Interview : Mad Dog (FR + EN)

Le 17 septembre prochain, Mad Dog remonte sur une scène française en B2B avec AniMe, au Dream Nation Festival. Sa vision et l’évolution du Hardcore durant ces 25 dernières années, son impact écologique et ses puissants messages ainsi que futur projet plutôt original, Mad Dog s’est confié à nous… Découvrez l’intégralité de ses propos ci-dessous :

(English below)

Salut Mad Dog, peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas ?

Je suis Filippo, né à Rome et j’ai toujours joué du Hardcore depuis les années 90. Tout au long de ma carrière, j’ai sortir beaucoup de musiques et j’ai eu le plaisir de jouer partout dans le monde, y compris à de légendaires festivals tels que les Masters Of HardcoreThunderdome, Dominator, EDC, Defqon.1 et d’autres.

C’est la question de base du site… Quelle est ta définition de la musique électronique ?

La musique électronique c’est de la culture, de l’art, du business. Ça a un gros impact sur notre vie sociale de tous les jours, sur notre façon de vivre et même sur les rencontres. L’électronique a amené la musique vers le futur et elle en fera partie pour toujours.

Tu as vu l’évolution du hardcore au fil des années, comment se fait-il que tu n’aies pas changé de style de prédilection ?

Le Hardcore a toujours été avec moi depuis que je suis petit, dans les bons comme dans les mauvais moments. Il a fait de moi la personne que je suis aujourd’hui et celle que je serai dans le futur. Faire un style différent aurait été me trahir.

En tant qu’artiste les plus influents du milieu et après 25 ans de carrière… Considères-tu, comme certains, que “le hardcore c’était mieux avant” ?

La musique est faite de sons, et les sons sont faits d’ondes sinusoïdales. Le Hardcore (exactement comme une onde sinusoïdale) a des hauts, plein de créativité et de belles pistes ainsi que des bas avec des moments ou l’inspiration et l’originalité sont moindres. Je pense que nous vivons actuellement un moment ascendant ; il y a beaucoup de diversité dans le Hardcore en ce moment et les gens sont plus ouverts à accepter des choses nouvelles et rafraîchissantes dans la musique. Comparer l’ancien Hardcore avec le nouveau Hardcore est, à mon avis, une mauvaise chose. Il y a tellement de valeurs différentes et d’aspects personnels à considérer.

3 albums, des dizaines d’EPs et singles… Comment arrives-tu à te renouveler musicalement sans tomber dans la facilité ?

Au cours des 2/3 premières années de ma carrière, je faisais de la musique dans le but d’atteindre certaines scènes, de créer et de maintenir une stabilité économique, de gagner des fans, d’impressionner d’autres producteurs, etc. Avec le temps, j’ai appris que la clé est simplement de suivre mes propres sentiments, vivre et embrasser les émotions qu’une démo me procure. Cela m’a montré qu’il faut du temps, de l’expérience et des compétences pour pouvoir transformer les sentiments et les émotions en une musique de bonne qualité.

Tu as réalisé l’anthem de MOH 2020. Après tout ce que tu as accompli au cours de ta carrière… S’agit-il d’une consécration pour toi, ou d’une suite logique ?

Je ne prends pas ce genre de choses pour acquis. Je pense que tout ce que j’ai accompli dans ma carrière est le résultat de toujours essayer de travailler le plus dur possible et de tout donner, et pas seulement parce que c’était une suite “logique”. J’ai encore des objectifs et l’hymne du MOH en faisait définitivement partie, pas seulement à cause de la visibilité qu’un tel morceau peut vous donner, mais surtout pour me challenger et exprimer en musique le meilleur de moi, ou vraiment, le meilleur d’entre nous ! Dave Revan y a joué un grand rôle.

Quelles sont les tracks qui te font toujours autant vibrer, même après 25 ans de scène ?

Mescalinum United – « We Have Arrived »

Ta track récente “The Missing Channel” dénonce les problèmes majeurs de notre société. Pour toi, est-il nécessaire pour un artiste d’utiliser son influence pour faire évoluer les mentalités ?

Ce n’est pas strictement nécessaire. La plupart du temps, les gens veulent juste s’amuser et échapper aux problèmes que la vie peut apporter, en écoutant de la musique ou en assistant à une fête. Je voulais dénoncer certains des problèmes auxquels notre société est confrontée aujourd’hui : le réchauffement climatique, le consumérisme et les inégalités sociales. J’espère trouver de meilleures idées et de meilleures façons d’exprimer ces problèmes dans ma musique à l’avenir, mais c’est un défi de l’associer à la vidéo et aux visuels sans que ce soit ringard.

Penses-tu qu’il est possible de combiner événements et écologie ? Comment ?

C’est un objectif de l’UE de réduire les émissions de carbone d’au moins 40 % en 2030. Et je pense que nous devons aussi faire quelque chose. Je n’ai pas de grandes idées à ce sujet, mais je vois beaucoup de voitures dans les grands festivals et je pense qu’il serait peut-être intelligent de commencer à partir de là.

Tu es le porte-parole d’une scène italienne très qualitative et très présente dans le monde hardcore. Peux-tu nous décrire ce lien liant la hard music et l’Italie ?

Les Italiens sont créatifs, innovateurs, anticonformistes et bruyants, exactement comme le Hardcore est censé l’être.

Le 17 septembre, tu joues au Dream Nation en B2B avec AniMe. Comment te sens-tu à l’idée de jouer dans l’un des plus grands festivals électro de France ?

J’ai déjà eu l’honneur de jouer au Dream Nation Festival à quelques reprises, et c’était vraiment incroyable, le Dream Nation est l’un de mes événements préférés, car la France est, à mon avis, le meilleur pays pour la musique Hardcore et Electro en général en ce moment ! De plus, cette édition ressemblera à une sorte de libération après cette horrible période de Covid. J’ai vraiment hâte !

Quels sont tes projets pour la suite ?

Heureusement, j’ai toujours beaucoup de grands projets sur lesquels j’aime travailler. Par exemple, en octobre, nous sortirons notre centième composition sur Dogfight records ! Pour célébrer cette étape importante, nous lancerons également un t-shirt spécial en édition limitée. Chaque t-shirt a un code QR unique. Le QR-code est connecté à un lien unique qui vous permet de débloquer le Dogfight 100 EP en exclusivité !

Le t-shirt sera disponible à partir de septembre sur le Masters of Hardcore Store, ce qui signifie que vous pouvez avoir l’intégralité de l’EP Dogfight 100 gratuitement inclus avec le t-shirt, ET que vous aurez l’EP 1 mois avant qu’il ne soit officiellement disponible sur tous les services numériques.

L’EP Dogfight 100 comprendra de la musique de : Mad Dog & Dave Revan, AniMe, F.Noize, Tears of Fury, Blaster, Access One, Nightshift et Bloodfire.

Je travaille aussi sur un nouvel EP Downtempo et en novembre il y aura une grosse collaboration pour un truc ÉNORME, ce qui sera une très grosse surprise…

Merci d’avoir répondu à nos questions ! As-tu un dernier message à faire passer ?

Merci pour cette interview. J’ai hâte de vous voir bientôt au Dream Nation Festival ou à un autre événement. N’oubliez pas de suivre Dogfight Records et de me suivre sur Spotify pour rester au courant de mes dernières sorties !


Hi Mad Dog! Can you introduce yourself for those who don’t know you? 

I’m Filippo, born in Rome and since ‘90 I’ve always played Hardcore.  During my career, I have released many tracks and I’ve had the pleasure of performing at events all over the world, including at legendary events such as Masters of Hardcore, Thunderdome, Dominator, EDC, Defqon.1 and more.

It’s our main question : what is your definition of electronic music? 

Electronic music is culture, art, business, it has a big impact on our social life every day, in our way of living and even meeting people. Electronic brought music to the future and it will a part of it for ever.

You have seen the evolution of hardcore music, how do you explain that you didn’t change your favorite style?

Hardcore has always been with me since I was a child, it always been next to me in the good and in the bad moments. It has made me the man I’m now and the man I will be in the future. To make a different “style” would have been like betraying myself.

As an influent artist of the past 25 years, would you consider that hardcore was better before? 

Music is made of sounds and sounds are made of sine waves. Hardcore (exactly like a sine wave) has peaks of ups, full of creativities and beautiful tracks as well as downs with times of less inspiration and originality. I think that we are currently living in an ascending moment; there is a lot of diversity in Hardcore at the moment and people are more open to accepting new and refreshing things in music. To compare old Hardcore with new Hardcore is, in my opinion, a wrong game. There are so many different values and personal aspects to consider.  

3 albums, dozens of EPs and singles… how have you succeeded in renewing your music? 

In the first 2/3 years of my career, I was making music with the purpose of reaching certain stages, creating and keeping economic stability, gain fans, impress other producers, etc. etc.. With time, I learned that the key is simply to follow my own feelings, to live and and embrace the emotions that a demo gives me. This has shown me that you need time, experience and skills to be able to transform feelings and emotions into good quality music.

You realized the 2020 MOH anthem, was it your life goal or a logical continuation of your career? 

I don’t take things like that for granted. I think that everything I have accomplished in my career, is a result of always trying to work the hardest I can and giving my all, and not just because It was a “logical” continuation.  I still have goals and the MOH anthem was definitely one of it, not just because of the exposure that such a track can give you, but mainly to challenge myself and express in music the best of me (Or really, the best of us! Dave Revan played a big role in it) (Hardstyle Dj/Producer/Singer born in Rome, editor’s note).

What are your go-to songs, even after 25 years in the industry? 

Mescalinum United – « We Have Arrived »

Your recent track « The Missing Channel » denounces the major problems of our society. According to you, is it necessary for an artist to use its influence to contribute to a mentality evolution?

It’s not strictly necessary. Most of the time people just want to have fun and escape from the problems that life can bring, listening to music or visiting a party. I wanted to denounce some of the problems that our society is facing nowadays: global warming, consumerism, and social inequality.  I hope to find better ideas and ways to express these problems in my music in the future, but it is a challenge to match it with video and visuals without it being corny.

Do you think it’s possible to combine events and ecology? Do you have any ideas to implement this? 

It’s an EU objective to reduce carbon emissions by at least 40% in 2030. And I think we must do something too. I do not have big ideas about it, but I do see a lot of cars at the big festivals and I think it could be smart to, perhaps, start from there.

You’re the spokesperson of the Italian hardcore scene, could you describe what connects Hardcore and Italia?

Italians are creative, innovators, nonconformists and loud, exactly like Hardcore is supposed to be.

On September 17th, you will play at Dream Nation Festival with AniMe. How do you feel about playing in one of the biggest electro festivals in France?

I had the honor to play at Dream Nation Festival a few times already, and it was truly amazing, Dream Nation is one of my favorite events, because France is -in my opinion- the best country for Hardcore and Electronic music in general right now! Moreover, this edition will feel like a sort of liberation after this horrible Covid period.  I can’t really wait!

Do you have any upcoming projects?

Luckily, I always have many big projects that I enjoy working on. For instance, in October, we will release our 100th release on Dogfight records! To celebrate this milestone, we will also release a special limited-edition T-shirt. Each t-shirt has a unique QR-code. The QR-code is connected to a unique link which allows you to unlock the Dogfight 100 EP exclusively!

The T-shirt will be available from September on the Masters of Hardcore Store, which means that you can have the entire Dogfight 100 EP for free included with the t-shirt, AND that you will have the EP 1 month before it is officially available on all digital services.

The Dogfight 100 EP will include music by: Mad Dog & Dave Revan, AniMe, F.Noize, Tears of Fury, Blaster, Access One, Nightshift et Bloodfire.

I’m also working on a new Downtempo EP and in November there will be a big collaboration for a HUGE thing, which will be a very big surprise…

Thank you a lot for answering, any last words?

Thank you for this interview. I look forward to seeing you all soon at Dream Nation Festival or at another event. Remember to follow Dogfight Records and to follow me on Spotify to stay up to date about my recent releases.

Préparation : Lutel, Lilou, Valso / Traduction : Lilou, Lutel

Une réflexion sur “Interview : Mad Dog (FR + EN)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s