On y était : Rampage 2019 !

© Facebook de Rampage

Le Rampage, c’est l’événement incontournable de l’année pour tous fans de Dubstep et de Drum’n Bass. Depuis maintenant 10 ans, une foule venant du monde entier prend possession du Sportaleis d’Anvers et de ses quelques 23 000 places. Et depuis l’édition 2018, la soirée est désormais devenue un festival à part entière en s’étendant sur deux nuits.

Le Rampage est donc désormais un événement avec une expérience certaine et disposant d’un public composé de fans inconditionnels, comme peu de festivals peuvent s’en vanter. Afin de parachever le tout, les organisateurs ont mis les bouchées doubles niveau line-up pour fêter les 10 ans comme il se doit. On retrouvera parmi tant d’autres Excision, Andy C, FuntCase, Dimension, Herobust et Macky Gee. Le décor est désormais planté, c’est parti pour le Rampage 2019 !

Nous arrivons sur place à 21h30 et rentrons sans aucune encombre dans l’enceinte du Sportaleis. Tous les festivaliers n’auront pas cette chance. En effet, certaines de nos connaissances arrivées sur place à 22h30 ont mis plus d’une heure à rentrer. A peine rentrés, nous faisons le tour du propriétaire, les stands de nourritures et de boissons sont présents en abondance, tout comme les toilettes pour lesquelles nous n’avons jamais attendu. Le point noir de l’organisation reviendra au système de tickets mis en place afin de payer uniquement pour les boissons. Un système qu’on retrouve dans de nombreux festivals, comme Tomorrowland, mais qui a ,ici, subi quelques déconvenues. En effet, seule une dizaine de cabines proposaient la vente de tickets, ce qui engendra une grande attente . Après avoir exploré les abords du stade, il est désormais temps de rentrer dans le vif du sujet, et de découvrir ce que les organisateurs nous ont réservés, pour cette édition si spéciale des 10 ans.

© Facebook de Rampage

Une des grandes forces du Rampage, c’est son lightshow d’une qualité impressionnante. Et cette année encore, nous ne sommes pas déçus. Une quinzaine de rangée alternant LED et spots sont disposés sur la quasi-totalité de la longueur de la fosse. L’effet est saisissant et ,lorsque les panneaux se mettent en mouvement, on se rend compte de la puissance de l’installation. On retrouve aussi des énormes écrans LED plus classiques derrière le DJ booth. Nous commençons notre soirée par le B2B entre Infekt et Mvrda. Leur Dubstep survolté résonne sur l’ensemble des nombreuses enceintes disposées tout le long de la fosse. Le public est déjà présent en masse et a hâte d’en découdre. Au fur et à mesure de leur set, 4 éléments mécaniques en forme de ventilateur commencent à s’animer. Cela parachève une scénographie d’exception à la hauteur de la réputation de l’événement.

Il est 23h20 lorsque le B2B All Star de la team Monstercat prend le relais. Composé du duo Koven, de Feint, de Muzzy et de Fox Stevenson, ce show était très attendu, et n’a pas déçu, loin de là. Un set dnb de grande qualité ou on entend notamment le remix de Fox Stevenson de la, désormais mythique, « Tour » de Macky Gee. Cette musique a un effet euphorisant assez incroyable sur la foule et dès que les premières notes résonnent, c’est tout le Sportaleis qui se met à chanter. Le petit plus de ce set est définitivement la présence de Katie Boyle, la chanteuse de Koven. Il est assez exceptionnel d’entendre des drops DN’B, suivis d’une voix live aussi juste que celle de l’Anglaise. Le quintuor formé pour l’occasion quitte la scène sur « Roxanne » de The Police, et laisse la place à Dimension. L’Anglais décide alors qu’il est grand temps de passer la vitesse supérieure en délivrant un set d’une violence inouïe. Il y joue ses propres productions comme « Generator« , la magnifique « Desire« , ou encore la très puissante « UK« . On écoute aussi avec grand plaisir des reworks dnb de « Nobody Else » d’Axwell ou de « Ghost Voices » de Virtual Self. Une prestation de très grande qualité, superbement accompagnée par le lightshow et des canons de CO2 disposés au plafond et devant la scène.

© Facebook du Rampage

Il est alors 1h20 lorsque LA star de cette édition du Rampage prend la parole au micro, comme il le fait avant chacun de ses sets. Excision monte sur scène devant une salle archie comble et qui montre une énergie et un enthousiasme assez incroyable. S’en suit 1 heure d’un set où la salle toute entière « headbangera » d’un seul homme sur les sonorités de « Throwin’ Elbows« , « Gold« , ou encore « Exterminate« . Le Canadien clôture son set par un final d’anthologie sur « Vault » et « Rumble« . Déplacer son intro en clôture du set a ajouté une vrai plus value à la prestation du Canadien qui aura littéralement détruit la salle anversoise et qui la quitte sous une ovation exceptionnelle. La lourde tâche de prendre la relève de la superstar canadienne revient à un duo composé de deux très grands noms de la scène dnb, Sub Focus et Wilkinson. Ils sont accompagnés d’un duo de MC qui remplira parfaitement bien son rôle et malgré cela, ce set restera comme la petite déception de la soirée. Les deux DJs enchaînent leurs plus gros succès personnels comme « Tidal Wave« , le vocal de « Afterglow« , « Take You Higher » ou leur très belle colab’ « Take It Up« . Mais malgré cela, leur prestation souffre de la comparaison avec la violence des deux sets qui l’ont précédée.

Macky Gee succède au duo à 3h20 et nous délivre un set d’une grande qualité en enchaînant les drops dévastateurs à une vitesse fulgurante. Le public répond présent sur l’intégralité du set et deviendra absolument fou lorsque « Tour » se fait entendre au bout d’une demi-heure de set. Le brouhaha est tel que même alors que le son est coupé, les murs résonnent aux sonorités du public qui hurle à ne plus en pouvoir. Ce set sonne la fin de notre première soirée au Rampage et nous nous posons dehors quelques minutes afin de faire le bilan. Nous prenons alors conscience que la réputation du festival n’est pas usurpée. La Rampage est bel et bien la plus grande fête Drum’n Bass du monde, de part son public, sa scénographie et sa programmation. Nous pensions que ce jour 1 nous emmènerait au bout de nous émotions, nous ne pouvions pas plus nous tromper.

© Facebook du Rampage

Le deuxième jour nous loupons, à regret, le set de Murdock et arrivons juste à temps pour assister au B2B entre Herobust, Dubloadz et Spag Heddy. Un B2B exceptionnel qui lancera une soirée qui le sera tout autant. Nous entendons les paroles de « Heroes« , « Don’t Let Me Down«  et surtout un magnifique « Levels« , qui donne toujours autant de frissons à entendre. Ils accompagneront un set d’une violence incroyable que nous décidons de savourer depuis les tribunes en face de la scène. En se positionnant ici, nous pouvons contempler le lightshow dans les meilleurs conditions, tout en disposant d’un espace suffisant pour danser et d’une chaleur parfaite tout le long de la soirée. Puis ce sera autour d’Andy C de nous proposer ce qui sera le meilleur set dnb du festival. L’Anglais vient accompagné de MC Tonn Piper, qu’on a l’habitude de voir à ses côtés. Le MC livrera une performance juste en laissant la violence des drops s’exprimer. Et quels drops…La salle exulte sur « Dead Limit« , ou encore sur la dernière release du producteur « Till Dawn« . Mention spéciale pour l’énorme mashup entre « Tour » et « UK« . Vers la fin du set, Andy C joue un énorme remix de « Firestarter » des Prodigy. Durant l’ensemble du festival, les hommages se sont succédés afin de rendre hommage à Keith Flint, preuve est que le mythique chanteur aura marqué tout le monde.

A 2h30 ce sera au tour du B2B entre les deux légendes de dnb DJ Hype et DJ Hazard de prendre la relève. Alors qu’on pouvait s’attendre à un set old school, c’est finalement une déferlante de basses et une démonstration de technique qui nous sont proposées. En multipliant les scratchs et en enchaînant les drops à une vitesse folle, les deux DJ mettent le public en transe. Une foule qui donne de la voix comme rarement lorsque « Mr Happy » résonne dans les enceintes à la fin du set. S’en suit une des plus belles acclamations du festival. Nous n’avons même pas le temps de souffler que le déjanté FuntCase prend place derrière les platines pour son très attendu « Audio Visual Show ». James Hazell présente pour l’occasion un nouveau masque du plus bel effet. L’ensemble des téléphones sont alors sortis et l’ambiance dans la salle passe à un autre niveau. Du haut des gradins au front row, tout le monde est debout et headbang à s’en briser la nuque. Avec l’ensemble du matériel à sa disposition, James nous balance une prestation visuelle de haute volée, certes pas à la hauteur d’un Excision, mais extrêmement travaillée. Le set, quant à lui, détruira ce qui reste des fondations du Sportaleis. Les breaks longs associés aux drops au rythme lent rendent le public littéralement fou. On assiste à un très très grand moment.

© Facebook du Rampage

Il est alors 4h30 lorsque Technique International Sound prend le relais. Et alors qu’ils jouent un set extrêmement propre que ce soit techniquement ou dans l’intensité, ce dernier sera gâché par un MC totalement à côté de la plaque. Tentant de chanter sur les drops, organisant un sit down foireux en faisant les gens s’asseoir pendant facilement plus de 2 minutes. On se met alors à contempler une nouvelle fois l’oeuvre visuelle qui s’offre à nous. Même si cela fait 2 jours et une vingtaine d’heures que nous le connaissons, le lightshow continue de faire scintiller des lumières dans nos yeux. Enfin, nous laissons le soin de parachever notre expérience au jeune prodige du dubstep, Mastadon. Les organisateurs lui ont laissé 30 minutes pour s’exprimer, et ce sera amplement suffisant pour se rendre compte de son talent du haut de ses 17 ans. Un set dévastateur où il joue notamment son remix absolument incroyable de « WTF« . En tout, ce seront plus d’une trentaine de son qui seront joués en 30 minutes devant une foule toujours aussi dense et apparemment pas décidée à rentrer se reposer. Nous prenons la décision inverse et décidons de rentrer à notre Hotel, il est alors 6 heures du matin et les sourires sur nos visages ne partiront qu’une fois le sommeil trouvé.

Nous sommes arrivés au Rampage avec une attente très grande de part les retours que nous avions eu des personnes ayant déjà pu y assister. Nos attentes ont été comblées et nous sommes ressortis de ce festival en nous posant sérieusement la question : Venons-nous d’assister au meilleur événement de musique électronique au monde ? De part sa scénographie démesurée et son public bouillant de 21h à 6h, le Rampage connait déjà peu de concurrents. Ensuite, vient la question du line up, une question épineuse tant les styles sont différents dans la musique électronique. Toujours est-il qu’il est sans doute l’un des meilleurs dans son domaine et que, pour les 10 ans, les organisateurs ont réuni la crème de la crème. La seule réponse qu’on pourra vous apporter à la question posée est que, que vous soyez fan de Dubstep et de Drum’n Bass ou non, vous vous devez de venir assister au Rampage une fois dans votre vie. Les souvenirs que vous garderez de cette expérience unique décrierons bien mieux ce que nos mots ont du mal à exprimer.

Un grand merci au Rampage pour l’invitation, aux Anversois et Anversoises pour l’accueil exceptionnel, et à toutes les personnes rencontrées durant ces deux jours pour leur gentillesse et leur énergie !

Une réflexion sur “On y était : Rampage 2019 !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s