souffler un peu à l’entrée du VIP. C’est là que nous recroisons Ibrahim Maalouf, et que nous échangeons quelques mots avec les très sympathiques House of Pain. On aperçoit également Iggy Pop, sur la banquette arrière d’une voiture, nous saluer avec sa main. Une camionnette arrive à 5mn du début du dernier set, où on peut voir la silhouette d’un artiste que l’on attendait impatiemment…

DJ Snake / Bobby Allin

Comme il l’a dit lui-même… « Mesdames et Messieurs, DJ Snake est de retour à la maison » ! Le parisien fait partie des têtes d’affiche du festival, et il assume l’attente qu’il suscite ! En intro, il tabasse la foule avec une track violente ! En suivant, c’est le remix de « Follow » de Zomboy qui nous retourne le crâne. Autant les artistes qui se sont succédés au Parc de Valmy ont été très très bons, autant on sent que le DJ français est au dessus de tout. Après, on vous l’accorde, c’est une question de goût et de couleur ! L’artiste passe son super morceau « Pigalle », ainsi que ses tubes « Lean On » et « Get Low ». Les effets visuels sont également au rendez-vous, avec de nombreuses projections de fumée et de feu. Fidèle à lui-même, le parisien prend son micro pour adresser un message de paix et montrer son amour pour la France. En suivant, il réalise le moment le plus émouvant du week-end : un hommage pour l’un de ses plus grands fans, Jérôme, décédé en décembre. Alors que la foule illumine le ciel avec leurs briquets et scandent le prénom du regretté jeune homme, Snake fait monter sur scène la maman, munie d’un drapeau à l’image de son fils. Un moment irréaliste et très clairement touchant. C’est le moment choisi pour lancer sa magnifique track « Here Comes The Night », avec le remix de Junkie Kid en second drop. Vraiment beau et émouvant, un grand monsieur ! Pour clôturer ? « Middle », « Let Me Love You », un Wall Of Death sur « In The Pit » et une Marseillaise. MERCI !

DJ Snake / Bobby Allin

Dernier jour de cette édition des Déferlantes… Déjà ! Comme d’habitude, on arrive à l’espace presse pour saluer les journalistes présents, toujours une bonne ambiance ! Pendant ce temps-là, c’est Mat Bastard (connu également pour avoir été le chanteur de l’ancien groupe Skip The Use) qui joue sur scène. En suivant, la toute mignonne Calypso Rose ! La tête d’affiche de la soirée, Manu Chao, arrive à son tour. Sur scène pendant plus de 2h (infatigable !), il fait le bonheur des festivaliers qui se sont déplacés en nombre pour le voir. Complètement euphorique, on peut même apercevoir plusieurs pogos dans la foule. De notre côté, on retourne souffler un peu au même endroit que la veille. En pleine discussion avec la sécurité (très agréable, merci pour votre gentillesse et les dizaines de minutes passées ensemble !), on croise Calyspo Rose, qui prend le temps de faire un gros bisou accompagné d’un calin à chacun de ses fans… Vraiment une chouette personne ! On attend l’arrivée des Die Antwoord pour pouvoir (peut-être ?) échanger quelques mots. Arrivés quelques minutes après, on n’aura pas pu les aborder mais on les aura vu passer avec toute leur équipe… Allez, c’est déjà ça !

Manu Chao / Bobby Allin

On retourne donc dans la foule pour voir le show des Sud-Africains. On arrive à se faufiler jusqu’au premier rang afin d’apprécier le concert des Die Antwoord de la meilleure des manières. Le son est très puissant, c’est la première fois qu’on doit mettre des bouchons d’oreilles (pour vous dire, on en n’avait pas mis contre les caissons de Noisekick à l’Insane 2016). « Fatty Boom Boom », « I Fink U Freeky »« Baby’s On Fire« … Un régal du début à la fin ! Impossible de tenir en place lors du drop dubstep de « Never Le Nkemise 2 ». Pour finir en beauté, quoi de mieux que de clôturer le festival avec « Enter The Ninja » ? Les Déferlantes 2017, c’est déjà terminé ! Le festival a fêté ses 10 ans comme il se doit, avec une superbe programmation pour une très belle édition. On est très heureux d’avoir participé à ça, alors… Pourquoi pas y revenir l’an prochain ?

Die Antwoord / Boby Allin

Un grand merci à Lise de nous avoir proposé de participer à cette édition, à Thierry et Géraldine pour leur accueil et leur professionnalisme, aux autres journalistes avec qui nous avons échangé, à l’équipe de sécurité agréable, aux artistes ayant rendu cette édition quasi-parfaite, aux bénévoles ayant travaillé pour le bon déroulement du festival, et enfin aux nombreux festivaliers ! Les Déferlantes… 10 ans, et toutes ses dents !

(Petit clin d’œil à l’agent de sécurité près du VIP pour sa joie de vivre malgré un rôle compliqué à tenir, ainsi qu’à sa collègue ! Petit big-up également aux équipes de Radio Campus 66 et Radio Campus Montpellier. Pour finir, merci à Oce-B, membre de Valliue, qui a rendu cette édition 2017 encore plus merveilleuse !)

Crédit photo : boby / On a trouvé les photos vraiment magnifiques…

Publicités

Une réflexion sur “On y était : Les Déferlantes 2017 !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s