Interview : Cosmic Boys

À l’occasion de leur venue à Toulouse, nous avons rencontré le duo Cosmic Boys afin de leur poser quelques questions. De la création de leur nouveau label à leur prochain EP « Minotaur », retrouvez l’intégralité de leurs propos ci-dessous :

 

Salut, pouvez-vous vous présenter pour ceux qui ne vous connaissent pas ?

Bonjour, je m’appelle Gaby et je fais partie de Cosmic Boys, duo de musique électronique techno.

Bonjour, je m’appelle Sébastien et je suis le second membre du duo Cosmic Boys. Enchanté !

C’est la question de base de notre site… Quelle est votre définition de la musique électronique ?

Sébastien : La liberté ! Je vois ça comme la liberté, dans le sens où les gens peuvent venir passer un moment entre amis, à faire de nouvelles rencontres et s’amuser, sans penser au reste. C’est comme ça que je vois la musique électronique !

Vous avez récemment lancé un nouveau label : Legend. Pourquoi avoir créé ce nouveau projet ? Quelle ligne artistique souhaitez-vous prendre avec ce label ?

Gaby : Oui, on a créé récemment Legend, avec deux EPs qui sont sortis dessus. On a voulu le créer parce que, maintenant, on est plus parti dans un style techno. Avant sur Scander, c’était plus porté sur la minimal. Donc on a voulu changer l’image de tout ça. C’est aussi une préparation parce que ça fait quand même deux ans qu’on y pense, qu’il est “créé” entre guillemets. Et là, on sentait vraiment le besoin de partir vers la techno. Legend est donc le passage du style.

Du coup, c’est terminé Scander ?

Sébastien : Non, pas du tout. En fait, Scander a fait ses armes avec la minimal. Vraiment, on a réussi à obtenir des résultats extraordinaires, même nous, on ne s’y attendait pas ! À un moment donné, notre musique a évolué et du coup, on s’est penché sur un style différent, techno un peu plus pointu. On a eu des supers artistes sur Scander en terme de minimal. Legend prend le relai dans une autre division. Mais, si aujourd’hui, on a la possibilité de développer un artiste en minimal qui a un style unique, c’est ce que nous recherchons vraiment.

Mais vous, vous ne sortez plus de musiques dessus ?

Sébastien : Pour le moment non, parce qu’on est trop techno mélodique actuellement. Dans un an, on verra, on ne sait pas. Mais pour l’instant non, on préfère développer Legend. On n’arrête pas, mais on ne peut pas tout faire, ce n’est pas possible.

Dans le monde électro mainstream, on entend souvent que c’est très long de sortir une musique sur un autre label, que le processus prend plusieurs mois… Est-ce aussi le cas dans le milieu techno ?

Sébastien : Oui, totalement. Concernant des labels des majors comme Drumcode ou Kompakt, il faut attendre un an voire plus ! C’est super long, parce qu’il y a de plus en plus d’artistes et de moins en moins de places. Il y a beaucoup de jeunes arrivants qui font des morceaux rapidement et qui les envoient. La musique est devenue abordable pour tout le monde aujourd’hui. Donc oui, c’est super long. Nous, par exemple, on reçoit des tonnes de démos. C’est cool hein (rires) ! Mais on met du temps à tout écouter !

Revenons sur Legend ! Vous avez déjà sorti 2 EPs en seulement 2 mois. Comment faites-vous pour produire une grande quantité sans impacter la qualité ?

Sébastien : C’est une bonne question ça !

Gaby : Oui c’est une bonne question, mais ce sont des morceaux que l’on a bien travaillés en amont. On ne travaille pas dans la précipitation, en essayant d’aller le plus vite possible pour sortir un maximum de sons. On essaie d’être régulier et de sortir la meilleure qualité. On ne va pas dire “ce morceau n’est pas top, mais c’est pas grave, on le sort quand même”. On essaie de toujours vraiment travailler sur la qualité.

Sébastien : Après, on les teste aussi ! Pour voir vraiment ce que ça donne. Des fois, on fait des modifications en suivant. Par exemple, à Strasbourg, on a testé un track qui sortira en mars/avril je pense, et on a pu voir qu’on avait des choses à régler lors du break. Du coup, on est revenu dessus ! On prend le temps quand même. Mais c’est vrai qu’on a cet avantage de produire très vite. On peut produire des fois un track en 4h, des fois en 2 jours… Ça ne dépasse pas les 4 jours. Après, c’est trop long, on s’y perd et ça devient moins naturel. C’est au feeling !

Dans votre dernier EP « Justice”, on peut trouver la track “Manon”, que l’on adore. Ce titre, c’est une marque de reconnaissance pour votre manager ?

Gaby : C’est totalement ça, oui ! C’est un petit clin d’oeil pour tout le travail qu’elle fait.

Sébastien : On a déjà fait des petits clins d’oeil à des amis. À l’époque, on avait sorti “Virus”. C’est un de nos amis qui s’appelle Charles, et qu’on surnomme “Virus” parce que dès qu’il boit un peu trop… À consommer avec modération (rires) ! Dès qu’il boit un peu trop, ça devient un virus. Et dans la prochaine sortie qui arrive, on a justement un track qui s’appelle “The Bast” et qui concerne un autre pote qui s’appelle Bastien. En fait nous, on fait des clins d’oeil des fois ! Donc Manon oui, c’est pour tout ce qu’elle fait.

Votre prochain EP “Minotaur” sort le 18 janvier. Pouvez-vous nous en parler ?

Gaby : Il est déjà en précommande sur Beatport, donc les gens peuvent déjà aller l’écouter là-dessus. C’est le troisième EP de notre nouveau label Legend, donc on espère que ça va plaire.

Sébastien : Ouais, sur ce track on s’est vraiment lâché ! Des fois, on se limite un peu parce que ça peut partir très loin, mais sur celui-là, on a pris un peu plus les devants.

Une grande partie de vos sorties finissent en haut des classements Beatport… Comment expliquez-vous ce succès ?

Gaby : On fait simplement ce qu’on aime. En tout cas, merci à tous pour le soutien !

Sébastien : Ouais merci ! Même nous des fois, ça nous surprend (rires) !

Gaby : Ouais “Titan” par exemple, on a fait ce morceau en 4h, on l’a sorti 2 ans après, et ça a été un gros succès. On en est très fier !

Lorsque vous produisez, pensez-vous plus aux plateformes d’écoutes ou à vos futures performances lives ?

Sébastien : Vraiment, il y a différents facteurs. Déjà, la première chose, il faut que ça nous plaise à nous. Et après ça, on espère que ça plaira au public ! Parce que si ça nous plaît, on a déjà une certaine liberté de pouvoir le jouer et de pouvoir le faire découvrir. Après, c’est toujours la surprise de savoir si les gens vont l’aimer ou non. On a aussi des objectifs. Comme tu le disais, pour que les gens l’écoutent chez eux ou pour qu’on le joue en festival ou club. Pour que les gens explosent quoi !

Gaby : Oui voilà, autant qu’ils puissent danser sur le dancefloor, tout comme l’écouter à la maison plus tranquillement.

Vous êtes nommés dans la catégorie “Meilleur Artiste Techno” de DJ Mag ! Accordez-vous de l’importance pour ce genre de récompenses ?

Sébastien : C’est toujours plaisant de représenter le pays ! C’est cool, on est beaucoup et ils nous choisissent.

Gaby : Il y a beaucoup d’artistes français excellents qui n’ont pas été nommés, et nous on est dedans donc on est content !

Sébastien : C’est plaisant, mais ce n’est pas non plus notre priorité. Ce sont surtout nos parents qui sont contents (rires), ils sont à fond et ça tue !

Depuis quelques années, vous parcourez l’Europe ! Où rêveriez-vous de jouer ?

Sébastien : Il y en a tellement… Où on rêverait de jouer ? Sur une île, seuls, avec notre public et que du son. Tu arrives sur l’île, il n’y a pas de commerce, juste un système son et le public !

Et retransmis en direct sur Cercle !

Sébastien : Ouais voilà (rires), retransmis en direct sur Cercle et sur Facebook ! Sinon, il y a des festivals comme Tomorrowland, Time Warp ou Awakenings qui restent évidemment à faire.

Gaby : Oui carrément, ou des clubs comme le Berghain, qui sont réputés dans le monde de la techno. On aimerait bien aller y jouer ! Faire des clubs mythiques ou des festivals que l’on entend beaucoup parler.

Quels sont vos projets pour 2019 ?

Sébastien : Une chose sincèrement importante pour nous, c’est de trouver des artistes pour Legend. Arriver à bâtir une équipe d’artistes. Par contre, là-dessus, on est très pointu. On veut vraiment des artistes avec un style unique. C’est très important parce que beaucoup d’artistes font des sons pour faire des tops. Nous, on veut que les artistes aient un style propre à eux, que les gens se disent “ah, ça c’est lui !”. Donc trouver 2 ou 3 artistes, et de pouvoir faire des showcases de Legend dans le monde entier. Et ensuite… Faire plus de prods, plus de tournées et avoir encore plus de rencontres !

Gaby : C’est vrai que Legend est un des objectifs premiers de 2019, totalement !

Merci d’avoir répondu à nos questions. Un dernier message à faire passer ?

Gaby : Merci pour tout !

Sébastien : Ouais, des remerciements ! Pour tout ce qui se passe avec la musique qu’on arrive à faire grâce aux émotions qu’on vit, aux rencontres. En espérant que ça va continuer !

Réalisation : Valso / Préparation : Valso & So / Retranscription : Valso

Une réflexion sur “Interview : Cosmic Boys

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s