Interview : Hysta

Capture d’écran 2021-05-01 à 13.42.01

À l’occasion de la sortie de son dernier EP « Riot In Us » sur Karnage Records, nous avons posé quelques questions à la talentueuse productrice Hysta. De sa relation avec Karnage au format original de son EP en passant par ses différentes dates en période de pandémie… Découvrez l’intégralité de ses propos ci-dessous :

Salut Thaïs ! Peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas ?

Hello hello ! Et bien pour faire simple, je me suis lancée dans la musique en 2015, aujourd’hui je suis productrice et Dj hardcore. Je suis une fan inconditionnelle du sandwich triangle surtout lorsque je passe des nuits blanches sur un son (rires) !

C’est la question de base de notre site… Quelle est ta définition de la musique électronique?

Pour moi, c’est l’aboutissement de la technologie et de l’art, aux possibilités infinies, qui offrent à chaque artiste l’opportunité de créer son propre univers.

De gagnante de quelques “DJ Contest” à membre à part entière, peux-tu nous décrire la relation que tu as avec Karnage ?

J’ai d’abord commencé sur le projet Karnage Soldiers avec des podcasts et des livestreams, c’est là que j’ai pu sympathiser avec l’équipe. Avec Céline, la boss du label, on a pu échanger sur la musique et notre énergie débordante à toutes les deux a fait que nous nous entendons très bien. Dès que j’ai une question ou besoin de conseils, je lui demande. Cette relation de confiance est peut-être due au fait que je suis née la même année que Karnage (rires).

Tu as récemment rejoint la team pour le projet Queens qui met en avant les talents de différentes artistes féminines. Se battre pour l’égalité et la parité, c’est un combat que tu mènes au quotidien ?

Non pas vraiment, on est là pour la musique, peu importe le sexe de la personne qui la produit.

Penses-tu que le monde de la musique est juste et équitable à ce niveau-là ?

Oui, il y a des inégalités mais ce n’est pas exclusif au monde de la musique. Mon père m’a appris il y a longtemps que « tout ce qui est souligné grandit » et j’en ai fait ma devise. Après, je conçois que ce que je fais ne puisse pas plaire à tout le monde… Mais aujourd’hui, il y a tellement d’artistes talentueux avec des styles différents, que je conseillerais plutôt aux personnes de chercher ce qui leur plaît et de les soutenir. Surtout aujourd’hui où le monde de la musique en a besoin plus que jamais.

Ton premier EP “Riot In Us”, qui sortira sur Karnage Records, a la particularité de compter ta production éponyme ainsi que 9 remixes de tes sons, par d’autres artistes. Pourquoi avoir opté pour ce format original ?

Je voulais qu’il reflète mes goûts et mes inspirations. J’aurais pu faire le choix de faire un EP solo, mais c’est pas comme ça que je vois les choses. Ce que je soutiens c’est la diversité, l’échange, l’alchimie entre plusieurs artistes. J’y ai inclus un remix contest de mon morceau avec Psiko «Lockdown». En tant que grande amatrice de Dj contest, j’ai voulu offrir l’opportunité à un « newcomer » de rejoindre le projet. J’ai reçu plein de super remixes… C’était très dur de choisir, du coup j’ai choisi 2 gagnants au lieu d’un !

Comment as-tu choisi les différents artistes te remixant ?

C’était l’occasion de collaborer avec mes «label mates» de Karnage (The Clamps, Industrial Twins et Ojüun) et avec des artistes que j’admire, originaires d’Italie, Mexique, Espagne, France et Tchéquie, dans des genres variés (industriel, mainstream, frenchcore…). Il me tenait tout particulièrement à cœur de travailler avec des producteurs tchèques, ayant habité dernièrement à Prague. Je trouve qu’ils apportent une touche unique à l’EP. Ce format permet de voyager musicalement à travers le monde et les styles.

De ton côté, préfères-tu donner une seconde vie à une track en la remixant, ou en produire une à part entière ?

C’est toujours amusant de faire un remix, mais cela n’égale pas de commencer un track de zero. Que ce soit la recherche de lyrics, le choix de l’atmosphère, c’est dans chacune de ces étapes que je m’éclate !

On connaît la multitude de styles musicaux présents en Rave, là où tu as forgé tes premières expériences. Étais-tu déjà en mode Hardcore/Uptempo à cette époque ?

Non pas du tout, à vrai dire je ne connaissais même pas trop le mainstream ! À la base, je suis une inconditionnelle de early/millenium. En fait, après plusieurs années à côtoyer le milieu free party, j’ai eu envie d’aller à la rencontre du hardcore, et j’ai voyagé à travers l’Europe, pour connaitre et comprendre la culture gabber.

Écoutes-tu d’autres styles musicaux en dehors de tes prestations ? Te servent-ils d’inspiration ou juste de support pour les moments chill ?

Oui, j’aime écouter pleins de styles ! Comme du lofi, Moby, Eminem, Dr Dre, Nhyx, Avicii… Et même si ma musique n’a rien à voir, cela doit bien se répercuter un peu.

On remarque une arrivée fulgurante de ta part sur la scène Hardcore/Uptempo, notamment depuis la X-Boat 2020 en République tchèque, comment expliques-tu cette ascension ?

La Tchéquie a été une grande aventure ! C’est une destination hors du commun pour du hardcore ! Le concept d’un event sur un bateau était atypique. Je pense que c’est parce que j’ai eu la chance de continuer de jouer, de juin 2020 à octobre 2020 presque tous les weekends ! Cela a beaucoup élargi ma fan base, notamment grâce aux vidéos sur les réseaux.

Cette ascension est logiquement ralentie par la COVID-19. Cependant tu es présente sur de nombreux lives à l’image de l’Immersion Live ou encore S-Kill qui t’invite à sa “Harder is Better! “, c’est important de garder le rythme grâce à ces prestations ?

Ben oui, c’est important ! Ça permet de ne pas oublier comment fonctionne des platines (rires), et de tester mes nouveaux tracks.

Est-ce que ce genre d’événement est aussi favorable que les véritables soirées/festivals pour créer des relations, de la complicité avec d’autres artistes ?

Je trouve ça très favorable, et même plus convivial qu’en event classique, car on a plus le temps de se poser pour discuter.

Il y a un an tu as créé la track “Lockdown” avec Psiko. Associer la folie d’une jeune artiste et la sagesse d’un producteur expérimenté, c’est la recette parfaite ?

Carrément, c’est certain que de collaborer avec un pionnier du frenchcore, et donc de mélanger sa pâte qui lui est unique à mes sonorités plus actuelles est une recette explosive ! Je connais Franck depuis plusieurs années maintenant. Il était venu mixer dans ma première radio que j’avais montée en Bretagne. On a tout de suite accroché, je le considère comme mon grand frère dans le milieu, il veille sur moi et est toujours là pour m’encourager !

On a remarqué ton arrivée sur le label de Remzcore, Cawfee Breaks. As-tu d’autres collaborations avec des artistes français du milieu qui arrivent ?

Pour le moment sur Cawfee Break, il faut plutôt s’attendre à des projets solo. Par contre sur d’autres labels, j’ai de nombreuses collabs à venir, dont certaines avec des artistes français !

À travers l’écran, on pouvait sentir ta joie et ta fierté de jouer aux côtés de Panic et Dj Vince ! Quelles sont les choses que tu rêverais d’accomplir durant ta carrière (collaborations, dates…) ?

Effectivement, c’était un moment exceptionnel ! Woah ! J’en ai des tonnes de rêves ! Il m’est impossible de tout lister, mais dans les premiers j’aimerais mixer à Thunderdome, faire une collab avec Furyan, mixer dans des villes comme Mexico, Moscou, Bogota ou Tokyo (liste non exhaustive !).

Quels sont tes projets à venir ?

Plusieurs grands projets sont en train de se concrétiser. Je préfère vous garder la surprise. Je peux déjà vous dire qu’une grosse annonce aura lieu fin mai/début juin ! Stay tuned !

Merci d’avoir répondu à nos questions ! As-tu un dernier message à faire passer ?

J’espère que l’on pourra vite se retrouver sur les dancefloors. Merci infiniment pour votre soutien, et merci à Valliue pour cette interview !

Interview réalisée par Valso & Lutel

Une réflexion sur “Interview : Hysta

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s