Interview : CYA (FR+EN)

Déjà notre troisième interview de l’année, puisque le duo CYA s’est livré à nous en répondant à nos questions ! De leur côté « mystérieux » à leur bijou « Mistakes » en passant par leur future date à l’Opium, voici l’intégralité de leurs propos :

Salut CYA ! Pouvez-vous vous présenter pour ceux qui ne vous connaissent pas ?

Nous sommes dans la musique depuis quelques années sous un autre alias, mais la tendance progressive a été celle qui nous a inspirés en premier. Il y a un an, nous avons pensé que c’était le moment d’essayer quelque chose de nouveau, et c’est comme ça que CYA a vu le jour. Nous avons toujours voulu devenir producteurs, nous avons grandi en écoutant de la musique électronique. A un moment, on s’est dit qu’il fallait qu’on suive nos rêves. Donc après quelques années en tant que DJ’s, on a décidé de commencer à travailler ensemble et de construire notre propre studio pour que tout cela se réalise.

C’est la question de base du site… Quelle est votre définition de la musique électronique ?

C’est compliqué à définir… Mais pour nous, c’est la musique dans laquelle les sonorités sont faites par des équipements électroniques. On aime, de temps en temps, ajouter des éléments biologiques et physiques à nos projets, mais la majorité est faite électroniquement. De toutes façons, tout cela va dans le sens de la musique et notre principal objectif est d’expliquer quelque chose avec nos sons.

Que signifie “CYA” ?

CYA est l’acronyme des premières lettres de nos deux surnoms. C’était simple, court et clair. On l’a aimé dès le début!

Vous jouez beaucoup sur le côté mystérieux, on ne connait pas vraiment votre identité, et on ne peut pas encore poser de visage sur votre nom. Votre contact se nomme même “Who is CYA”. Pourquoi jouez-vous autant sur ce côté “secret” ? Est-ce important pour vous ?

C’était quelque chose lié à une stratégie marketing. On voulait cacher nos identités pour créer de la hype autour du questionnement sur qui nous sommes. On a donc décidé d’appeler nos réseaux sociaux “Who is CYA”. Comme on l’a dit, ce n’est qu’une stratégie pour créer de la hype. Ce n’est pas si important que ça pour nous, la musique est la chose la plus révélatrice et nous sommes concentrés à fond dessus.

“Mistakes” est incontestablement une de nos tracks préférées de 2017. Pouvez-vous nous raconter son histoire ?

“Mistakes” est notre premier single, et le résultat de notre apprentissage des quelques années passées dans l’industrie musicale. Tu peux toujours rechercher un son ou une inspiration originale, mais à la fin c’est le résultat d’un mélange de plein de choses qui te font trouver la mélodie. Et être un duo nous aide à en tirer le meilleur, parce qu’aucun de nous deux n’est satisfait jusqu’à ce qu’on ait accompli ce qu’on recherchait. Avant que Pete Tong n’ait « premiered » la track sur la BBC, on n’avait pas mis en avant nos réseaux sociaux tant que ca. On savait que Pete l’avait jouée parce que des fans ont commencés à trouver nos pages et à nous écrire. Les retours étaient incroyables. On est tellement heureux de voir que Steve Angello et d’autres gros noms de l’industrie jouent nos chansons devant des milliers de personnes !

En plus d’avoir collaboré sur Size Records, vous avez réalisé un remix du titre “The Love You Feel” de Grum sur Anjunabeats. C’était important pour vous d’apporter votre touche sur ce prestigieux label ?

Bien sur que ça l’était ! On est des grands fans d’Anjuna et de la majorité des chansons du label. Chaque artiste qui sort un son dessus a sa propre signature et c’est ce qui le rend spécial. Quand on a entendu l’original du morceau de Grum on est tombé amoureux de l’ambiance et des vocaux. On a donc accepté sans aucune hésitation d’y mettre notre touche avec ce remix. On est tellement heureux du résultat et on est reconnaissant d’avoir eu les mêmes retours de la part du label et de la famille d’Anjunabeats.

Ce remix a été repris par de nombreux DJ’s dans la communauté électro, comme Pete Tong dans BBC Radio 1. Comment voyez-vous votre ascension en 2017 ?

2017 a été le point de départ pour CYA, et on ne peut pas être plus fier du début de ce voyage. De jouer dans quelques festivals l’été dernier et de créer une fan-base qui grandit encore et encore. On travaille sur une grosse année 2018 avec beaucoup de nouvelles choses à venir.

En parlant de remix, vous préférez produire de toutes pièces ou remixer ?

Ça dépend. Quand on remix, on s’assied dans le studio et on pense a quels éléments sont les meilleurs à prendre. Si il y a du chant sur un remix, on le garde généralement et on commence à créer quelque chose à partir de la. Mais les façons de commencer dépendent du ressenti qu’on a par rapport au morceau original. Parfois on crée des idées pour un titre original et on peut les adapter au remix dans ce projet.

Vous êtes régulièrement joués par Steve Angello, que ce soit “Mistakes” ou vos remix. Etre soutenu par l’un des monuments de la scène électronique, c’est énorme non ?

Oui, c’est incroyable ! On le suit beaucoup depuis le début de sa carrière. Il apporte l’opportunité aux nouveaux artistes de faire grandir leur scène et c’était spécial pour nous. Il a cru en nous et nous a permis d’avoir la meilleure manière de commencer notre carrière, sur son label.

Le 5 mai, vous jouez dans l’un des meilleurs clubs de France : nos partenaires de l’Opium Club Toulouse ! On sera présent d’ailleurs. Qu’est ce que vous nous préparez pour cette soirée mémorable ?

Oui, on est très excité à l’idée de venir jouer en France. Attendez-vous à beaucoup de nouvelles musiques. On est très impatient de vous montrer ce qui vient cette année.

L’année 2018 vient à peine de débuter. On espère pour vous qu’elle sera sur la même lancée que la précédente. Avez-vous de nouvelles productions ou collaborations qui arrivent prochainement ?

Oui. On travaille beaucoup sur des choses incroyables, notamment des plans avec les MGMT et toutes les personnes avec lesquelles on a déjà travaillé.


Hello CYA ! Could you introduce yourselves for those who might not heard about you?

We’ve been into the industry for some years with another alias, but the progressive vibe was the one who inspired us at first. One year ago we thought that was time to try something new and thats how CYA became real. Since we can remember we have always wanted to become producers, we’ve grown up listening to electronic music and at some point we thought we should follow our dreams, so after a few years as DJ’s we decided to start working together and built our own studio to make that happen.

This is the basic question of our website…what is your definition of electronic music?

This is hard to define… but for us is the music in which the sounds are made by electronic devices. We like sometimes to add organic and physical stems into our projects, but most of them are made digitally. At least it’s all about music and our main goal is to explain something with our sounds.

What does « CYA » means?

CYA is the result of matching the first letter of both our surnames. Was simple, short and clear. We liked from the start!

You are playing a lot on your mysterious side, we don’t really know your identity, and we can’t put a face on your name. Even your contact is called « who is CYA »! Why are you playing so much on this secret side ? Is it important for you?

It was something related to a marketing strategy. We wanted to hide our identity to create hype about the fact of who we are, so we decided to name our socials with “Who Is CYA”. As we said, it’s all about a strategy to create hype. Is not so important for us, the music is the most relevant thing and we’re so focused on this.

« Mistakes » is, with no doubt, one of our favorite tracks of 2017. Could you tell us the story of this song?

“Mistakes” is our first single, and the result of learning from the past few years in the music industry. You can always look for a proper sound or inspiration, but in the end it’s the result of a mixture of things that makes you find the melody. And being a duo helps us to get the best out of it, as neither of us are satisfied till we achieve what we’re looking for. Before Pete Tong premiered the song on BBC, we didn’t promote our socials so much, and we knew that Pete played because some fans started to find our socials and wrote us. The reactions were amazing. We’re so happy to see how Steve Angello and other big names in the industry are playing our songs in front of thousands of people!.

In addition to your collab on Size Records, you’ve made a remix of « The Love You Feel » by Grum on Anjunabeats. Was it important for you to add your touch on this prestigious label?

Of course it was. We’ve been huge fans of Anjuna and most of the songs of the label. Each artist that releases music on there has it’s own signature and that’s what makes it special. When we heard Grum’s original track we felt in love with the feeling and the vocals, so we accepted with no doubt and put our touch into the remix. We’re so happy with the result and we’re glad to have the same feedback with the label and the Anjunabeats family.

This remix has been playing by many DJ’s in the electronic community, like Pete Tong on BBC Radio 1. How do you see your rise in 2017?

2017 was the starting point for CYA and we can’t be more proud of the beginning of this journey. To play at some festivals last summer and to create a fan-base that is growing and growing. We’re working for a big 2018 with a lot of new stuff to come.

Talking about remix, do you prefer producing from the beginning or remixing?

It depends. When we remix we sit in the studio and think about what stems are the best to take. If we have vocals on a remix thing we usually take them and start to create something from there. But the ways to start depend in the feelings we have from the original track. Sometimes we create some ideas for an original song and we can adapt the remix into that project.

Your songs are regularly played by Steve Angello, whether « Mistakes » or your remixes. Been supported by one of the monuments of the electronic stage must be huge no?

Yes, it’s amazing! We’ve been following him a lot since the beginning of his career. He brings the opportunity to upcoming artists to grow their scene and that was special for us. He believed in ourselves and he gave us the best way to start our career on his label.

On may the fifth you will play in one of the best club in France : our partner of the Opium club Toulouse ! And we will be there. What can we expect for this memorable evening?

Yes, we’re excited about playing in France! Expect a lot of new music. We can’t wait to show you guys what’s coming this year.

2018 has just begun. We hope that it will be on the same rhythm!

Yes. We’re working on a lot of amazing stuff and plans with the MGMT and all the guys we’re working with.

Préparation : Valso & So’ / Traduction : Wag

Photo : urbanrebelpr.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s