Interview : Benny Benassi

bennybenassi

Lors de sa venue au Poney Club de Toulouse, nous avons eu l’honneur de poser quelques questions à un des artistes les plus expérimentés du monde de la musique électronique : Benny Benassi ! De l’évolution de l’industrie musicale à sa paisible vie privée en passant par l’époque Benassi Bros… Retrouvez ci-dessous les propos de la légende italienne :

(english below)

Salut Marco ! Peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas ?

Salut les gars, je suis Marco Benassi ! Je m’appelle Benny Benassi et je viens d’Italie. Je suis DJ et aussi producteur. J’ai un studio d’enregistrement dans ma ville natale. J’habite dans une petite ville à proximité de Bologne, en Italie. J’ai un petit studio avec des jeunes qui travaillent avec moi en ce moment. Je suis l’un des DJs les plus anciens du milieu (rires).

C’est la question de base du site… Quelle est ta définition de la musique électronique ?

La musique électronique est la meilleure expression pour un DJ. En écoutant cette musique, il faut bouger ! Quand on écoute ses kicks ou ses basslines.. Tu es obligé de bouger ! C’est ma définition. Désolé les gars, j’essaie d’expliquer mais ce n’est pas si facile !

Le grand public te connaît grâce à ton tube “Satisfaction”, sorti en 2003. 18 ans après, toutes les générations apprécient toujours autant ce morceau. Comment expliques-tu son immortalité ?

Je ne sais pas (rires). J’espère que peut-être les gens l’écouteront encore quand je serai dans un autre monde. Je ne sais pas parce que j’en ai parlé avec mon équipe la semaine dernière et aussi aujourd’hui avec ma femme dans la voiture. On écoutait de la vieille musique parce qu’on voyageait dans un petit van. Nous écoutions de la musique rock et j’ai dit à ma femme «Penses-tu qu’à l’avenir la jeune génération écoutera encore cette musique ou notre musique ? ». Parce que par exemple ma belle-fille, quand elle écoute de la vieille musique en ce moment, elle n’écoute pas la musique des années 80 mais de la vieille musique rock. Donc je ne sais pas ce qui va se passer dans le futur. J’espère que les gens m’écouteront à nouveau, Bob Sinclar, David Guetta, Martin Solveig… Mais je ne sais pas.

Ton dernier album “Danceaholic” est sorti en 2016. Avec les récentes évolutions de l’industrie musicale et de la consommation de la musique, est-il toujours pertinent pour toi de sortir un album ou de se contenter de singles et d’EPs ?

J’aime sortir un album. J’aime travailler avec un concept avec mes gars, mes musiciens… Le problème maintenant, c’est la maison de disques. Je pense que le marché principal est Spotify. Donc pour Spotify, le plus important est de sortir des singles. Beaucoup et beaucoup. Ce n’est pas trop facile de sortir un album en ce moment. Ce n’est pas facile d’investir beaucoup d’argent pour la maison de disques. Nous sommes peut-être des artistes mais notre musique est différente car c’est de la musique électronique. Ce n’est pas grand comme les principaux artistes. Je veux sortir un album dans le futur et nous travaillons dessus mais nous verrons ce qui se passera. Maintenant, les jeunes recommencent à acheter des vinyles par exemple, ce n’est pas la même chose qu’il y a 20 ans mais c’est sympa donc on verra ce qu’il va se passer dans le futur. Maintenant, les artistes travaillent avec Spotify.

Avec une telle carrière, tu as vu les nombreuses évolutions de la musique électronique. Avec cette évolution permanente, se renouveler sans se trahir artistiquement est-il évident ?

J’ai besoin de changer de styles. Je suis producteur mais d’abord je suis DJ. Quand on joue toujours devant des gens, nous devons changer notre style, notre manière d’écouter la musique. Si vous êtes chanteur, vous grandissez avec vos fans. Mais pas si vous êtes DJ car mes fans, maintenant, sont plus jeunes que moi. Mes premiers fans ont peut-être une famille, c’est difficile d’être dans un club maintenant. Il faut donc changer, essayer, impliquer une nouvelle génération musicale. J’ai une nouvelle équipe avec des jeunes. Vous écoutez de la nouvelle musique, vous changez de style, de nouveaux clubs…

De Chris Brown à T-Pain en passant par John Legend, tu as collaboré avec de nombreuses stars américaines ces dernières années. Le mélange des styles est-il primordial pour un track réussi ?

Oui, surtout pour le marché américain. L’EDM est une sorte de laboratoire. Vous avez travaillé peut-être cinq/six ans sur une nouvelle musique et ensuite les gars de la musique pop vous disent « Hé, j’écoute cette basse et j’adore ! ». C’est la même chose qui s’est passé avec David Guetta. Il a pris les principaux artistes et ils ont chanté la chanson dans le rythme électronique. Comme les Crookers en Italie ! Parfois, les gars de la pop sont un peu fatigués et veulent se changer les esprits et aller dans les clubs et écouter de la bonne musique. C’est arrivé avec T-Pain par exemple. Il a dit « Hey, je veux chanter sur ton rythme »… Chris Brown pareil.

Quelles sont tes collaborations rêvées ?

C’était Bono ! Avant, car maintenant il a collaboré avec Martin Garrix. J’ai toujours dit que je voulais sortir une chanson avec Bono. Sa chanson avec Martin Garrix est énorme !

Après tant d’années de carrière, tu es réputé pour être quelqu’un de très simple et abordable. Comment expliques-tu que certains prennent la grosse tête ?

J’ai de la chance car je vis dans une petite ville. Je suis simple car les gens sont simples avec moi. Je suis avec ma femme, ma belle-fille… Peut-être que si vous vivez dans une grande ville comme Los Angeles, vous devez être différent parce que tout le monde doit être différent des autres… C’est spécial. Hier, j’ai vu un de mes amis.. Je ne vous dirai pas son nom (rires) ! C’était dans un restaurant pour chiens ! Il y a un restaurant où les chiens sont assis, avec une assiette genre « assiette chouchou » (rires). Oh mon dieu, c’est trop ! Ce n’est pas une blague (rires).

Avec Alessandro, avez-vous déjà pensé à un retour de Benassi Bros ?

C’est une autre histoire parce que… Benny Benassi et Benassi Bros étaient la même personne, mon cousin et moi. Mais la différence c’était que Benassi Bros, il y avait aussi une chanteuse. Concernant mon cousin, on a arrêté de travailler ensemble il y a 2 ans. Il m’a dit : « Je ne veux pas travailler dans un studio. Je suis fatigué, je veux rester avec ma famille, avec ma femme ». J’ai gardé le studio avec de nouveaux musiciens. Benassi Bros était grand mais maintenant ce n’est pas facile de faire un autre projet comme celui-ci. Parce que tu dois faire ça avec de grands artistes… Peut-être « Benassi Bros feat. Chris Brown », c’est trop, c’est difficile maintenant. Maintenant, le niveau des collaborations est très élevé. Vous voyez Martin Garrix avec Bono, David Guetta avec beaucoup de stars, Calvin Harris… Il faudrait peut-être revenir à la house music.

Après de longs mois de pause à cause du COVID, es-tu aussi excité de monter sur scène comme si c’était la première fois ?

Oui mais… Je ne sais pas quel genre de musique je dois jouer ce soir car depuis deux ans tout le monde a produit des chansons pour la radio, pour Spotify… Mais pas pour les clubs. Ce n’est pas facile… Ibiza est fermée, beaucoup de clubs sont fermés. Ce soir, est-ce qu’on peut danser sur une piste de danse ? Ok allons-y les gars !


Hey Marco! Could you introduce yourself?

Hi guys! I’m Marco Benassi! My name is Benny Benassi and I’m from Italy. I’m a DJ and also a producer. I have a studio record in Italy in my hometown. I live in a little city near Bologna, in Italy. I have a little studio with some young guys who work with me right now. I’m one of the older DJs in the business (laughs).

That’s our basic question : what’s your definition of electronic music?

Electronic music is the best expression for a DJ. For me, it’s the music that when you listen, you have to move! When you listen to his kicks or basslines.. You have to move! This is my definition. Sorry guys, I try to explain but it’s not too easy!

The public knows you thanks to your hit “Satisfaction”, released in 2003. 18 years later, all generations still appreciate this song as much. How do you explain his longevity?

I don’t know (laughs). I hope maybe the people can listen again when I will be in another world. I don’t know because I talked about this thing with my team just last week and also today in the car with my wife. We listened to old music because we travel in a little van. We listened to rock music and I said to my wife “what do you think, maybe in the future the younger generation will still listen to this music or maybe our music?”. Because for example my stepdaughter, when she listens to the old music right now, she doesn’t listen to the music from the 80’s but old rock music. So I don’t know what will happen in the future. I hope the people will listen to me again, Bob Sinclar, David Guetta, Martin Solveig… But I don’t know.

Your last album “Danceaholic” was released in 2016. With recent developments in the music industry and music consumption, is it still relevant for you to release an album or to settle for singles and EPs?

I like releasing an album. I like to work with a concept with my guys, my musicians… The problem now is the record company. I think the main market is Spotify. So for Spotify, the most important thing is releasing singles. A lot and a lot. It’s not too easy to release an album right now. It’s not easy to invest a lot of money for the record company. We are maybe artists but our music is different because it’s electronic music. It’s not big like the main artists. I wanna release an album in the future and we work on this but we will see what will happen. Now the young people are starting to buy vinyls for example, it’s not the same as 20 years ago but it’s nice so we will see what will happen in the future. Now everybody works with Spotify.

With such a career, you have seen the many evolutions of electronic music. With this permanent evolution, is it obvious to renew oneself without betraying oneself artistically?

I need to change many styles. I’m a producer but first I’m a DJ. I always play in front of people and we have to change your style, your listening music. If you’re a singer, you grow up with your fans. But not if you are a DJ because my fans, now, are younger than me. My first fans maybe have a family, it’s difficult to be in a club now. So you have to change, to try, to involve a new music generation. I have a new team with young people. You listen to new music, you change your style, new clubs…

From Chris Brown to T-Pain to John Legend, you have collaborated with many American stars in recent years. Is the mix of styles essential for a successful track?

Yes, especially for the US Market. EDM music is a kind of laboratory. You worked maybe five/six years on a new music and after the guys of pop music say “Hey I listen to this bass and I love this!”. It’s the same thing that happened with David Guetta. He took the main artists and they sang the song into the electronic beat. Also the Crookers in Italy! Sometimes, the guys from pop are a little bit tired and want to change and go to the clubs and listen to some good music. This happened with T-Pain for example. He said “Hey I wanna sing on your beat”… Chris Brown the same.

What are your dream collaborations?

It was Bono! Before because now he released with Martin Garrix. I always say I wanna release a song with Bono for a long time. His song with Martin Garrix is massive.

After so many years in your career, you are renowned for being a very easy going and approachable person. How do you explain that some are pretentious?

I’m lucky because I’m living in a small city. I’m normal because people are normal with me. I’m with my wife, my stepdaughter… Maybe if you’re living in a big city like Los Angeles, you have to be different because everybody has to be different from another one… This is special. Yesterday, I saw one of my friends.. I won’t tell you his name (laughs)! It was at a dog restaurant! There is a restaurant where dogs are on a seat, with a plate like “chouchou plate” (laughs). Oh my god, this is too much! It’s not a joke (laughs)!

With Alessandro, have you ever thought about a return of Benassi Bros?

This is a different story because… Benny Benassi and Benassi Bros were the same person, with me and my cousin. The difference : Benassi Bros was with a singer also. But my cousin now, we stopped working together 2 years ago. He said to me : “I don’t wanna work in a studio. I’m tired, I wanna stay with my family, with my wife”. I kept the studio with new musicians. Benassi Bros was big but now it’s not easy to do another project like this. Because you do this with big artists… Maybe “Benassi Bros with Chris Brown”, it’s too much, it’s difficult now. Now, the level of the collaborations is very high. You see Martin Garrix with Bono, David Guetta with a lot of stars, Calvin Harris… We need to go back to house music maybe.

After long months of break due to COVID, are you as excited to take the stage as if it was the first time?

Yes but… I don’t know what kind of music I have to play tonight because for the last two years everybody produced songs for radio, for spotify… But not for clubs. It’s not easy… Ibiza is closed, a lot of clubs are closed. Tonight, can people dance on a dancefloor? Ok let’s go guys!

Réalisation : Valso & Amine / Préparation : Valso & Mike / Retranscription : Valso / Traduction : Valso

Une réflexion sur “Interview : Benny Benassi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s