On y était : Insane Festival 2017


C’était le 6 mai, l’un des événements les plus attendus de l’année à Toulouse… l’Insane Festival ! Alors que ses deux premières éditions se sont déroulées à Avignon (nous avions réalisé un report de l’Insane Festival 2016), les organisateurs ont décidé de migrer leur festival dans la ville rose. On ne va pas vous mentir, ça nous arrangeait bien ! Plusieurs scènes, une programmation monstrueuse… Retour sur notre longue soirée passée :

On arrive au Parc des Expositions vers 17h, soit un peu après l’ouverture des portes. Déjà pas mal de monde dans la file d’attente, le public s’est déplacé en masse ! Apres quelques minutes et deux fouilles de la part de la sécurité (on n’est jamais trop prudent…), on entre dans l’enceinte du festival, et l’on récupère nos pass presse. Ca y est ! L’équipe de l’organisation est très accueillante, souriante, mais également assez stressée. On se rend compte qu’il y a eu quelques imprévus, et que tout ne s’est pas passé comme ils le voulaient.

On crédite notre carte Insane pour pouvoir boire un coup lors de cette soirée, et comme d’hab… On fait un tour de l’enceinte une bière à la main ! A la fois on est excité et heureux d’en prendre déjà plein les oreilles, à la fois on est un peu déçu visuellement… Les scènes sont décevantes par rapport à l’année dernière en terme de décor, et il en manque certaines. En effet, pas de présence du camion bazar et de la scène « silencieuse », contrairement à ce qui était annoncé. On commence à comprendre pourquoi l’organisation n’était pas satisfaite à 200%. Tout se confirmera quelques jours après avec un communiqué effectué par l’équipe de l’Insane, pointant du doigt les obstacles imposés par l’Etat et d’autres orgas. Soutien à l’Insane !

Lorenzo / Valliue

Pour commencer notre tour des concerts, on se dirige vers la Live Stage ! Dario Rossi, assis sur la scène comme à chacune de ses représentations, fait des percussions sur des casseroles, tout simplement. Cela peut paraître farfelu et décalé, mais l’Italien a un véritable talent et manie son matériel avec une vitesse impressionnante et une maîtrise incroyable. Dans le rythme et la puissance de sa performance scénique, on en oublierait presque que sa prestation n’est pas électronique ! En backstage, nous rencontrons un sacré personnage : Lorenzo. Rappeur faisant le buzz sur YouTube ces derniers mois avec ses vidéos drôles, son rap décalé et son flow ! Muni de son t-shirt « Brazzers » (non, on insère pas de lien pour ce mot, désolé !), de son jogging moitié OM moitié PSG et de son bob Pokemon, il échange quelques mots avec nous. On peut vous dire qu’il est pareil dans ses vidéos et dans la réalité. Du saaale mamène ! Après plusieurs minutes de retard, il monte sur scène avec ses potes, dont certains de Columbine, et bien évidemment le Poto Rico. La foule est euphorique, tout le monde s’éclate (nous aussi !). Les rappeurs dégagent beaucoup d’énergie sur scène, et ont décidé de bien rigoler ! Le poto Rico décide de kiffer en sautant sur la foule avec un bateau gonflable (à la Steve Aoki !) alors que les autres arrosent la foule avec des bouteilles d’eau. Lorenzo termine avec son célèbre « Freestyle du Sale », chanté par la foule entière. Le top !

World Trance Stage / Valliue

On rencontre le jeune et talentueux Teho, que nous avons interviewé quelques mois avant (c’est à lire ICI). On n’a malheureusement pas pu voir son passage, mais des potes sont allés voir son live sur la Warehouse Stage. L’une des meilleures performances de la soirée selon eux ! On se dirige vers la stage World Trance pour le passage de Vini Vici. L’Israélien a décidé de changer les plans en réclamant de jouer plus tôt. Cela ne nous arrange pas du tout puisque nous loupons F.Noize, mais il faut faire des choix. Incontestablement, la scène trance est de loin la plus belle, avec une grosse structure représentant une architecture orientale. Musicalement, c’est le pied. Leur remix de « Free Tibet » fait des ravages. Petite mention spéciale à leur mashup incluant « Children » de Robert Miles, qui décédera quelques jours après (paix à son âme…).

Maissouille / Valliue

On se dirige dès à présent vers le style musical que nous préférons : le hardcore. Direction donc la Pandemic Stage ! Un duo prestigieux s’y exerce : Maissouille vs. Radium ! Quand on associe deux gros noms individuellement, le b2b ne peut être que fracassant. Notre pote Maissouille est content de nous voir sur scène lors de son passage, et ça fait plaisir ! 21h à peine, la salle est déjà bien bien remplie, et les bpm très intenses. Radium, habillé de son tshirt « Johnny Clash », profite du moment et s’ambiance devant les milliers de festivaliers déjà présents. Le normand Maissouille se donne à 200% derrière les platines (comme toujours !) et réalise un set technique et maîtrisé. Sa frenchcore fait du bien, et sa track « Blackpearl » nous a fait péter un câble (vidéo ICI). Ce b2b fait sûrement partie des meilleures moments (pour nous), de cette édition 2017 de l’Insane Festival. Les deux français passent le relai au néerlandais SRB : la terror est au rendez-vous ! C’est également le moment pour que Mc No-iD fasse son apparition. Il mettra l’ambiance sur la Pandemic, jusqu’à la fermeture des portes. Le talentueux photographe Jordan Marchand est également sur place ! En suivant, on ralentit le rythme. En effet, c’est Warface qui prend possession des platines. On pensait que la différence de tempo allait se ressentir et être dérangeant, mais finalement non. Sa Raw passe parfaitement, et le public adore !

Warface / Valliue

Le néerlandais laisse sa place à un gros nom italien… Mad Dog ! On passe donc vers un hardcore plus mainstream (mais qualitatif) ! Comme d’hab, il propose un set puissant et maîtrisé. Son remix de Ameno, Ama Shishi, les classiques s’enchaînent… Logiquement, il laisse sa place au plus célèbre des artistes du milieu… RAISE YOUR FIST FOR ANGERFIST ! Pour une performance live, il est accompagné de son pote Bloodcage au micro. L’excitation est à son comble, et le hall est blindé. Il fait chaud ! Pas besoin d’en dire plus sur le hollandais, tout le monde connaît déjà ! Certains peuvent le critiquer, nous on pense que c’est grâce à lui que le monde du hardcore s’ouvre de plus en plus en France (EMF par exemple). Donc rien que pour ça, respect et merci !

Angerfist Live / Valliue

Au tour du duo incontournable du Festival Insane… Pour la 3ème année consécutive, Dr. Peacock et Le Bask s’allient pour faire danser le public de l’Insane. Toujours autant attendus, ils n’ont toujours pas déçu, c’est devenu un peu comme une marque de fabrique de la scène Pandemic ! Fluidité, linéarité, violence… Tout y est ! On commence à fatiguer (petits joueurs)… On décide de changer de style quelques minutes, en allant vers la scène Bass pour voir jouer les Dirtyphonics ! Un pur régal de les revoir sur Toulouse quelques années après ! Dubstep, drumstep, drum’n bass… Le duo français (Pitchin et Charly) défonce le hall et la foule est très réceptive ! Nos amis d’Electro News ne peuvent pas nous contredire, vu qu’ils kiffent le moment autant que nous. Pour terminer leur performance, ils décident de laisser un petit message politique (à ce moment, nous sommes à quelques jours des présidentielles) en lançant un « La jeunesse emmerde le Front National » ! On revient à la Pandemic Stage, pour voir le grand Partyraiser ! Un plaisir d’entendre « Sound Become One » par exemple, ou encore de nombreuses tracks qui tabassent. La terror d’Angernoizer clôture la scène hardcore, on a pris une gifle ! L’insane 2017 c’est fini, on rentre fatigué musculairement, mais après avoir passé un festival (majoritairement hardcore pour nous, vous l’aurez compris) de folie !

Dirtyphonics / Valliue

Pour résumer, on peut dire que malgré les problèmes rencontrés par l’organisation (restrictions etc), l’équipe de l’Insane a su garder la tête haute, et proposer un sacré événement. Avec des moyens malheureusement limités, la soirée s’est tout de même résumée en un mot : MONSTRUEUSE. La sécurité a également bien fait son travail (avec une attitude agréable !). Un événement de cette ampleur à Toulouse est aussi l’occasion de croiser tous les copains : un plaisir de revoir Karnage Records, Lord Of Core, Dreadful League, EDM French News, ABS Records, Dusk DNB, Felckin

Vous voulez revivre l’Insane 2017 sous un autre angle ? On vous suggère le vlog de Felckin et le report d’Electro News !

Un grand merci à toute l’équipe de l’Insane qui nous a fait confiance et très bien accueillis, et plus particulièrement à Emilie. Merci aux artistes qui ont déchaîné les foules, à la sécurité qui a été très agréable et professionnelle, et aux milliers de festivaliers qui se sont éclatés autant que nous dans la bonne humeur. La team organisatrice se penche déjà sur l’édition 2018 avec de nombreux projets… Pourquoi pas un week-end entier dédié à l’Insane ? Dans tous les cas, on sera là !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s