Interview : Morten Granau (EN + FR)

© Facebook : Morten Granau

Lors du Dream Nation Festival (report’ à lire ICI), nous avons interviewé le talentueux Morten Granau. Des sonorités trance jusqu’à l’évolution du style, voici l’intégralité des propos du Danois :

(english below)

Salut Morten Granau, peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas ?

Je vis à Copenhague au Danemark et je vis de la musique. Je voyage autour du monde pour jouer et kiffer !

C’est la question de base de notre site, quelle est ta définition de la musique électronique ?

Hum… C’est électronique bien sûr, et… Je sais pas vraiment en fait, c’est dur comme question ! Il faudra que j’y réfléchisse.

On se retrouve donc juste après ton set au Dream Nation Festival ! C’était comment ?

C’était vraiment vraiment cool, l’énergie était incroyable. Le public était vraiment bien ! L’installation, la scène et l’événement étaient à un gros niveau de production.

Ton morceau “Scope” est sorti le mois dernier. Peux-tu nous en dire plus sur ce son ?

C’était une sorte de nouveau style que je tente de suivre. C’était après que j’ai vu la série “Chernobyl”. J’ai été inspiré et je voulais faire un morceau dans la vibe de ce que j’avais regardé. C’était une sorte d’expérimentation.

Ton remix de “Ecstasy” est devenu un énorme classique. Préfères-tu donner une nouvelle vie à une musique en la remixant, ou produire de toutes pièces ?

Ça dépend. Enfin, je préférerais toujours faire mes propres productions ! Mais si j’entends un bon morceau et que je sens qu’il y a du potentiel pour y mettre ma touche, alors je le ferai sans hésiter.

Lier la puissance de la trance avec la beauté des mélodies deep et progressive, c’est le cocktail parfait pour toi ?

J’aime les tracks super dark avec quasiment aucune mélodie, mais j’aime aussi les morceaux beaucoup plus doux et mélodiques. Des fois, je combine les deux ou à d’autres moments, je préfère aller soit d’un côté soit de l’autre.

La scène danoise n’est pas vraiment la scène la plus connue au monde. Que penses-tu de cette scène et aurais-tu des artistes à nous recommander ?

Du Danemark, il y a mon ami Phaxe. Je fais beaucoup de musiques avec lui et c’est vraiment un gars que vous devriez aller écouter ! Et pour ce qui est de la scène danoise, nous sommes un petit pays comparé au reste du monde, on est même pas 6 millions quelque chose dans le genre, donc bon…

D’ailleurs, tu partages souvent ta musique avec Phaxe, que ce soit en studio comme sur scène. Peux-tu nous parler de ta relation avec lui ?

On est ami depuis 15 ans, on s’est rencontré à travers la musique. Et on s’est juste assis dans le studio un jour, et on a eu une belle alchimie pour créer des morceaux ensemble.

La trance dominait le monde de la musique dans les années 90 et début 2000. Alors que nous avions l’impression que ce style allait mourir petit à petit, on peut voir un renouveau au devant de la scène ces dernières années à l’image de Vini Vici par exemple. Que penses-tu de l’évolution de la Trance depuis le début de ta carrière ?

On ne peut pas vraiment paralyser l’évolution, c’est une suite logique. Des gens ne sont pas vraiment contents de ça, ils pensent qu’on devrait juste rester aux racines et ne pas vraiment évoluer. Mais je trouve que c’est quelque chose de naturel et quoi qu’il se passe, il y aura de l’évolution. Donc ça me va parfaitement.

D’un point de vue scénique, préfères-tu jouer dans une petite salle intimiste ou dans un grand festival devant plusieurs milliers de personnes ?

Ça dépend de la soirée et du public ! Une petite scène peut être aussi intense qu’un gros festival. Ça dépend vraiment de l’énergie dans la salle.

Quels sont tes projets à venir ?

Vous pouvez attendre beaucoup de nouvelles musiques. J’ai beaucoup de choses en cours et ça sortira bientôt. Je finis juste les dernières retouches et ensuite je les sortirais.


Hi Morten Granau, could you introduce yourself for those who might not heard about you?

Yeah, I’m living in Copenhagen, Denmark and making music for living, traveling the world to play and enjoying!

This is the basic question of our website, what is your definition of the electronic music?

Hum… It’s electronic of course and… I don’t know that’s a hard question! I have to think about that!

So you just came out of your set from the Dream Nation Festival, how was it?

It was really really nice, the energy was amazing. The crowd was really really good and the whole set-up, the scene and the whole event was really a high level production.

Your last track, “Scope” was released a month ago. Could you tell us a little bit more about it?

It’s kind of a new style that I’m trying to follow. It was actually after I saw the serie called “Chernobyl”. And I was a little bit inspired and I wanted to do a song kind of this vibe of the serie. It was a just a little experiment.

Your remix of “Ecstasy” became a classic. Do you prefer doing remixes or original tracks?

That depends. I mean I always prefer to make my own productions. But if I hear a good song out there and I hear a potential to put my own touch on it, I definitely will.

To link the power of the trance music with the beauty of the deep and progressive melodies, is it the perfect mixture for you?

I like super dark tracks with no melodies at all, and I also like the super soft more melodic tracks. And sometimes I combine them and sometimes I just prefer to go on one side or the other.

The Dannish scene is clearly not one of the most famous scene of the world, what do you think of the Dannish Scene and do you have any artist to recommend?

From Denmark there is my good friend Phaxe. I made a lot of music with him and he is definitely a guy you should check out ! And the Dannish scene, yes obviously we are a very small country compared to the rest of the world, we are only like 6 millions people something like that.

Talking about Phaxe, You spend a lot of time with him in the studio. Could you tell us about your relationship with him?

We have been friends for 15 years, we met through the music. And then we just sat in the studio one day and we just had a good way of creating songs together.

The trance was all around the world in the 90s and at the beginning of the millenium. But in the past few years we had the feeling that it was starting to disappear a little. But we can see that it came back in the light with artists as Vini Vici. What do you think about the evolution of trance music since the beginning of your career?

Well you can not really avoid the evolution, that’s just a part of it. Some people are not really happy about it, they think that you should just stay to the roots and not really evolve. But I think it’s a natural thing it would evolve what ever happened. So I’m totally fine with that!

From a scenic point of view, what do you prefer. Playing in a tiny room with a few people are in a festival in front of thousands of people?

That all depends on the party and the crowd ! A small room can be just as intense as a big festival. That definitely depends of the energy on the room.

What can we expect from you in the futur?

You can expect a lot of new music. I’ve got a lot of things going on and that will come definitely soon. I have got a lot of stuff, I’m just finishing the last touches and then I will release it!

Réalisation : Wag / Préparation : Valso & Wag / Retranscription : Wag

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s