Interview : Mike Williams (EN + FR)

© Facebook : Mike Williams

Sixième interview réalisée lors de notre passage à la Dancefair où nous avons posé quelques questions à Mike Williams. De la genèse de la Future Bounce à ses futurs projets qui s’annoncent grandioses,en passant par son ascension, le Hollandais se livre sur sa musique. Voici l’intégralité de ses propos :

Salut Mike Williams ! Peux-tu présenter pour ceux qui ne te connaissent pas ?

Je m’appelle Mike Williams, j’ai 22 ans, je produis de la musique et je suis DJ. J’ai commencé à 14 ans. Je fais de la dance music, de la house music, de l’EDM.

C’est la question de base du site… Quelle est ta définition de la musique électronique ?

Je pense que c’est une musique pour tout le monde. Cela peut être beaucoup de choses. L’électronique peut être super large. Ce pourrait être de la musique dance mais aussi n’importe quel genre de musique, je pense.

Tu es souvent présenté comme l’un des pionniers de la Future Bounce, comment en es-tu à arrivé à produire ce style si particulier ?

En fait, je ne l’ai pas vraiment fait exprès. J’essayais de trouver mon propre style et ce n’était pas vraiment intentionnel d’essayer de créer tout un nouveau style de musique. J’aime produire des morceaux mélodiques et d’y implanter une vraie énergie. J’adore cette combinaison. Et je pense que c’est comme ça que tout a commencé. Ce n’était pas vraiment quelque chose que j’ai intentionnellement fait. Ensuite les gens ont commencé à appeler ça la Future Bounce, pourquoi pas… (rires).

Tu t’es fait connaître grâce à « Sweet & Sour » qui a été signé sur le label de Tiesto. Considères-tu que cette release a été un tremplin pour ta carrière musicale ?

Je pense que cela a été déterminant dans le début de ma carrière. C’était le premier morceau qui a vraiment été remarqué. Mon premier titre solo sur un grand label également. Donc, c’est un peu comme ça que ça a commencé et ensuite, je pense que j’ai développé un son assez énergique, assez fou !

Dernièrement, tu as sorti un morceau avec une autre légende de l’EDM, Hardwell. Se retrouver en studio avec un producteur comme Hardwell, ce n’est pas aussi synonyme de pression ?

C’était beaucoup de pression, mais c’était aussi très amusant parce qu’il travaille différemment. Je peux donc vraiment apprendre de lui. Comme je fais les choses différemment, parfois il regarde mes projets et me dit «Ah bon, tu le fais comme ça» (rires). Il existe de nombreuses façons de produire et c’est amusant de combiner ces différences sur une track. C’était vraiment amusant en studio !

Avec quelles autres légendes rêves-tu de composer ?

Je veux vraiment en faire plus, ainsi que des collaborations avec des artistes pop, pour obtenir un son plus grand, plus varié. Pas seulement EDM. Par exemple, j’aime beaucoup ce que Zedd est en train de faire, avec une approche plus pop. Collaborer avec d’autres artistes pop, chanteurs, auteurs-compositeurs, je pense que c’est vraiment cool et intéressant à faire.

Dans ta discographie, il y a quelques collaborations avec des chanteurs (“Another Night” avec Matluck et “Don’t Hurt” avec Brezy). Pour ces morceaux, cela sonne différemment et laisse une grande place à l’émotion. Est-ce plus difficile de collaborer avec des vocalistes ?

C’est amusant car ce n’est pas nécessaire d’avoir toujours un son hard. De plus, c’est plus difficile parce qu’il y a plus de personnes qui travaillent sur la piste, et pas uniquement moi. Mais c’est cool parce que tout le monde peut avoir son mot à dire ! Et j’aime vraiment ce titre (ndlr : « Don’t Hurt ») car il est très émotionnel et mélodique. Lorsqu’on écrit une chanson au lieu d’être en studio et de ne faire que du son, ça ne peut qu’être bénéfique !

On sait tous que cette vie peut être difficile et on connaît les effets néfastes que cela peut engendrer, comment arrives-tu à garder la tête sur les épaules avec ta carrière qui se développe très vite ?

C’est important d’avoir les bonnes personnes autour de toi. Par exemple, mon père et ma mère étaient toujours derrière moi et soutenaient tout ce que je faisais, ma sœur aussi. Et ils sont tous très impliqués, ce qui me permet de rester les pieds sur la terre. De plus, mes amis me sortent de tout ça. C’est vraiment important d’avoir autour de toi les bonnes personnes, qui peuvent te dire parfois «Yo Mike, je pense que tu devrais faire ceci ou je ne pense pas que tu ne devrais pas faire ça». C’est vraiment important parce que si tout le monde vous dit «Oh, tu es incroyable, tu es si bon», alors ça va te faire flipper.

Tomorrowland, Ultra… Tu as foulé sur les plus grandes scènes du monde ! Où rêverais-tu de jouer à présent ?

Après avoir fait la mainstage de l’Ultra, je voulais vraiment jouer sur celle de Tomorrowland. Cette année, ce sera accompli car je jouerai sur la mainstage. C’est comme un rêve devenu réalité. Mais il y a tellement de grands festivals dans le monde où je veux jouer (rires). L’Asie est grande, l’Europe est aussi super grande, avec de nombreux festivals. Aux États-Unis, il y a tellement de choses intéressantes que je n’ai pas encore vues, alors il reste encore beaucoup à faire.

Quels sont tes projets à venir ?

Je travaille sur beaucoup de morceaux et ils sortiront dans les mois à venir. Et cette année, ça va être très cool: beaucoup de concerts, mais aussi des collabs sympas. Donc, je pense que ça va être amusant !

Merci d’avoir répondu à nos questions. As-tu un dernier message à faire passer ?

Oui, les shows que j’ai fait en France étaient vraiment cool. J’aime le public français, j’espère vraiment être de retour très bientôt. Probablement cette année, cet été. Ouais ça va être cool !


Hi Mike Williams ! Could you introduce yourself for those who might not heard about you ?

I’m Mike Williams, I’m 22 years old and I produce music and I deejay. I started when I was 14 I make Dance Music, House Music, EDM.

This is the basic question of our website… What’s your definition of electronic music ?

I think it’s a music for everyone. It can be a lot of things. Electronic can be super wide. It could be dance music but also any genre of music I think.

You’ve known to be one of the pioneer of Future Bounce, how have you done to make this particular style ?

I actually didn’t really do it on purpose. It was kind of finding my own style and not really intentionally to trying to be original. I like to produce a lot of melody and I really swing into but still energetic. I really like that combination. And that’s I think how it has started. It was not really something that I intentionally did. And then people started calling it future bouce (laughs).

You got known with “Sweet & Sour” which was released under Tiesto’s label “Musical Freedom”. Do you think that this release has been a turning point of your career ?

I think it was the start of my career.  It was the first track that really got noticed. My first solo track on a big label as well. So that’s kind of how it started and then I think afterwards I kind of developed to it like a fool sound, like a fool thing.

Lately, you’ve released a track with another EDM Legend, Hardwell. Is being in the studio with Hardwell synonym of pressure ?

It was a lot of pressure but it was also a lot of fun because he works in a different way than I. So I can really learn from him and I do things differently than he does and sometimes he looks at my things. He was like «  oh well, you’re doing it like this ». There are like multiples ways to produce and that’s fun to see combining both ideas to one track. It was really fun in the studio.

Who is the legend you would like to work with ?

I really want to do more in the future like collaborations with pop artists to get a wider sound. Not only EDM. For example, I really like what Zedd is doing now, with going more in the Pop way. Collaborating with other pop artists, singers, songwriters. I think that’s a really cool thing to do.

In your discography, we notice collab with singers like Matluck on “Another Night” and “Don’t Hurt” with Brezy. Those tracks sounds different and we feel some emotions. Is it hard to collab with vocalists ?

I think it’s fun. It’s not necessary hard, maybe sometimes it’s more difficult because there are more people who work on the track than only you. But it’s fun because everyone can have their input on the track. And I really like that track and it can be really emotional and I love the melodies. When you’re actually writing a song instead of just being a nerd in the studio and only making sounds I think it’s pretty cool.

We all know that DJ Life can be difficult sometimes and we know the bad effects it can lead, how do you manage to stay humble with your career that is growing fast ?

I think it’s good to have the right people around you. For example, my dad and my mom were always super and fulfilling everything I did, my sister as well. And they’re all super involved which keeps me really grounded. And also, my friend’s taking me to work. It’s really important to have the right people around you who sometimes say things like « Yo Mike, I think you should do this or I think you shouldn’t have that one ». That’s really important because if everyone tells you like « Oh you’re amazing, you are so good » then that’s going to freak you.

Tomorrowland, Ultra… You’ve been on the greatest stages of the world ! Where would you like to play now ?

After we did Ultra Mainstage, I really wanted to play at Tomorrowland Mainstage. This year it’s going to happen in July. We’re going to do Tomorrowland Mainstage. So that’s like a dream coming true. And there’s so many great festivals that I want to play in the world. Asia is big, Europe is also super big. In the US, there are so many cool things that I didn’t see yet so there’s still a lot to do.

What are your next projects ?

I’m doing a lot of tracks and they’re coming out in the upcoming months. We actually planned tracks from August to September. And this year it’s going to be very cool : a lot of shows, working on some cool collabs as well. So I think it’s going to be fun.

Thanks for answering our questions ! One last word to share ?

Yeah the shows that I did and France were really cool. I love the French crowd, I really hope to be back really soon. Probably this this year, this summer. Yeah it’s going to be fun !

Réalisation : Remicrd, Pierre / Préparation : Remicrd & Valso / Retranscription : Pierre / Traduction : Remicrd / Montage : Remicrd

 

Une réflexion sur “Interview : Mike Williams (EN + FR)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s