Interview : F. NøIzE (EN + FR)

A l’occasion de la Born To Rave à Paris, organisée par Audiogenic, nous avons eu l’opportunité de poser quelques questions à l’Italien F. NøIzE. La légende du Hardcore répond à nos interrogations sur ses classiques, l’évolution du milieu ainsi que ses projets. Retrouvez ses propos ci-dessous :

(English below)

Salut F. NøIzE, peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas ?

Bonjour tout le monde, mon prénom est Francesco aka F. NøIzE, je suis un DJ italien de 32 ans. Je suis un pur amoureux de Hardcore et considéré comme l’un des pionniers de l’Uptempo.

C’est la question de base de notre site. Quelle est ta définition de la musique électronique ?

La musique électronique est tout ce qui est produit avec des instruments de musique électroniques, c’est tellement vaste comme genre qu’il est compliqué d’être précis.

Cold As Ice” a eu un gros succès, et est jouée encore partout aujourd’hui ! As-tu le sentiment d’avoir produit un classique ?

Je pense que j’ai produit pas mal de classiques, « Cold As Ice » était juste le plus populaire, mais j’ai commencé ma carrière avec « Superman« , « Farinas Therapy« , « Spaccamo Tutto« . Toutes ces tracks représentent une importante période de la scène underground de Rome il y a quelques années. Cependant, la plupart d’entre elles ont été sorties sur des labels inconnus, à une période où je n’étais pas connu non plus, et donc elles sont restées dans le cœur de ceux qui participaient aux soirées à cette époque. Même aujourd’hui, à chaque set, il y a toujours quelqu’un qui me demande de jouer au moins une des tracks citées, et c’est la raison pour laquelle j’ai décidé de les améliorer.

Avec Partyraiser, vous avez récemment sorti un excellent album sous Scarphase. Préfères-tu la complicité d’un duo ou la liberté d’un projet solo ? 

J’aime les deux projets, jouer/produire avec Partyraiser est différent car nous sommes une équipe, nous devons nous mettre d’accord, et parfois on a chacun notre opinion sur comment faire ceci ou cela. Mais à la fin, on obtient toujours de bons résultats et nous sommes reliés par une belle amitié qui fait de chaque performance un beau moment. Tandis que sous F. NøIzE, j’ai une totale liberté et aucune restriction. Je fais ce que j’aime et ce que je pense être dans mon style, donc je peux y aller aussi sauvagement que je veux.

En fin d’année 2019 a eu lieu le Masters Of Hardcore Top 100 dont tu fais 4 apparitions : 2 sous F. NøIzE et 2 sous Scarphase. Quelle importance accordes-tu à ce genre de classement ?

Je pense que cette année les classements ont été dominés par des artistes Mainstream comme Angerfist et Tha Playah, ils méritent de très belles places avec 2 bons albums. On espérait que l’album de Scarphase se place un peu plus haut, mais par dessus tout j’étais satisfait par la position de l’anthem de la Snakepit (notre article ICI) car c’était ma dernière release cette année sous F. NøIzE, et c’est aussi ma track préférée de 2019. Le rang m’importe peu, l’important c’est d’être dans ce classement !

On remarque une grande diversité dans ce classement, fakes drops, kicks aigüe… Quel est ton point de vue sur le Hardcore/Uptempo actuel ? Comment penses-tu qu’il va évoluer ? 

J’ai vu l’Uptempo naître, grandir, évoluer et changer, comme n’importe quels autres sous-genres de la scène Hardcore. Maintenant, nous sommes à un point où les artistes atteignent un bon niveau, mais je remarque que la créativité meurt à petit feu. Il y a une mauvaise habitude de plagier l’artiste du moment, et donc on arrive à un point où peu d’artistes méritent leur succès pour leur musique. La plupart des autres ne se démarquent pas et tu ne peux pas vraiment les reconnaître dans un set. L’Uptempo est en constante évolution, sa plus grande force est son éventail de possibilités. L’étendue de bpm couvert est tellement vaste que tu as la liberté de produire quoique ce soit entre 200 et 250, ou même plus… Comment ? Je ne sais pas, mais j’essaye toujours d’apporter quelque chose d’innovant à la scène.

Tu aimes les artistes innovants, les étoiles montantes. Comment procèdes-tu pour dénicher de nouveaux talents ?

J’écoute du hardcore depuis que j’ai 13 ans. Je vais en soirée depuis mes 16 ans et j’ai toujours eu le « dancefloor feelings » avec ce genre de musique. J’ai vraiment vécu les meilleures années du genre, donc c’est par rapport à mes goûts, si je le sens bien, je le joue, si quelque chose m’excite pendant l’écoute, je sais que la plupart des gens aimeront aussi… La chose la plus importante : je m’en fiche de qui est le producteur, certains DJs construisent leurs sets uniquement avec des tracks populaires d’autres artistes. Personnellement, je préfère jouer des sets tout frais à chaque fois, incluant des artistes inconnus, des trucs que les gens n’ont jamais entendu avant, qui leur font dire « Omg, c’est quoi le nom de cette track” ? C’est ce que j’aimais le plus quand j’étais jeune, de l’autre côté des platines, et ce que je recherche encore quand je vais en soirée pour m’amuser.

Tu as joué à la mythique Thunderdome en octobre dernier. Jouer dans ce genre d’événement, était-ce la chose que tu recherchais le plus en faisant ce métier ?

Je pense qu’il y a certaines soirées qui laissent une trace indélébile dans le cœur d’un gabber, Thunderdome et Dominator sont deux d’entre elles. Quand j’ai commencé à devenir populaire, Thunderdome annonçait son édition “Final Exam” (qui était censée être la dernière), donc j’étais triste de savoir que je ne performerais jamais à un tel évènement. Quand la soirée des 25 ans de la Thunderdome a été annoncé et que j’étais dans le lineup, c’était un des plus grands accomplissements de ma vie, c’est au même niveau avec le fait d’avoir joué 2 fois sur la Main Stage de Dominator. Donc ces deux moments étaient définitivement les plus attendus et excitants de ma carrière.

L’année dernière tu étais à Toulouse, puis maintenant à Paris. Est-ce que tu prends le temps de visiter les villes dans lesquelles tu joues ? 

Quand le temps me le permet oui, je suis également un fan de jeux rétro, donc je m’amuse à chasser les jeux dans les villes où je joue.

Quel est ton meilleur souvenir de club en France ? Que retiens-tu du public français qui vient te voir ?

A chaque fois que je viens en France, je reçois un accueil incroyable ! Je me sens aimé, les gens donnent 200% de leur force pendant le set, tu peux le ressentir. J’ai donc plein de bons souvenirs dans mon cœur, en commençant par les toutes premières soirées où j’ai joué à Lyon (j’ai commencé à jouer en France 2/3 ans avant de jouer aux Pays-Bas), y compris dans les gros festivals comme l’Insane, et aussi les fois où j’ai joué avec de bons amis comme Maissouille et Beatfrost.

Ton masque a une histoire assez particulière : blanc de base, un de tes fans a été l’origine de ton masque actuel que l’on connaît tous. À l’image de The Satan qui a changé le sien dernièrement, comptes-tu le remplacer un jour ?

Mon masque a une malédiction, depuis qu’il a été confectionné par un mec inconnu qui ne l’avait jamais fait avant et qui ne le refera sûrement jamais. Il est unique et très difficile à reproduire. Pour rendre la chose encore plus compliquée, je joue tous les weekends et je n’ai jamais arrêté ce rythme en plus de sept ans. Il est donc très difficile de trouver quelqu’un capable de faire du bon travail en si peu de temps. Jusqu’à aujourd’hui, j’ai essayé de le reproduire deux fois, les deux furent une catastrophe et étaient aussi très chers. Donc pour la troisième tentative, je devrais dire que je cherche une autre solution mais cela va me porter malheur donc je vais plutôt ne rien dire. Dans tous les cas, je vais garder le design de crâne parce qu’il me représente, mais j’en produirais beaucoup pour ne jamais en manquer et peut-être même en partager avec les gens, étant donné que tout le monde le demande !

Physiquement, l’image que reflète un artiste est-elle primordiale dans la hard music ?

Pas à mes yeux, tu sais, la musique c’est de la musique, ça n’a pas besoin d’être représenté physiquement. Mais c’est clair, si tu n’a pas de bonne musique à partager, tu dois mettre en valeur d’autres “qualités”, si tu vois ce que je veux dire. 

Sur presque tout ton merchandising, on y trouve la phrase “You Have No Choice”. Est-ce un message à faire passer ? La persévérance est-elle la clé du succès ? 

C’est mon dicton : la persévérance est la clé du succès. On peut clairement faire tout ce qu’on veut avec du dévouement et du travail acharné. Le slogan « You Have No Choice » est apparu à une période où l’Uptempo était joué pendant des événements Mainstyle ou Industrial, donc pas forcément le bienvenu. Les gens étaient forcés d’écouter ça, même s’ils n’aimaient pas, et c’était une référence au fait : « voulu ou pas, tu dois écouter ça(rires) !

Quels sont tes projets à venir ?

Les nouveaux projets arrivent dans cet ordre : un nouveau Bootleg avec Anhatema, une collaboration avec Monkey Bizness, un nouvel edit pour les 25 ans des MOH et un tas de collaborations à finaliser. Je commence l’amélioration de mes vieux « classiques » et je prévois de faire un album, mais je veux faire ça calmement, donc pas de date annoncée.

Merci d’avoir répondu à nos questions ! Un dernier message à faire passer ?

Merci pour ces bonnes questions, j’ai vraiment aimé cette interview. Beaucoup d’amour et de respect aux Gabbers dans le Monde. PEACE !


Hi F. NøIzE, could you introduce yourself for those who have might flot heard about you?

Hi everyone, my name is Francesco aka F. NøIzE, and I’m a 32 year DJ from Italy. I’m considered one of the pioneers of the Uptempo sound and a pure Hardcore lover.

This is the basic question of our website. What is your definition of the electronic music?

The electronic music is whatever is produced with electronic musical instruments, it’s such a big genre that it’s hard to be specific.

« Cold As Ice » was a big success, and it’s still played everywhere today ! Do you feel like you’ve produced a classic ?

I feel like I have produced many classics, ‘Cold As Ice‘ was just the most popular, but I started my career with ‘Superman‘, ‘Farinas Therapy‘, Spaccamo Tutto‘, all tracks which represented an important period of the underground scene of Rome of some years ago. However, most of them were released on unknown labels, in a period where I was unknown too and therefore they remained in the hearts of the people who attended the parties in those times. Even today at each set, someone asks me to play at least one of the tracks mentioned above, and that’s the reason I decided to revamp them.

With Partyraiser, you recently released an excellent album under the name of Scarphase. Do you prefer the complicity of a duo, or the freedom of a solo project?

I love both projects, playing/producing with Partyraiser is different because as a team, we have to arrange everything together, and sometimes we have our own opinions on how to do this or how to do that, but in the end we always achieve great results and we are bonded by a great Friendship that makes every performance a great moment. Whereas with F. NøIzE, I have no restrictions, total freedom, I do what I like and what I feel represents my style, so I can go wild however I want.

At the end of 2019, you took 4 places in the well-known MOH Top 100; 2 in the name of F. NøIzE, and 2 with Partyraiser (under the name of Scarphase). Is this ranking important to you ? What is your opinion about it ?

Ithink this year the charts was dominated by Mainstyle artists like Angerfist and ThaPlayah, they deserve such spots with 2 great albums, we expected the Scarphase album to be a bit higher, but overall I was satisfied with the Snakepit anthem position, because it was the last track that I released as F. NøIzE during the year and also my favourite track of that year. Rank doesn’t matter to me, what is important is to be in that chart!

We’ve noticed a great diversity in this Top 100 : fakes drops, acute kicks… What is your point of view on the current Hardcore/Uptempo? How do you think it will evolve?

I saw the Uptempo being born, grow, evolve and change, as any other subgenre in the Hardcore scene, now we are at a point that many artists achieved a good quality level, but I noticed that creativity is slowly dying, there is this bad habit to be the copycat of « the guy » that is popular at the moment, and so we end up with just a few artists that deserve to be recognized for their sound in this jungle and a lot of the others sound similar and you can’t really recognize them in a set. Uptempo will keep evolving, because it’s biggest strength is the changeability, the range of bpm that it covers is so wide that you have almost freedom to produce anything between the 200 up to 250 and more, how? I don’t know, but always try to bring something new to the table.

You like innovative artists, rising stars. What is your method to find new talents?

I’ve listened to Hardcore since I was thirteen. I’ve been going to parties since I was sixteen, and I have always had the « dancefloor feelings » with this kind of music. I have literally lived some of the best musical ages of this genre, so it’s all about my personal taste, if I like it, I play it, if something excites me during the listening, i know that probably most of the people will like it too… The most important thing: I don’t care who is the producer, some DJ’s build their sets only on other popular artists tracks, I personally would rather play always a fresh new set every time, including unknown artists as well, something that people never heard before, that make people say « Omg! What is the name of this track? »

That was what I liked more when I was on the other side of the deck, and what I still look for when I go to enjoy a party.

You have played at the legendary Thunderdome last October. Was it the thing you’ve the most waited for?

I think there are a few parties that will leave an unremarkable sign in your heart as a gabber, Thunderdome and Dominator are 2 of them. When I became more popular, Thunderdome had the Final Exam Already (which was supposed to be the last Thunderdome), so I was sad that I could probably never perform to such a big event. When the 25 years party was announced and I was on the lineup, that was one of the greatest achievements of my life, it is right up there with performing twice on the Mainstage of Dominator. So those 2 where definitely the most awaited and exciting moments of my career.

Last year you were in Toulouse, next February the 22nd you are in Paris. Do you spend time visiting the cities you play as well?

When times allow it yes, I’m also a big retrogamer, so I have fun going game hunting in the cities where I perform.

What is your best memory while playing in France? What do you remember from the French public who came to see you?

Every time I come in France I receive an amazing welcome! I feel loved, people give the 200% of their strength during the set, YOU CAN FEEL IT. So I have lots of nice memories in my heart, starting from the very first parties where I performed in Lyon (I started to perform abroad in France 2/3 years before playing in the Netherlands), ranging to all the bigger festivals like Insane, till the times that I performed next to some big friend like Maissouille and Beatfrost.

Your mask has a special history: basic white, one of your biggest fans was the origin of your current mask that we all know. Like The Satan who changed his own lately, do you plan to replace it one day?

My mask has a curse, since it was made by a total random guy that never did it before and that will never do it again, it is unique and very hard to reproduce. To make it even more difficult, I perform every weekend and have not stopped with doing that for more than 7 years now, so it is really hard to find someone that can do a good job in that small amount of time.

At this time I did 2 attempts to reproduce it, both went horribly wrong and were also very expensive, so for the 3rd time I could say that probably I found another solution, but I would rather keep the mouth shut, because I don’t want to be unlucky again.

Anyway, I will keep the skull design because is what represents me, but I’m might make a big production on a wide range, so that I will never run out of it, and maybe I can start to share them with the people too, as it is something people are always asking about!

Is the appearance important for a hard music artist?

Not for me, you know music is MUSIC, it doesn’t have to be represented in a physical way, but it is clear, if you don’t have any good music to share, you have to bend to other « points of interests », if you know what I mean.

On almost ail your merchandising, we find the phrase « You Have No Choice ». ls this a message to get across? Is perseverance the key to success?

lt is my law; Perseverance is the key to success. We can definitely achieve everything with some hard work and pure dedication. The  »You have no choice » slogan came to exist during a period that Uptempo was played during Mainstyle or Industrial events, not so well welcomed. People were forced to hear it, even if they didn’t like it, and so was referenced to the fact, « wanted or not you have to listen to this shit! » Haha.

What are your incoming projects?

The new projects are coming up in this order: A new Bootleg with Anhatema, a collab with Monkey Bizness, a new Di Tool for MOH 25 Years and a lot of new collabs to finalize. I’m starting the revamp of my old « Classics’ and I’m planning to do an album, but I want to keep it calm and relaxed, so no deadline for it.

Thank you for answering our questions! One more words to share?

Thank you for the nice questions, I really enjoyed this interview. Much love and respect to all the Gabbers in the world. PEACE!

Préparation : Lutel, Valso / Traduction : Lilou, Lutel

2 réflexions sur “Interview : F. NøIzE (EN + FR)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s