Interview : Mark With a K & MC Chucky (EN + FR)

© Antoine Gutowski

Dernière interview réalisée au No Man’s World Festival et ce sont les talentueux Mark With a K et MC Chucky qui ont répondu à nos questions. De leur amour pour le Tekstyle à leur performance sur la mainstage de Tomorrowland en passant par leur longue carrière, les deux compères nous expliquent tout, en long et en large !

(english below)

Salut Mark With a K et Mc Chucky, pourriez-vous vous présenter pour ceux qui ne vous connaissent pas ?

Mark : Je m’appelle Mark With A K. Je suis Dj/producteur, actif dans la Hard Dance. Je tourne beaucoup et souvent avec mon frère d’une autre mère… MC Chucky !

Chucky : C’est moi. Je suis chanteur et MC. Je fais également beaucoup de shows avec Mark With a K !

C’est la question de base de notre site : Quelle est ta définition de la musique électronique ?

Mark : C’est une musique faite avec des appareils électroniques, où aucun instrument réel n’est utilisé. C’est également un style de vie, une passion. La musique électronique vous donne la liberté de faire ce que vous voulez. Vous n’êtes pas obligés d’utiliser de vrais instruments. Vous pouvez créer ce que vous voulez et c’est ce que j’aime dans cette musique… La liberté !

Chucky : À partir des sons que vous entendez autour de vous, vous pouvez créer quelque chose d’unique. Avec la musique électronique, vous avez une liberté immense, presque infinie. Avec la musique originale (organique), vous êtes limités aux seuls instruments en votre possession.

Mark : En effet ! Une guitare sonne comme une guitare, un saxophone sonne comme un saxophone, vous voyez ce que je veux dire. Mais la musique électronique peut produire des sons que vous ne pouvez pas reproduire dans la vie réelle….Et c’est ce que j’aime !

Un Dj, un MC, comment est né votre projet commun ?

Chucky : Nous nous sommes rencontrés par hasard. J’organisais une soirée au Complex, c’était un club en Belgique et Mark était notre special guest. Dès le premier instant où nous nous sommes rencontrés, nous avons eu une certaine connexion, ça a matché directement. Et à partir de ce moment, on a tout de suite formé un duo complémentaire !

Mark : Totalement d’accord (rires) !

Votre style de musique est assez hybride, mélangeant Tekstyle, Jumpstyle et parfois Hardstyle. Comment définiriez-vous la musique que vous produisez ?

Mark : Hard Dance ! Ces styles que vous venez de citer, ce sont mes influences. Si certaines de mes pistes ont un côté un peu plus Hardstyle ou plus Tekstyle ou Jumpstyle…. Je m’en fiche ! Je fais ce que j’aime et si les gens aiment aussi, c’est parfait ! Mais dans chaque morceau que je produis, j’y dépose mes émotions. Cela vient directement du coeur. Peut-être que ma musique sonne comme un mélange de style, je ne sais pas. Je préfère donc la définir comme Hard Dance, c’est plus simple !

Mark, tu as produit “Radioactive” ou “Fear of The Dark” en collaboration avec Warface, des sons entre émotion et énergie… Lier ces deux sensations est le cocktail parfait ?

Mark : Le Tekstyle est plus axé sur le rythme et la création de sons uniques. Le Rawstyle se concentre plus sur de gros kicks bien durs. C’est ce que nous avons essayé de combiner et je pense que cela a été le match parfait !

Mark, tu as 5 albums à ton actif, ce qui est une vraie prouesse dans le monde de la Hard Dance. Comment arrives-tu à produire en quantité sans impacter la qualité ?

Mark : Je n’en ai aucune idée (rires). Ce qui est certain, c’est que je ne veux pas m’atteler à la production d’un autre album. Mon management m’a conseillé d’en sortir un nouveau mais j’ai refusé directement. La création d’un opus me coûte beaucoup d’énergie. A chaque fois, je perds dix ans de ma vie. Croyez-moi, les gens ont tendance à oublier tout le travail qu’un artiste consacre à une seule piste. Chaque morceau doit être différent dans un album donc il faut se renouveler encore, encore et encore. Je veux toujours créer de choses nouvelles pour une musique qui vient directement du cœur. Cela peut être un sentiment de fête ou plus profond… Je m’en fiche car ça doit venir de moi ! Il est donc difficile de créer 10 ou 12 morceaux totalement différents. De plus, il faut parfois attendre les chanteurs ou les MC pour les séances studios etc. C’est tellement stressant ! La création est un processus long et souvent éprouvant. Je sais qu’il y a des producteurs qui sortent de nombreux albums mais ils contiennent souvent des pistes presque identiques ! Je dis toujours « même merde, mélodie différente ». C’est exactement la même piste avec une mélodie différente. Je ne veux pas faire ça. Je veux faire des morceaux totalement différent et que le public me dit : «Wow, ça c’est différent !». C’est toujours le style Mark With a K mais c’est quelque chose de différent. Et cela, en studio, c’est un travail difficile. Je vais vous confier quelque chose : Certains artistes Hardstyle affirment que le Tekstyle est trop simple, pas assez technique etc. Mais dans le Tekstyle, tout repose sur les sons utilisés. La plupart des artistes Hardstyle actuels, pour moi, sortent des sons identiques à ce qu’ils ont fait avant. Même sons utilisés, seule la mélodie change ! Je vais peut-être me faire beaucoup d’ennemis en disant cela mais c’est ce que pense ! Selon moi, le Hardstyle est techniquement beaucoup plus difficile certes, mais le Tekstyle est beaucoup plus stimulant sur le plan créatif. Dans le Tekstyle, vous ne pouvez utiliser qu’un seul son par 1 piste. Dans le Hardstyle, ils utilisent presque à chaque fois une mélodie posée sur des sons Raw….

Tu désires conserver ta patte musicale coûte que coûte !

Mark : Oui, totalement mais c’est difficile. Quand j’explique aux jeunes producteurs comment j’ai produit tel ou tel track, ils me disent « Oh, c’est beaucoup de travail ». Oui, car je parle toujours d’une feuille blanche. Je ne commence jamais avec des projets existants. Je débute toujours un nouveau avec un projet vide. De plus, pour me mettre à travailler, je dois avoir une idée de départ. Je ne vais jamais en studio sans avoir quelque chose en tête, sans avoir une émotion qui me travaille intérieurement. Cela peut être une mélodie dans un film, un son dans la nature. Il faut que cela soit quelque chose qui m’ait heurté, sinon je ne trouve pas d’inspiration ! Je connais des producteurs qui restent au studio du matin au soir… Je ne peux pas faire ça du tout… Je finis par m’endormir au milieu du studio (rires).

MC Chucky… Dans le Hardstyle, de nombreux MC se sont illustrés tels MC Villain ou DV8. Tu es certainement le plus connu dans le Tekstyle. Pourquoi être resté dans ce style ?

Chucky : C’est vraiment cool à entendre. De toute évidence, il y a une énorme différence entre DV8, Villain et moi. La façon dont notre voix sonne, la façon dont nous jouons, nous nous habillons, etc…. Par rapport à moi, DV8 et Villain exercent la fonction MC comme un travail à temps plein, alors que j’ai toujours un emploi à temps plein à côté de ma carrière de MC. Par conséquent, le temps dont je dispose pour faire certaines productions est limité. On peut donc dire que 90% de ma réputation repose sur mes performances et les 10% restants grâce aux productions. J’aimerais avoir plus de temps et sortir plus de morceaux. Pour le moment, je dois faire des choix en fonction du peu de temps dont je dispose… Mais néanmoins, c’est un grand honneur d’entendre quelque chose comme ça, merci beaucoup !

Cette année, vous avez livré une performance incroyable sur la mainstage de Tomorrowland. Comment avez-vous préparé votre show pour un public peut-être moins connaisseur de votre style ?

Chucky : Laissez-moi vous raconter une anecdote au sujet de ce show. Dès l’instant où nous avons appris la nouvelle, c’était une surprise totale. Nous avons même pensé que c’était une blague. Mark était très stressé par la performance… car c’est Tomorrowland tout de même ! Nous sommes donc allés en studio avec l’objectif de délivrer une performance 100% live, comme toujours. Nous passer en revue les morceaux que Mark pourrait jouer et nous en avons sélectionné 40. Il faut savoir qu’il a pour chaque show plus de 100 titres avec lui. Pour ce live, nous avons décidé de nous limiter à 40 pour plusieurs raisons. Premièrement, il pourra se concentrer sur sa performance. Il ne devrait pas perdre de temps a chercher le morceaux suivant, il lui suffisait de choisir par seulement 40 pistes… et non plus d’une centaine. Ensuite pour diminuer le stress car la mainstage de Tomorrowland, ce n’est pas rien (rires). Le monde entier regarde cette scène et les artistes qui y jouent. C’est la seule préparation que nous avons eu. Il y a eu un moment très éprouvant pour nous, c’était dans les coulisses. Le mec de l’orga nous a regardé et nous a dit  » Dans 4 minutes, c’est à vous ! Showtime ! ». A ce moment-là, nous nous sommes regardés et nous nous sommes dit « Merde, c’est réel désormais ! ça passe ou ça casse » ! Au final, nous avons adoré performé sur cette mainstage ! Certes, les premières minutes étaient très stressantes, mais après, je pouvais voir que Mark, à sa façon de jouer etc, appréciait également ! Il était dans son élément, dans sa zone de confort. Et résultat final, le public a répondu positivement et c’était géant !

Mark : Pour cette performance, je n’ai fait aucun compromis. Je voulais jouer ce que je voulais, ce que j’aimais. Je ne voulais pas adapter ma façon de jouer pour être certain de plaire.. NON ! J’ai fait mon truc et le public a adoré… Et nous aussi !

Vous vous produisez sur les scènes de la Defqon.1 , du Sunrise Festival, de la Decibel, du Qontinent pour ne citer qu’eux, cependant on vous voit que très rarement en France… Avez-vous une explication à cela ? Peut-être des dates à nous donner en exclusivité ?

Mark : L’explication est très simple… J’ai peur de l’avion… Mais j’y travaille. Je vais probablement surmonter cette peur l’année prochaine. Je lutte avec cela depuis de nombreuses années.

C’est dommage car le public est français est demandeur de Hard Dance !

Chucky: Nous savons que la France adore la Hard Dance. Nous ne sommes allés que quelques fois en France et c’était à chaque fois une très belle expérience. Par exemple, nous avons joué dans un club appelé Xses à Lyon. Nous avons donc eu 10 heures de voiture pour aller en voiture et 10 heures pour le retour. C’est un long trajet (rires).

Quels sont vos projets communs et individuels à venir ?

Mark: Je suis vraiment focus sur la production en ce moment. Je viens juste d’avoir mon nouveau studio, alors je m’habitue à ce nouvel environnement. Pour l’instant, je suis très inspiré, j’ai de nombreux nouveaux morceaux à vous faire découvrir !

Chucky: J’ai eu de nombreux concerts cet été. Mais à l’approche de l’hiver, je peux retourner en studio. Nous avons un excellent titre qui devrait sortir en 2020. Nous continuerons également à travailler nos performances. Il faut tout tout donner quand on est sur scène. A la fin du show, je veux que le public rentre chez lui avec le sourire aux lèvres et passent le mot à leurs amis :« Vous connaissez Mark With a K & MC Chucky ? Bon sang, ils sont incroyables sur scène » !

Merci d’avoir répondu à nos questions. Un dernier message à faire passer au public français ?

Chucky : Les gars, on sait tous que DJ Snake est incroyable mais il doit absolument jouer les remixes de Mark With a K !

Mark : Vive la France, Vive la République (rires) !


Hi Mark With a K, Hi MC Chucky, could you introduce yourself for those who might not heard about you?

Mark: My name is Mark With a K. I’m a deejay/producer, I make hard dance music and I do a lot of gigs with my brother from another mother…MC Chucky

Chucky: Yep that’s me. I’m a vocalist, I’m an M.C., some part of the act of Mark with a K and most of the time we perform together.

This is the basic question of our website, what is your definition of the electronic music?

Mark: It’s music made with electronic devices, where there are no real instruments used. It’s a lifestyle it’s a passion. Electronic music gives you the freedom to make whatever you want. You’re not restricted to only using real instruments but you can make whatever you want and that’s what I like about electronic music.

Chucky: From the sounds you hear in the environment or the neighbourhood, you can create something, So that’s the huge freedom you got with electronic music. If you stay tuned to the original music sounds, you’re limited to the instruments you’ve got.

Mark: A guitar sounds like a guitar, saxophone sounds like a saxophone, you know what I mean. But electronic music can make sounds like you can’t make in real life. So that’s what I like.

A Dj, a MC, how does this project started?

Chucky: We basically got together by coincidence. I was hosting a gig at Complex, it was a club in Belgium. Mark was our special guest and he had to perform over there. From the very first moment we met, we got a certain connection, it clicked. And from that moment, it had already developed to what we’ve got right now, we’re a team. Yeah.

Mark: Yes, I agree (laughing)

Mark, your music is a mix between Tekstyle, Jumpstyle and Hardstyle. How do you define your music?

Mark: Hard Dance! Those are my influences. Some of my tracks have a little Hardstyle influences on the other side raw style influences, Tekstyle, Jumpstyle…. I don’t care. I like to make what I like and if the people like it, it’s better. But in every track I make, there is something I like. I made them with my heart and it can be a mixt of both styles. I just describe it as a hard dance thing, that’s easier.

Mark, you produced “Radioactive” and “Fear of The Dark” with Warface. Those songs are a mix between emotion and energy. Is this mix the perfect combination in music?

Mark: Tekstyle is more about the rhythm and creating unique sounds, not so much about who can make the hardest kick drum. It’s more like the flow of Tekstyle…and that, in combination with his kicks, I think, was the perfect match.

Mark, you released 5 albums. How can you produce so much music without impacting the quality?

Mark: I have no idea (laughing). I don’t want to make another album. The management said that I have to make another one. I was like “No” because every time I make an album, I lose ten years of my life. Trust me, people forget how much work I put into a track because I don’t want to make the same track over and over again. I always want to make something new and something from the heart. I want to tell something, even if it can be a party feeling, it can be an emotional feeling also… I don’t care, it has to come from me. So making like 10 or 12 different tracks is hard because sometimes you have to wait for singers, vocalists or even rappers. It’s so stressful. For example, I just have a few tracks ready. I feel like it’s 90 percent done but now we’re waiting for the vocalist. And it’s so stressful but it’s OK, it’s part of the process. But like I said I hear other producers, I don’t want to call names, but it seems like every track is the same track. I’m always saying like “same shit, different melody”. It’s just the same track with a different melody. I don’t want to do that. I want to make tracks and get from people “Wow, it sounds different”. It’s still my style but it’s something different. That makes it harder. I’m gonna tell you something. Some Hardstyle artists say about Tekstyle “it’s so easy, it’s not technical”. But in Tekstyle, all relies on the sounds. Every time you have to come up with a new sound. Hardstyle, for me, always sounds the same. Maybe I’ll get a lot of haters for this but this is my opinion. So for me, Hardstyle, is technically much harder but Tekstyle is creatively much more challenging. In Tekstyle you can only use that 1 sound for 1 track. While in hardstyle they use almost every time a sawlead melody. It’s a long discussion but I don’t want to get any hate because i have huge respect for all the hardstyle producers.

You want to keep your fingerprint!

Mark: Yes, totally but it’s hard. Sometimes people come over and I explain how I made a track. They said “Oh it’s a lot of work”. It is because you start like a painter who start with a blank canvas. I never start with existing projects. I always start with an empty blank project. Sometimes, I can only start a track if I have an idea. I can’t just stay in the studio like” Oh maybe something will come”. No I don’t want that. I feel, I have enough emotion with something… that can be a melody in a movie, that can be a sound in nature. I don’t know. Something hits me and then I get inspired. I know producers who just sit in the studio from the morning until midnight… I can’t do that at all or I fall asleep in the studio (laughing).

MC Chucky, you are one the biggest MC in Hard Dance Music. Why do you prefer Tekstyle as a MC? There two bigs MC’s in Hardstyle (DV8 & MC Villain) and you are the best in Tekstyle. 

Chucky: That’s really nice to hear. Obviously, there a huge difference between DV8, Villain and me. The way we sound,perform, dress, look,…. Compared to myself, DV8 and Villain are practicing the MC function as a full time job, while I still have a full time job next to my MC career. Therefore I’m restricted in the amount of time that I have available to do some productions. So you could say that 90% of my reputation is built on my performances and the other 10% thanks to the productions hehehehe. I would love to find some more space in my agenda and release more tracks you know, but for the time being, I have to make choices in the little spare time I have… But nevertheless,  it’s a huge honor to hear something like that, thank you! 

This year, you’ve done an incredible performance on the Tomorrowland Mainstage. How did you prepare for this show, where the crow disses not very into Hard Dance.

Chucky: Let me tell you something about that. From the very first moment we started, it was a complete surprise, we were not aware about it. So at first, we thought it was a joke when we heard it. But Mark was very stressful about the performance. So we went in the studio and we did what we always say: we’re going to be 100 percent live. Tracks were mixing and so on, it’s going to be live but we reduced the amount of tracks. Mark have one hundred tracks to choose from. So we’re limited to just 40 tracks or whatever. So he could focus on his performance because it’s very stressful. The whole world is watching. And that’s the only way we prepare ourselves. We said “You know what? Out of 40 tracks you can choose.” But I wanted to get him more comfortable. When he was behind the deejay booth he only had to choose out of 40 tracks, he would not lose time choosing which track and so on. And that’s the only preparation we basically did. The only thing because I think it really hit us when we were backstage already on the mainstage and that dude told us you got four minutes and then it’s showtime. We were like “Damn” it hit us hard. It was like shit. It’s serious. It’s yours in four minutes. It’s up to us you know.

But I think we enjoyed the performance. The first minutes were of course very stressful but afterwards, I could see that Mark, the way he play, the way he moves, enjoyed it completely. He was in his element. He was in the zone. And that was basically the only preparation we did. I mean it was do or die…either way the people would love what we did or they would hate it… but there was no way back.

Mark: I wasn’t making any compromises. I wanted to play what I always wanted, what I did. And not go like “oh we maybe should play a little bit more like these” …NO, just my thing and the crowd really liked!

You’re playing on big stages like Defqon.1, Sunrise Festival, Decibel, Qontinent for example, but we rarely see you in France… Do you have any explanation? Maybe an exclusive gig ?

Mark: I fear of flying but I’m working on it. I will probably overcome it next year. I’ve been struggling with it for many years.

Because Hard Dance is very developed in France..

Chucky: You know there’s a lot of development over there. We’ve been only a few times in France. For example, we were once in a club called EXCESS which is in Lyon. Mark was afraid of flying. So we had a 10-hour car drive to go and 10 hours to go back. It’s a long drive (laughing).

What are your next projects?

Mark: I’m really focused on making new music right now. It’s a process. I just got my new studio, so I’m getting used to that new environment and I’m making a lot of new tracks. So that’s what I’m doing.

Chucky: I have too much gigs on and so on and it is a huge part of your life and off your daily routine as well. But as we come closer to the winter time, you can spend as well time in the studio. We have great new music for 2020. We’ll keep doing our thing to get our ideas on stage. Rock as always on stage, give as much as we can for every performance. So everybody could go back home and have a smile on their face and tell their friends “We had a great time. You know Mark With a K and MC Chucky? Damn they rocked that stage!” We want to bring our music to the crowd.

Any last word for the French crowd?

Chucky: You know Dj Snake rocks! But he has to play the remix of Mark With With a K (laughing)

Mark: Vive la France, Vive la République (laughing)

Réalisation : Remicrd, Pierre, Antoine / Préparation : Remicrd & Valso / Retranscription : Remicrd

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s