Interview : Curtis Alto

© Curtis Alto

Nouvelle interview sur Valliue ! Le duo belge Curtis Alto a répondu à nos questions lors de leur fabuleux concert à Gand. Leur vision des prestations live, leurs shows dans des lieux atypiques, leur concept mêlant musique et arts visuels, les deux frères nous expliquent leur projet original. Retrouvez l’intégralité de leurs propos ci-dessous :

Salut Curtis Alto, pouvez-vous vous présenter pour ceux qui ne vous connaissent pas ?

Hello, nous sommes Curtis Alto, des frères belges. Avec Curtis Alto, nous voulons apporter notre histoire. Nous avons développé un son dont nous avons le sentiment qu’il est très « Curtis Alto ». On veut transmettre notre état d’esprit au public, par nos morceaux mais aussi par nos concerts. On privilégie les shows live car selon nous, cela apporte beaucoup d’énergie. C’est ainsi que nous avons débuté – organiser des petites sessions en live sur des lieux particuliers.

A côté de la musique nous voulons aussi focaliser sur d’autres aspects comme les visuels, les vêtements, les clips, les couvertures etc. Pour tout, on veut que tout colle et coïncide. Tout ça, caractérise Curtis Alto.

C’est la question de base de notre site… Quelle est votre définition de la musique électronique ?

Pour nous, ça commence par le kick qui est hyper raide, qui suit le grid et ne dévie pas et donc produit par un ordinateur. C’est pour nous la définition « théorique » de la musique électronique. Dans nos productions, nous avons souvent un « four to the floor ». Après, il y a une tendance à mélanger la musique électronique et la musique plutôt traditionnelle, pour revenir à l’exemple – on pourrait produire un kick qui flotte un peu plus. A ce jour, la distinction n’est pas très claire.

 

Vous jouez ici à Gand, ville dont vous êtes originaires. Qu’est-ce que vous inspire cette ville ? A-t-elle une grande influence sur votre musique ?

C’est surtout notre vécu, notre passé, nos expériences qui jouent un rôle. Quand on rencontre des (nouveaux) gens, quand on se balade dans la ville, quand on voyage. Aujourd’hui, ce que vous entendez maintenant, c’est Curtis Alto, c’est ce qu’on fait, c’est ce qu’on veut représenter.

 

D’ailleurs, si on compare vos anciens sons avec ceux de maintenant, vous êtes passés d’un son plutôt Deep House à des sonorités plus progressives , plus mélodiques.

Pour nous, c’est difficile de coller des styles à nos morceaux de musique. Mais il est vrai que nous avons eu une évolution.

 

Vous voulez un son unique ?

Oui, c’est le but. C’est un mélange entre « raw » et mélodique mais il faut surtout écouter, et vous entendrez le son de Curtis Alto.

 

Vos derniers clips sont tournés dans des endroits insolites comme des abbayes ou des centrales nucléaires désaffectées, quel(s) lien(s) désirez-vous créer entre votre musique et ces endroits atypiques pour la musique électronique ?

On trouve que ces endroits possèdent une atmosphère très très particulière. On adore nous produire dans des lieux spéciaux et avoir un public présent à ce moment. La combinaison entre la musique, le lieu et le public donne vraiment une ambiance très spéciale. C’est cela qu’on recherche.

 

Dans un mois, vous allez jouer à Tomorrowland Winter qui se déroulera aussi dans un lieu atypique. A quoi peut-on s’attendre ? Est-ce que les Alpes Françaises pourraient être une inspiration pour vos futurs morceaux ?

On a déjà fait un live la semaine passée à Alpe d’Huez, c’était dans le même village que Tomorrowland Winter. Notre session était au sommet d’une montagne, à 3000m, en pleine nature. Il n’y avait pas d’aménagement logistique ni de podium, mais on a pu tirer un câble fournissant de l’électricité et avons reçu l’aide généreuse des autorités locales. Apparemment on pouvait voir quasi un 1/6 de la France. Le matin nous avons monté tout le matériel en dameuse, une machine assez spectaculaire avec de grosses chenilles grimpant sur  les pistes noires sans problème. En plus, la dameuse partait à 6h du matin, donc ce n’était pas évident (rires). Nous avons eu un temps magnifique et on voyait sur les visages des gens dans le public qu’ils passaient du bon temps ! La veille, il faisait très froid, il y avait beaucoup de vent, on ne voyait rien. Et puis le lendemain, on est arrivés, on a vu tout le paysage et c’était woaw ! On a hâte pour Tomorrowland Winter, on aime quand des organisations  se dévouent pour mettre sur pied quelque chose d’extraordinaire et c’est ici particulièrement le cas !

 

Tomorrowland parlons-en. Vous êtes désormais considérés comme des résidents du festival. Peu d’artistes peuvent s’en vanter. Quelle est votre histoire avec ce festival ?

Tomorrowland est très spécial pour nous et on est toujours très impressionnés par leurs idées, les détails, leur organisation. Tout est fait de manière très méticuleuse. C’est super pour nous, ça nous inspire. Ils sont très bien organisés. Même « organisés », c’est un mot faible. C’est plus qu’une organisation. Donc oui, on adore y jouer.

 

Vous avez toujours privilégié les lives au dj set. Même sur la mainstage de Tomorrowland, une partie de vos instruments est installée. Pourquoi privilégier ce format de live ?

Pour nous, c’est plus cool. On a l’impression que ça apporte un vrai plus au public. On a plus de possibilités et on aime bien faire ça. On peut retravailler les morceaux pour le live et on ne joue que nos morceaux.

 

De manière générale, de nombreux artistes affirment que le dj set est révolu. Quel est votre avis ?

Nous n’avons pas vraiment de vision sur cela. Les deux peuvent cohabiter. Nous, on fait ce qu’on aime et voilà. Les dj sets vont rester et en plus, nous aimons bien, les dj sets (rires).

 

Sur votre premier EP, vous avez collaboré avec des chanteurs/chanteuses
anglophones, sur le dernier EP, vous prenez vous-même le micro et parfois vous placez des phrases en français. Qu’est-ce que le français apporte à vos sons Comment s’est passée cette transition ?

Le français, on trouvait que ça collait bien avec certains morceaux. Maintenant, on chante sur les productions. On aime bien écrire les paroles car on veut y mettre une signification. On s’est dit, « si on écrit les paroles, pourquoi ne pas les chanter nous-mêmes » ? C’est aussi une évolution pour Curtis Alto. On voulait le faire depuis longtemps mais ça prend du temps.

 

Et pourquoi le français ? Alors que l’anglais est le langage de la musique électronique.

On a une affinité avec le français car notre maman est francophone, ça aide beaucoup. On trouve que c’est une belle langue et on ne veut pas se limiter à l’anglais. On trouvait que le français collait bien avec nos morceaux.

 

Quand on parcourt votre discographie, on remarque tout de suite que tous vos sons sont sortis chez Spinnin Records. Pourquoi une telle fidélité à ce label ?

Spinnin nous a contacté il y a deux ans et ils étaient vraiment enchantés par notre projet, par ce qu’on faisait. On s’est mis ensemble et on sentait tout de suite le déclic, on sentait qu’on était une bonne équipe ensemble. Ils comprenaient le son qu’on voulait faire. Désormais, nous avons l’opportunité de créer notre propre label mais toujours sous Spinnin. C’est super utile car on a un son qui est différent. De cette façon, on est libre mais on reste chez Spinnin.

 

Avec ce label, vous allez signer des jeunes artistes ?

Oui, peut-être dans l’avenir mais ce n’est pas encore pour maintenant. On veut d’abord développer Curtis Alto.

 

Quels sont vos prochains projets ?

Continuer à faire de la musique. Ce soir, on a joué 8 ou 9 IDs et on veut les sortir les mois prochains. C’est l’objectif. Et à côté de ça, on veut faire des lives et développer à fond le projet.

 

Merci d’avoir répondu à nos questions ! Avez-vous un dernier message à faire passer ?

Et bien non, on n’a pas grand-chose à dire (rires).

Réalisation : Remicrd & Pierre / Préparation : Remicrd & Valso / Retranscription : Remicrd / Montage : Remicrd

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s