On y était : la ZUT au Bikini !

L’avant dernière soirée dans le cadre des ZUT (Zone d’Urgence Temporaire Artistique) dans le sud de la France a rencontré un franc succès malgré les restrictions sanitaires en vigueur !

Les organisateurs KARNAGE RECORDS ont du pousser un « ouf » de soulagement lorsqu’ils ont vu la file d’attente a rallonge devant les portes du Bikini, et ce dès 23h45 : le pass sanitaire n’a pas empêché aux gens de venir faire la fête le 27 août dernier.

Après un an et demi d’attente, des images de la Lost Island plein la tête (notre report ICI), nous avons enfin marché sur le sol du Bikini vers minuit et demi. La terrasse est toujours aussi accueillante, dotée de son stand de merchandising tenu par l’équipe de KARNAGE RECORDS. A l’intérieur, un premier constat est à faire : malgré la foule qui attends dehors, la salle est déjà bien pleine, avec des fêtards d’ores et déjà collés aux grilles de devant, appréciant la prestation de Ogmah. Cette dernière était très puissante à coup de gros Hardcore Industriel, ce qui nous a mis directement dans l’ambiance !

Vient au tour du Karnage Soldier Hackash de prendre le contrôle des platines. Un de ses derniers bookings était la Koalition Hardcore Edition (notre report ICI) durant laquelle il a su chauffer le public de la plus belle des manières avec son Raw Hardstyle. Son début de set nous a offert un bel hommage aux Daft Punk, séparés depuis peu, ces acteurs qui ont forcément influencé notre DJ. À cet hommage il décide d’enchaîner avec « Darkest Hour » de Sub Zero Project & D-Block & S-te-Fan, un choix validé pour le public qui répond présent aux premières sonorités !

Le set de Hackash est parfaitement maîtrisé et progressif. La preuve en est, car il décide de nous passer du Paul Elstak, du Mad Dog avec « Reset » ou encore…. du Partyraiser, « Ode to the Godfather« , pour marquer la fin de son set.

Hackash passant le relais à Hysta, par ©Miss Jena / KARNAGE RECORDS

La transition avec Hysta se fait naturellement. Ayant débuté sur le projet Karnage Soldiers, il était obligatoire qu’elle vienne montrer tout son talent sur la scène du Bikini, fief de KARNAGE RECORDS. Pour se faire, elle a su jouer un set rempli de « classiques » tels que « Play With The Rythm » de Nosferatu, « Cocaïne » de Furyan ou encore « Solid Stigma » d’Angerfist. Elle nous a également fait écouter ses productions dont la très parlante « Fuck 2020 » mais aussi la dernière en date : « Atlantic » en collaboration avec Advanced Dealer !

La jeune française, dont la réputation à l’internationale commence à se faire de plus en plus, offrait beaucoup d’énergie sur scène et de communication avec le public. La configuration exceptionnelle du Bikini ne l’a visiblement pas plus dérangé que ça. En effet, le DJ n’était pas sur la scène principale mais bien au même niveau que la foule, comme se font les soirées In Bikini Dura Electro, dans l’ambiance d’un Boiler Room. Autre point à noter concernant la disposition du Bikini, nous avons pu apprécier la soirée depuis l’étage, habituellement fermé. C’est un énorme plus pour les fêtards, que ça soit pour danser leur meilleur hakken ou pour avoir tout simplement plus de place qu’en bas. L’ouverture de l’étage est sûrement une décision liée au COVID-19 qui, espérons le, restera en place !

Rencontrant un succès partout dans le monde par son originalité, nous n’avons plus besoin de présenter Billx. Le membre des Fant4stik est resté fidèle à lui même en alternant des sonorités Pystrance et Frenchcore. Il a su rendre hommage à son grand ami le Dr. Peacock en enchaînant « Trip to Valhalla » et « Trip To Romania« . Le clin d’oeil s’est prolongé jusqu’à son compère de toujours Floxytek en jouant la track « Boom« .

Majorité de kicks Frenchcore, toujours aussi puissante mais également des tracks qui ont su nous remémorer l’époque Hardtek qu’il a vécu avec ses compagnons des Fant4stik. Nous avons eu le droit à « Izagila » (dont vous pouvez lire notre article ICI) et ses sonorités proches de « Eclipse » et « Smash » mais également un classique en terme de Hardtek : « Czech Tekno » de Mat Weasel Busters.

L’éclectisme était encore une fois au rendez-vous du côté de Billx, qui a su nous bercer dans un set aussi varié que planant, tout en étant nostalgique !

Billx et D-Frek sont très bons amis, et ça s’est vu ! Le passage des platines a été très complice, Billx restant même quelque peu avec D-Frek sur scène pour profiter de l’ambiance explosive.

Le public, y compris nous ou les Pigminds, présents à l’occasion, attendaient la performance de D-Frek, talent en devenir de la scène française. Toujours vêtu de son plus beau costume et de ses lunettes extravagantes, le sudiste a mis tout le monde d’accord avec sa puissance.

Mix entre Hardcore et Frenchcore, il nous a servi du Angerfist (« Pissin’ Razorbladez« ) et également fait un clin d’oeil (voulu ou non?) aux derniers évènements de KARNAGE RECORDS avec « Boomshakalaka » de Lenny Dee (présent à la Lost Island), Randy & The Sickest Squad (présents à la Koalition Hardcore Edition).

L’ambiance reste folle jusqu’à la fin du set, les fêtards ayant visiblement de l’énergie à revendre après tout ce temps de privation ! D-Frek décide alors de nous emmener dans un « Un Monde Parfait » avec un édit de cette track, certainement une des plus connues de son répertoire !

Un grand merci à KARNAGE RECORDS qui a su allier plaisir de la fête et mouvement national engagé par cette soirée ZUT. La preuve en est ici qu’un line-up national est aussi synonyme d’une soirée réussie ! Un grand merci aux artistes qui ont su dérouler sur un tapis rouge tout leur talent et leur puissance, que cela soit en Indus, en Raw, en Hardcore ou en Frenchcore. Un grand merci au Bikini qui, encore une fois, a hébergé une soirée KARNAGE RECORDS. On retiendra positivement l’ouverture de l’étage pour plus d’espace, es espérant que cela soit dans les plans pour les prochaines soirées. Un grand merci aux fêtards sans qui tout cela ne pouvait pas être possible ! La foule était prête et a répondu présente, venue de Montpellier, Castres, Bordeaux ou d’Ariège. Tout le sud de la France était clairement au rendez-vous et est surement impatient, tout comme nous, de la prochaine soirée KARNAGE RECORDS qui se déroulera cette fois-ci au Rex de Toulouse ! Le programme est encore une fois plus que violent, a base d’Industriel Hardcore avec Detest, DJ Hidden, Iridium ou encore un des piliers de KARNAGE RECORDS : The Clamps. Comme d’habitude un des Karnage Soldiers assurera le show, et qui de mieux que STV pour se greffer à cette folie ! Rendez-vous donc le 16 octobre prochain pour le Karnage Records Opening !

Une réflexion sur “On y était : la ZUT au Bikini !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s