On y était : Opening de l’Arena !

18 mois de silence se sont enfin terminés les 17 et 18 septembre derniers du côté de L’Arena, à Toulouse. Retour sur cette HardArena en guise d’Opening du club pour la saison 2021-2022 !

VENDREDI 17 SEPTEMBRE

Nous sommes arrivés vers 00h45 à L’Arena pour le premier jour de ce grand opening et un premier constat est à faire : le club a bien évolué, l’entrée a été soignée avec ses deux bâtiments boisés devant lesquels nous scannons nos places. Une fois la sécurité passée, nous découvrons cette immense terrasse, déjà bien investie par les premiers fêtards.

Nous pénétrons dans la salle où HardBeat vient de prendre place aux platines, lâchant directement la track très récente « Man Of The Hour » de Radical Redemption. Pas de doute, nous sommes au bon endroit ! HardBeat fait un set explosif et ne lésine pas sur les nouveautés en jouant « Base » de Sub Zero Project. Retrouver ce jeune DJ aussi tôt dans la soirée est également une nouveauté de cette année, puisqu’il était résident à l’époque de la saison 2019 mais s’occupait de faire les closing, à coup d’Uptempo. Tandis que ce dernier assomme les nombreux noctambules à gros coup de Raw, Darktek est présent à ses côtés pour prendre connaissance des platines et chauffer la foule, tout comme le fait parfaitement bien le MC Tha Watcher.

Déjà deux heures du matin, l’heure pour Darktek de s’installer. Toujours équipé de sa casquette à l’envers, il démarre son set par un remix de « L’aventurier » d’Indochine. Son set est plus qu’éclectique, la liaison avec le Raw d’HardBeat se fait parfaitement. Darktek nous emmène ensuite sur des sonorités s’apparentant à de la Psytrance, de la Drum and Bass, puis sur de la Hardtek où l’on reconnait bien sa marque de fabrique… Il y en a pour tous les goûts ! Pendant que Lady Dammage fait un bain de foule et prends quelques photos avec ses fans à l’intérieur de L’Arena, nous profitons de la terrasse et du bar (tous deux sonorisés avec la même musique qu’à l’intérieur) afin de nous offrir une petite pause. Nous faisons très rapidement un constat en observant les habits des gens : les festivaliers ont répondu présents, des vestes Defqon, des t-shirt Snakepit et même un pull du DJ local Frenchcore/Uptempo STV !

Les dix dernières minutes du set de Darktek sont clairement une liaison pour introduire Andy The Core, puisque les BPMs n’ont fait qu’augmenter, sur des sonorités Rock que Darktek aime tant.

Très attendu, adoré en France et adorant notre beau pays, Andy The Core n’est pas venu pour faire dans la dentelle ! Ses puissants kicks Hardcore Uptempo raisonnent dans toute L’Arena et la foule est plus que réceptive à l’énergie que le DJ nous transmet ! Un pogo éclate avant même l’arrivée de la track « MOSHPIT » du DJ italien. Ce dernier nous joue ses tracks phares telles que « Hari Hari » ou encore « Crazy Things At Night » avec MBK mais encore quelques IDs et notamment un Mash-up entre « Domination » et « Still Pissin Razorbladez » d’Angerfist. Andy The Core nous a fait une véritable démonstration en connaissant sur le bout des doigts les tracks qu’il passait, ce qui a permis à la foule de savoir quand déclencher leurs cris, leurs pogos ou leur hakken !

La reine espagnole de l’Uptempo prend alors place derrière les decks et se met directement les fêtards dans la poche en jouant « Last Resort » de Warface & Deadly Guns ! L’ambiance est juste dingue, tout le monde chante et le MC Tha Watcher accompagne le tout avec grand professionnalisme. Commencer un set de cette manière n’est pas anodin et promet une grande violence… Et nous n’étions pas dupe ! Lady Dammage enchaîne les pépites : « Black Mamba« , « Crispy » de The Dark Horror (que nous avions interviewé avant le Covid, à retrouver ICI) enchaîné de la merveilleuse « XTC » de notre Soulblast national. La déferlante continue avec un édit de « Paperback« , puis la « Mamba Negra« . La fin de set est juste monstrueuse puisqu’elle décide de jouer « Jungle« , « Hai La Noi » (de NSD), « Ode To Grandfather » (de Partyraiser) et « Veneno » de MBK. C’est grâce à ce genre de set que l’on se rend compte de la qualité du système son mis en place par L’Arena !

Lady Dammage salue une dernière fois la foule et laisse place à Le French. Ce n’était pas chose facile à faire, mais Le French assure la fin de soirée en enchaînant des classiques comme « Freed From Desire » remixée à l’occasion évidemment, qui ont permis à la foule de rester dans l’ambiance. La fatigue est trop grande pour nous et décidons de quitter L’Arena afin d’acquérir un repos suffisant pour le deuxième soir !

SAMEDI 18 SEPTEMBRE

Deuxième jour de l’opening de L’Arena, nous arrivons requinqués (pas totalement, on l’avoue !) sur les coups de 00h15 afin de ne pas rater le set de Maddox qui est en mode Hardstyle Raw ! La preuve en est puisque les Sub Zero Project sont à l’honneur, avec « Burn » ou « This Is Our Church » avec Headhunterz. Certains fêtards nous semblent familiers de la veille, nous ne sommes définitivement pas les seuls courageux à avoir participé à cet opening, qui plus est était sold-out ! Maddox termine son set avec un hommage aux Daft Punk et c’est au tour de HardBeat de performer.

La plus grande difficulté pour HardBeat (hormis la fatigue) est de jouer un set différent de la veille afin d’éviter les doublons ! Tout en restant dans le même registre, ce dernier a réussi à faire remplir la salle de L’Arena avec son set Hardstyle Raw. Nous avons pu savourer « Switchblades » (un remix de Lil Peep par Rebelion et Warface), à peine sortie il y a un mois ! HardBeat est définitivement à l’affut des dernières releases en terme de Raw !

Il est déjà trois heures du matin et Rooler s’installe. Connu pour ses tracks dévastatrices et son humour déjanté, l’Italien nous fait le plaisir de venir détruire L’Arena à grands coups de kicks Raw. Équipé de son petit bob sur la tête (peut-être pour se protéger des lights incroyables de L’Arena ?), Rooler a débuté son set par des remixes de « Sweet Dreams » ou « Gimme! Gimme! Gimme! » traduisant bien son côté déjanté ! Il en vient ensuite sur des tracks plus classiques telles que « Discotek« , « Boss » (notre article ICI) ou « STRAIGHT OUTTA FUTURE » (également notre article ICI). Le set continu par des sonorités bien plus rapides que du Raw, avec notamment le refix de « Cold As Ice » d’Hyrule War, « Rocking Fire » de Radium. La foule est hyper réceptive, que ça soit à l’énergie de Rooler ou à la voix du MC Tha Watcher. C’est alors que Rooler décide alors de finir tout le monde avec une track de Terror, et pas n’importe laquelle : « Reaching For The Sky » de Noisekick !

L’équipe de Valliue attendait particulièrement la prestation de Mad Dog car nous avons eu la chance de l’interviewer quelques semaines auparavant (interview à retrouver ICI). Une de nos questions portait sur l’anthem des Masters Of Hardcore 2020 : « Magnum Opus » et c’est par cette track que le DJ italien a débuté son set, pour notre plus grand plaisir ! Mad Dog nous a offert une prestation de haute qualité, que l’on attendait tous avec grande impatience de la part d’un des meilleurs DJs Hardcore au monde. Il n’a pas hésité à faire un clin d’œil à son collègue Angerfist en jouant « Solid Stigma« . La foule a répondu plus que présente sur les tracks iconiques de Mad Dog telles que « Come Get Some« , « Reset » ou encore « In My House » !

Bien connu de l’équipe également, Maissouille vient nous démontrer tout son talent et son expérience à base de kicks Frenchcore. Le changement de style après Mad Dog s’est plus que bien déroulé car Maissouille a su alterner Frenchcore et Hardcore/Uptempo. L’interaction avec la foule était également présente de la part du Normand en lançant un clapping digne de « Trip To Iceland » et un « Wanna Play » qui n’a plus à faire ses preuves. Le catalogue de tracks étant bien fourni, Maissouille a choisi de mettre en avant « FRENCHCORE CANCAN » et « Cocaine » avec le déjanté Mr Bassmeister !

Le French vient clôturer cette soirée et ce grand opening en apportant toute son expérience, accompagné par le MC Tha Watcher. Il nous joue un set sur une base de Frenchcore et de Hardcore et profite pour faire un clin d’oeil à la soirée HardArena qu’il avait tant adoré l’an dernier avec le Dr. Peacock en jouant « Trip To Ireland« .

Nous quittons L’Arena avec une très grosse envie de revenir rapidement. Malgré une crise du COVID-19 qui a frappé de plein fouet l’évènementiel et la musique, les gérants ont su améliorer le lieu en agrandissant la terrasse mais également en parvenant à faire venir des artistes de renommée internationale, le tout pour leurs deux premières soirées depuis 18 mois ! C’est une prestation assez incroyable que nous tenions à souligner. Nous tenions également à remercier et féliciter Gaël et Thomas ainsi que toute leur équipe pour leur professionnalisme et leur bonne humeur. Un grand merci aux artistes et au MC Tha Watcher qui a parfaitement mené ces deux soirées. Enfin, un grand merci aux courageux fêtards qui ne manqueront sûrement pas la prochaine HardArena en compagnie de D-Fence, Tha Playah et Neko, sur le thème d’Halloween !

Une réflexion sur “On y était : Opening de l’Arena !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s