Interview : Sefa (EN + FR)

© Facebook : Sefa

La voilà, notre seconde interview réalisée lors de l’anniversaire de Karnage (reportage ICI) ! Et pas des moindres, puisqu’il s’agit du petit prodige du monde frenchcore : Sefa ! De sa philosophie de vie à sa relation avec Dr. Peacock en passant par un projet orchestral, découvrez les propos du producteur néerlandais ci-dessous :

(english below)

Salut ! Peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas ?

Bien sûr ! Je m’appelle Sefa Vlaarkamp et mon nom de scène est Sefa, ce qui est donc aussi mon prénom. Je suis né en 2000 donc j’ai 18 ans. Je fais du Frenchcore depuis 6 ou 7 ans et je produis depuis un plus longtemps, 8 ans. Donc ouais je fais du Frenchcore, je joue tous les week-ends devant des publics immenses, je vis le rêve quoi !

C’est la question de base de notre site… Quelle est ta définition de la musique électronique ?

Je vais donner une définition vraiment classique. Je pense que la musique électronique est de base toute musique qui est faite, enregistrée ou éditée avec un ordinateur. C’est réellement différent de la musique acoustique dans le sens que tu n’as pas réellement besoin de savoir jouer un instrument pour la réaliser. C’est pourquoi beaucoup de producteurs sur PC sont vraiment bons pour faire des musiques, mais si tu leur mets un instrument comme une guitare ou un piano dans les mains, ils ne savent même pas quoi en faire ! Donc je pense que c’est intéressant dans la musique électronique de mélanger les deux parce que c’est important de savoir jouer d’un instrument pour expérimenter plusieurs façons de faire de la musique, d’être inspiré tu vois ? Quand je fais de la musique sur un ordinateur, je suis inspiré par le piano par exemple ou quelque chose d’autre et quand je joue du piano je suis inspiré par le fait d’en faire ressortir un son électronique. Donc ça va dans les deux sens. Ce serait ça ma définition je pense.

Choisir ton prénom comme nom de scène, c’était une évidence pour toi ?

Non, en fait j’ai choisi mon prénom parce que j’étais trop feignant pour trouver un bon nom de DJ. Donc j’ai toujours appelé mes tracks SEFA et juste derrière le nom de la chanson par habitude. Quand je suis arrivé vers les 13, 14 ans et que j’ai fait mes premières musiques qui étaient assez bonnes pour sortir, Dr. Peacock m’a dit “tu as besoin d’un nom de scène” et j’étais là genre “Pourquoi ?” (rires). Donc je suis resté avec mon prénom et c’est comme ça que ça s’est fait !

Pour te poser cette question, on va citer des paroles de “Pain Is Everywhere”: What is your philosophy of life? What are you believes?

Ma philosophie de vie c’est….j’ai des chansons comme “Pain Is Everywhere” et j’ai aussi des tracks comme “Schopenhauer” qui ont vraiment avec des paroles dépressives. Donc ma philosophie ce serait, j’ai eu un prof de philosophie à l’école et il m’a toujours parlé de Aristote et Platon mais ils étaient trop positifs pour moi. J’ai parlé de “Schopenhauer”, j’ai appelé cette track d’après ce philosophe et il a mis en lumière une philosophie de vie vraiment intéressante : il dit que vivre c’est souffrir mais que les gens trouvent toujours un moyen de surmonter ça et deviennent plus forts, mais la vie est toujours la même pour tout le monde. Donc même si certains paraissent plus heureux que d’autres ils ont les mêmes difficultés à combattre la souffrance tous les jours, et c’est de ça que je tire un peu mes paroles. Ma philosophie de vie influence aussi vraiment ma musique donc ouais voilà tout.

And what are your believe?

Quand on parle de Dieu ? Je n’ai jamais été éduqué en tant que chrétien ou tout autre religion, mais je suis vraiment intéressé par exemple par la musique chrétienne, la musique d’Eglise, la bible tout ça, je suis vraiment intéressé par la religion. Donc je ne dirais pas que je crois en Dieu mais je suis à la recherche de quelque chose tu vois, parce je pense que même en étant athée tu as besoin d’avoir un but dans la vie. Et avec la philosophie de vie que j’ai, c’est assez difficile d’avoir un but des fois donc j’ai trouvé une sorte de but avec la musique : c’est toujours la chose vers laquelle je me retourne quand je suis triste. Quand je cherche de l’apaisement, j’écoute de la musique et je me sens mieux donc on peut dire que la musique est mon dieu dans un sens.

On connait ton amour pour la musique classique, que tu nous partages évidemment dans tes tracks. Certains artistes techno font des lives accompagnés dans un orchestre, comme Jeff Mills ou Worakls. Un show “Sefa Orchestra”, tu y as déjà pensé ?

(rires) Je suis déjà dans une sorte de show Orchestral avec “Peacock in concert”. C’est en fait Peacock avec du violon, moi au piano, un chanteur et dans le futur il va l’agrandir avec de plus en plus d’instruments. Mais j’ai aussi déjà réellement pensé à faire mon propre show orchestral, j’adorerais jouer avec un énorme orchestre un jour, peut être lorsque j’aurais un show solo avec genre 50 musiciens, 20 violons et tout donc j’adorerais jouer avec un si gros orchestre un jour. J’y pense mais pour le moment je suis déjà dans “Peacock in concert” donc ça va dans le même sens. J’adorerais jouer avec un énorme orchestre, c’est vraiment quelque chose que j’adorerai faire dans le futur.

Tu produis également des tracks très puissantes et un peu moins mélodieuses, à l’image de “The World Is Spinning” ou “Survive The Street”. Prends-tu autant de plaisir à produire et jouer ce genre de musiques ?

J’aime trouver l’équilibre entre les deux. Par exemple dans ma musique et dans mes sets, ce que je préfère le plus c’est bien sûr de faire des musiques mélodiques et tout, mais je pense aussi qu’il y a besoin d’avoir un équilibre donc quand je joue le public veut le meilleur des deux mondes. Ils veulent des sons mélodiques mais ils veulent aussi danser et enflammer le dancefloor. Donc quand par exemple je joue 5 chansons mélodiques les unes après les autres avec des longs breaks et des longues parties sans un seul kick ils me regardent en mode “Qu’est ce que tu fais ? On veut danser tu sais !”. Donc je pense que c’est vraiment important de garder un équilibre et si tu joues une track mélodique, alors joue une ou deux musiques plus violentes pour que les gens puissent danser et quand ils sont fatigués ou qu’ils se tiennent debout genre “S’il te plait arrête” là je peux envoyer un autre break donc les gens seront satisfaits. Tu dois trouver l’équilibre en tant que DJ, c’est ton boulot de ressentir ce que veut la foule et d’être capable de savoir quand jouer une chanson violente et une chanson mélodique. Et c’est aussi comme ça que j’aborde la production, je produis plus de morceaux mélodiques que de morceaux hard. Mais des fois je me dis que c’est le moment de faire une track vraiment hard avec pleins de kicks. Donc j’ai aussi un besoin à combler, ce n’est pas comme si j’aimais uniquement les trucs mélodiques. Des fois je m’assois dans le studio et j’ai le sentiment que j’ai besoin de faire une tonne de kicks, j’ai besoin de faire une track vraiment violente et j’en fais une donc tout est une question d’équilibre pour moi.

À seulement 18 ans (bientôt 19), tu fais déjà partie des artistes hard les plus populaires de la planète. Est-ce que tu t’es déjà dit “Ça va un peu trop vite pour moi” ?

Non, pas du tout (rires) ! En fait, je voulais que ça aille aussi vite que possible parce que dès que j’ai commencé à faire cette musique, dès que j’ai vu que beaucoup de gens l’appréciaient, instantanément j’ai voulu l’emmener sur les plus grosses scènes possibles. Je suis vraiment heureux que cette année j’ai commencé à être présent sur de plus en plus de mainstages. Et je commence a être de plus en plus booké parce que c’est ce que je voulais, c’est ce que j’ai toujours voulu. L’année dernière j’ai quitté l’école pour me concentrer sur ma musique a temps plein et c’est quelque chose qui est dangereux, je le regrette de temps en temps mais je dois travailler encore plus dur pour être sûr de ne plus jamais le regretter. Parce que j’aime vraiment l’école, j’aime réellement apprendre et tout. Mais le truc que j’aime le plus c’est faire de la musique et jouer devant d’énormes foules de gens et voir tout l’amour venant de tout le monde. Donc non je ne pense pas que ça aille trop vite, je pense que ça va parfaitement. Et ouais, j’espère continuer sur cette tendance d’être sur des scènes de plus en plus grandes et d’être plus populaire dans le futur. Mais le truc c’est que je veux aussi rester entier et loyal envers mes fans donc si ça va trop vite je veux être sur que ça ne m’ennuie pas, je dois être sur que j’aimerai toujours ce style. Donc je dois continuer de me renouveler, de travailler encore, encore et encore et j’espère grandir de la même manière dans les années à venir.

Ton amitié et ton association musicale avec Dr. Peacock est omniprésente, vu le nombre de featurings que vous faites. Pour toi, Steve est plus un mentor, un grand frère, ou un meilleur pote ?

Au début quand j’avais 11 ans et qu’il m’a, on peut dire, « trouvé ». Je le voyais un peu comme un père musical. Quand j’avais besoin d’un conseil ou quand je doutais sur comment finir telle chanson ou si celle la était ok, si elle était jouable par exemple, je lui envoyais toujours un email et je lui disais “Salut t’en penses quoi ?”. Et ses avis étaient vraiment important pour moi. Ça l’est toujours. Mais je l’ai vu grandir en tant que producteur de Frenchcore, que père musical. Et quand j’ai commencé à avoir de plus en plus de dates, à faire de plus en plus de musiques, on a commencé à se connaître comme des collègues et de vrais amis. Et maintenant notre relation est toujours aussi bonne parce qu’on se respecte en tant que collègues, on respecte notre musique etc. On se parle énormément, on s’appelle beaucoup, on parle de la scène, de la musique et actuellement on est de super amis et j’espère qu’on le sera pour toujours. Et je pense que ça arrivera.

Sur les réseaux, on t’associe souvent à Dr. Peacock justement. Les gens comparent : “Tu préfères Dr. Peacock ou Sefa” ? Des fois, tu n’aimerais pas que les gens vous dissocient pour que tu sois perçu et écouté à ta juste valeur ?

Ouais j’ai vu ces sondages ! Je pense que c’est vraiment tentant pour les gens de nous comparer parce qu’on fait à peu près la même musique dans le même style. Mais les gens doivent comprendre que nous sommes très différents, en tant que personnes et que producteurs. Je fais une sorte de mélodie féerique joyeuse dans la Frenchcore. Peacock a plus de tracks hard et il est la depuis un moment. C’est un peu lui qui a initié le changement d’un Frenchcore uniquement Hard avec par exemple Radium et The Sickest Squad à l’incorporation de mélodies et de samples. Donc moi j’ai construit par dessus ça, mais ça ne veut pas dire que je suis meilleur que Peacock ou qu’il est meilleur que moi. On produit et on performe tous les deux d’une manière très différente et je pense que les gens ne devraient pas nous comparer dans le sens “qui est le meilleur”. Ils devraient juste nous écouter dans nos styles différents et bien sûr qu’ils peuvent juger ce qui est mieux à leurs yeux. Je pense que les gens ne devraient pas faire ça dans la musique car chaque producteur est génial à sa manière et ce n’est qu’une question de goût pour moi.

Tu viens jouer plusieurs fois en France, pour notre grand plaisir ! Que penses-tu de la culture hardcore en France ?

A chaque fois que je viens jouer en France, c’est un peu comme un mini choc culturel. Par exemple, j’étais assis au restaurant à mon hotel à 18h parce que c’est l’heure à laquelle les hollandais mangent. Et ils m’ont dit la cuisine ouvre dans deux heures et j’étais la en mode “QUOI ?”. Les hôtels sont différents et les gens sont différents. Mais il y a un facteur primordial que j’aime toujours c’est que le public français est un des publics les plus humbles et les plus reconnaissants pour lequel tu puisses jouer. Ils sont un peu comme l’Espagne et l’Allemagne d’une manière parce qu’ils sont reconnaissants quand un DJ vient jouer dans leur pays. Et ils crient toujours et foutent le bordel. Ils traitent chaque morceau comme si c’était la meilleur musique de l’histoire. C’est quelque chose que j’aime énormément avec la France et j’adore revenir ici.

Merci d’avoir répondu à nos questions ! Un dernier message à faire passer ?

Je suis sur le point de jouer donc j’espère que dans cinq minutes je vais détruire cet endroit et pour les gens qui sont là, foutons le bordel ! J’espère être bientôt de retour !


Hi Sefa, could you introduce yourself for those who might not heard about you?

Sure well, I am Sefa Vlaarkamp and my DJ name is Sefa which is also my first name. I was born in 2000 which means that i’m 18 years old now. And i’ve been making Frenchcore for like 6 or 7 years now and I’ve been producing music for a little longer, 8 years. So yeah I make Frenchcore,I play every week end for huge crowd and yeah, i’m living the dream.

This is the basic question of our website. What is your definition of the electronic music?

Well it’s a really standard definition. I think electronic music is basically music which is made through computer or recorded through a computer or edited through a computer. And it’s really different to acoustic music in a sense that you don’t really have to play an instrument to be able to make it. Which is why a lot of computer musicians are really good at making music but if you get them an instrument like a guitar or a piano they don’t even know what to do. So I think it’s important for electronic music to combine the two so it’s really important to also be able to play an instrument so you can kind of experience both ways of making music so you can get inspired you know? So when I make music on a computer I get inspired by piano for example or something else and when I play the piano i’m also getting inspired to make an electronic sound out of it. So it kind of goes both ways. Well that’s kind of my definition I think.

Choosing to use your first name as your stage name, was it obvious for you?

No actually I choose my first name because i was to lazy to come up with a good DJ name. So I always called my tracks SEFA and then the track name just as a habit and I just stock with it. So I just kept my first name back then I was around 13 or 14 and I was making you know my first tracks that were good enough to be released, so Peacock told me « You need to pick a DJ name » and I was like “Why”? (laughs). So i just stick with my first name and that’s how it happens!

For this question we are going to quote your lyrics in “Pain Is Everywhere” : What is your philosophy of life? What are you believes?

My philosophy of life is… I have tracks like « Pain Is Everywhere » also I have track like « Schopenhauer » which are really kind of depressing, it has depressing lyrics . Well my philosophy of life, I use to have a philosophy teacher in school and he always talked about these philosophers like Aristotle and Plato but they were to positive for me. So I talked about Schopenhauer, I named the track after that philosopher and he outlined like a really interesting life philosophy where life is full of suffering, pain and stuff but people find their way to overcome it and then the more they overcome pain and suffering the stronger they are but life is still the same for everyone. So even though people seem more happier or stronger than others they still have the same struggle to overcome pain everyday so that’s kind where my lyrics come from and my life philosophy also really influences my music so yeah that’s it.

And what are your believe?

When it comes to god and stuff? Well I mean I was never raised as a christian or as like other religion but I’m really interested in for example christian music, church music, the bible and stuff, I’m really interested in religion. So I wouldn’t say that I believe in god but I’m looking for you know something because I think even as an atheist you need your life to have purpose. And with the kind of life philosophy I have it’s kind of difficult to have purpose sometimes so yeah but I kind find a lot of purpose in music so that’s always the thing that I go back to when I’m sad, when i’m looking for relief I listen to music and I feel better so music is kind of my god in a way.

We are aware of your love for the classical music, that you share in your tracks. Some techno artists are doing live shows with an orchestra, like Jeff Mills or Worakls. Did you think about a “Sefa Orchestra” show?

(laughs) I’m actually already in like an Orchestra show Peacock in concert of course.  So that’s Peacock with like violin, me on the piano, a singer and then he is going to extend it with more instruments along the way. But I also really thought about you know doing my own orchestra show, I would love to like perform with a big orchestra one day, maybe once I have a solo show like a big stuff, like 50 musicians,like 20 strings and everything so I really would love to perform with such an orchestra one day. I’m thinking about it but for the time i’m already in Peacock in concert so that kind of goes both ways. I would love to perform with a huge orchestra, that’s really something I would love to do in the future.

You are also producing very powerful and less melodic sounds, like “The World Is Spinning” or “Survive The Street”. Are you taking the same amount of pleasure producing and playing this kind of musics?

Well I like to have the balance between the two for example in my music and in my live sets  the thing I prefer the most is of course making melodic music and everything but I also think there needs to be a balance so when I’m playing the crowd wants the best of both worlds so they want melodic songs but they also want you know to dance and go crazy on the dancefloor. So when I play for example 5 melodic tracks after each other with long breaks and long part without a kick then they start to look at me like “What are you doing? We want to dance you know!”. So I think it’s really important to keep the balance and to you know if you play a melodic track,maybe play one or two harder tracks so people can dance and then when they are tired or when they are standing like “Please Stop” you know then I can throw in another break for example so the people will be costly be satisfied. You need to find the right balance as a DJ it’s your job to like feel what the crowd wants and to be able to feel when to play a hard track and when to play a melodic track. And that also how I take on producing so I do produce more melodic tracks than hard tracks but sometimes I think it’s time to kind of make a really hard track full of kicks and then it’s also a need I have to satisfy you know it’s not like I only like melodic stuff. Sometimes I’m sitting in studio and I feel like I need to make a ton of kicks now, I need to make a really hard track and then I make one and I’m like yeah so it’s a lot about balance for me.

At only 18, almost 19, you are a part of the most popular hardcore artists of the world. Did you already told yourself “It’s going to fast for me”?

Hmmm no not at all (laughs)! Actually I wanted to go as fast as possible because as soon as I made this music, as soon as I saw a lot of people liking it, immediately I wanted to bring in to the biggest stages as possible and I’m really happy that this year I’m started to get book at more and more mainstages. And I’m started to get more and more booking because that’s what I wanted you know, this is what I wanted all along. And last year I actually quit school to focus on my music, like fully, which is something which is dangerous, I do regret it sometimes but I need to work harder to make sure I never regret it again. Because I really like school I really like to learn and stuff. But the thing I like the most is making music and performing for huge crowds of people and seeing all the love and appreciation from everybody. So no I don’t think it’s going to fast, I think it’s going exactly right. And yeah I hope to continue this trend of getting bigger stages and getting more popular into the future. But the thing is I also want to stay true and loyal to my fans so if it goes to fast I need to make sure I won’t get bored, I need to make sure I still love the genre. So yeah I have to keep changing myself, to keep working harder and harder and harder and I hope to grow in the same way in the next couple of years.

Your friendship and musical association with Dr. Peacock are obvious when we see the amount of featurings that you are doing. For you, is Steve more like a mentor, a big Brother, or a best friend?

In the beginning when I was 11 years old and he kind of discovered me, I kind have saw him as a musical dad, he was kind of my musical father. When I wanted an advice or when I doubting about how to finish this track or if this track was ok or if this track was good, playable for example I always emailed him and I ask him like « hey what do you think? ». And his advices was really important to me. It still is. But I always saw him growing up as a Frenchcore producer, I saw as a musical father, and along the line when I started you know getting more booking so when I started making more tracks we started seeing each other as colleagues and really good friends. And now our relationship is still really good but it’s a different one because we respect each other as colleagues, we respect each others musics, we respect each others bookings. And yeah we talk to each other a lot, we call a lot, we talk about the scene and about music a lot and right now I think we are really great friends and I hope we will be friends forever basically. And I do think that would happen.

Talking about that, on the social networks you are often compared to Dr. Peacock. People are like “Do you prefer Dr. Peacock or Sefa?”. Do you think that it would be better if people were taking you apart meaning that you would be listening for what you are doing on your own?

Yeah I’ve seen those pools! I think it’s really tempting for people to compare us because we kind of make the same music and it’s kind in the same style. But people need to realize that we are both really different, both as persons and as producers. I mean I make kind of really happy melodic fairy into Frenchcore. Peacock he has more hard tracks and he has been there for a while and he can of initiate this change from like only raw and hard Frenchcore like Radium and The Sickest Squad and stuff to introducing melodies and samples into Frenchcore so I kind of build on that but that doesn’t mean that i’m better than Peacock or that Peacock is better than me. I mean we both produce and we perform in a different way and I think people shouldn’t compare us in a sense that “who is better” but people should just listen to us in our different way and for sure they can judge who is better in their eyes but I don’t think it’s an absolute think like he is better than me. I think people shouldn’t do that in music because every producer is great in it’s own way and it’s only a matter of taste for me.

You are coming to France for our pleasure ! What do you think about the hardcore culture in France?

Always when I play in France, it’s kind of getting use to a small culture shock because for example I was in a hotel and i sat down at 6 PM at the restaurant because that’s when Dutch people eat. And they tell me like the kitchen open in two hours. “And I was like what?” you know. So the hotels are differents and the people are differents. But there is one leading factor that I always love is that the french crowd is one of the most humble and thankful crowds that you can ever play for. They are like Spain and Germany in a way because they are really thankful when a DJ comes to play for them in their country. And they always scream and go crazy. They treat every track like it’s the best track ever you know. That’s something I really like about France and I always love returning here you know.

Thank you for answering our questions ! one last word to share?

Well I’m about to play so I hope in five minutes I hopefully will destroy this place and for people who are coming let’s go crazy and I hope to be back soon!

Réalisation : Valso & Marguerite / Préparation : Valso / Retranscription : Wag / Traduction : Wag / Montage : Valso

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s