On y était : Third Party @ Opium Club Toulouse !


thirdparty

Samedi dernier, les Third Party étaient de passage à l’Opium Club Toulouse ! En tant que fan d’Electro House, et plus particulièrement de Progressive-House, c’était un rendez-vous à ne pas manquer… Et on ne l’a pas manqué, car le directeur du club nous a gentiment filé des pass. Après l’Inox Club et le Bikini, c’est la première fois que nous nous déplaçons à l’Opium dans un but journalistique, et espérons que cela continuera encore et encore.

Pourquoi cela ? Parce que l’Opium Club Toulouse est une valeur sûre ! Proposant également des soirées hip-hop, nous allons nous intéresser au côté électro, en lien avec notre site. Situé en centre-ville de Toulouse (à quelques pas de Jean-Jaures, direction Jeanne d’Arc), ce club est incontournable pour les fans d’EDM. La programmation de l’année en est la preuve, où une belle poignée de DJs internationaux vont (ou ont pris en début d’année) prendre les commandes de cette boîte toulousaine en 2016. On peut citer entre autres Merk & Kremont, Florian Picasso, Third Party, Arno Cost, Shapov ou encore Max Vangeli ! La philosophie de l’Opium semble claire : il faut proposer de la qualité, et redonner une bonne image du clubbing français. Et la qualité y est ce soir, puisque ce soir, c’est Third Party !

Alors que la soirée était censée commencer à minuit, nous arrivons devant la boite à 0h20 environ. Quelques minutes plus tard, nous sommes désormais à l’intérieur. Alors que peu de clients sont présents à ce moment (c’est normal, la boîte vient d’ouvrir !), nous nous installons sur les canapés dans le coin VIP. A peine assis, l’associée du directeur vient vers nous et nous procédons à quelques présentations. Elle appelera ensuite le barman, souriant, pour nous offrir un verre. Accueillis comme des rois, nous n’en demandions pas tant ! L’amabilité et l’accueil de toute l’équipe nous met à l’aise, la suite de la soirée sent très bon ! Le public rentre petit à petit, pendant que le dj Thomas Pasko prend du plaisir aux platines. Avec un set basé principalement house, le dj résident monte petit à petit la température de la salle, afin d’accueillir les têtes d’affiches dans les meilleures conditions. Tout est maitrisé, il a fait (comme d’hab !) le taff nécessaire. On vous a énoncé de nombreux points positifs de l’Opium, on peut également rajouter Thomas Pasko dans la liste. Tous les clubs n’ont pas le luxe d’avoir un dj résident de qualité, l’Opium peut s’en vanter !

thomaspasko

Cette nuit, nous changeons d’heure, c’est important de le rappeler pour ne pas se perdre. Nous avançons d’une heure, 2h du matin devient alors 3h. C’est également le moment où nous apercevons les Third Party entrer dans le coin VIP, accompagnés du directeur de l’établissement. C’est à ce moment là que l’on apprend qu’ils ont failli ne jamais venir. Un de leurs 3 vols a pris du retard, ils ont donc raté une correspondance… Obligés de faire un « petit » détour vers Londres pour pouvoir retrouver Toulouse tard dans la soirée. Finalement c’est bon… Ils sont bien avec nous ! Après avoir pris une photo avec eux (et oui, nous sommes autant fans que vous !), on échange quelques mots. Ils nous confient alors qu’ils sont contents de se retrouver en France, car ils trouvent le public extraordinaire. L’interview ne pourra pas se dérouler par contre. Thomas Pasko envoie tellement du lourd qu’on ne peut pas trop s’entendre parler ! Nous leur posons tout de même la question phare du site, à savoir quelle est leur définition de la musique électronique ! Notre montre affiche 4h, c’est à eux…

thirdpartbras

Third Party prend les platines, c’est parti pour 2h ! La boîte est pleine, et la foule excitée par le passage du résident est désormais euphorique. Le duo annonce la couleur en balançant une intro fracassante, ils ne sont pas venus pour rien… Le public est venu en masse, on peut même apercevoir quelques pancartes affichant le logo de Third Party. Au bout d’une demi-heure de set, celui-ci tend petit à petit vers un style progressive-house. Leur live devient alors violent ET beau. Les musiques, plus belles les unes que les autres, défilent en masse, liées par des transitions maîtrisées. Les fans de Size (comme nous) peuvent se réjouir d’entendre des tracks comme Check This Out de Michael Brun et Still Young, ou encore Payback de Steve Angello et Dimitri Vangelis & Wyman. Les titres du duo sont également présents en nombre, à l’image de Nobody To Love, Everyday Of My Life, Nation, Waiting, ou encore leur collaboration avec Martin Garrix qui aura servi d’intro à l’Hollandais lors de l’Ultra : Lions In The Wild. Leur set est magnifique, tout le monde s’éclate. On a l’impression que tout le monde se retrouve pour passer un bon moment et oublier les problèmes de l’extérieur. Les deux anglais s’éclatent et communiquent avec leurs fans, l’habitué John Spano savoure le set du début à la fin, avec un énorme sourire qui monte jusqu’aux oreilles. Tout le monde est heureux, et la soirée est carrément réussie. Third Party nous fera un petit clin d’oeil lors de leur final, en passant One More Time de Daft Punk. Après un set très suédois, on finit sur une touche française. C’est « déjà » fini pour leur passage. Les 2h de mix sont passées incroyablement vite. Thomas Pasko reprend les platines, et continue à envoyer pour garder un rythme élevé.

ensemble

Après avoir remercié les artistes, il est temps pour nous de partir. On en a pris plein les yeux et plein les oreilles. C’était vraiment top. On ne sait même pas qui s’est le plus éclaté… Third Party, le public ou le personnel de l’Opium ? Une chose est sûre : cette soirée restera gravée et tout le monde a kiffé. On tient à remercier Amine pour nous avoir fait confiance, ainsi que tout le personnel de l’Opium Club pour leur accueil et leur amabilité. Un merci à Thomas Pasko pour avoir assuré le before et l’after comme il le fallait. Merci au public présent, et surtout un grand merci à Third Party pour leur performance, leur sourire et leur gentillesse. Pour les intéressés, vous pouvez retrouver Eddie Thoneick dès le samedi 9 avril à l’Opium. Pour nous, ce sera Florian Picasso le 7 mai ! Et il nous tarde…

Crédit photo : Yannick Marrot Photographe

Publicités

5 réflexions sur “On y était : Third Party @ Opium Club Toulouse !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s