On y était : Frenchcore S.V.P. édition 13

Frenchcore S’il Vous Plait / © Noisekick producties

Samedi dernier (03/03/18) une nouvelle édition de la soirée ‘’Frenchcore SVP’’ se déroulait aux Pays-bas, dans le club Rodenburg. Etant régulier de ces soirées et très alléché par le line-up, nous avons décidé de réserver notre nuit pour une treizième édition Frenchcore Fant4stik !

Le club Rodenburg propose trois espaces bien distincts : le mainstage hardtek/frenchcore, une seconde salle Terror/Speedcore et enfin une petite scène ‘’chil-out’’ à l’étage avec une programmation hardtek/raggatek pour cette soirée.

Arrivés au club vers minuit, nous avons tout d’abord profité d’un Vs de très bonne qualité entre Tharoza et Ysiss dans la salle Terror. Les deux artistes ont joué en ‘’ping-pong’’ (une track chacun leur tour avant de laisser place, puis de revenir etc…) avec une belle aisance pour nous proposer un set Terror très intéressant.

Tharoza Vs Yssis / © Danny Rossen – Partyflock

Nous enchaînons ensuite à l’étage pour l’ouverture de la salle raggatek/hardtek avec un mix de J.Retrosound. Cet artiste m’avait conquis lors d’une édition précédente, par sa sélection et sa technique aux platines. Hélas, ce sera une petite déception car des problèmes techniques avec le matériel (confirmé ensuite par Mat Weasel Busters) viendront perturber un set qui paraissait déjà moins maîtrisé que celui de l’édition précédente. Toutefois quelques bons morceaux de Vandal, N’ko ou encore Mandidextrous.

Il laissera la place à un pionnier du hardcore et de la hardtek en France : Mat Weasel Busters. Un des 4 artistes du groupe Fant4stik. Cet artiste qui a sorti des vinyles mixés en soirée par toute une génération nous a offert un set partant de ces premières productions happy hardcore, jusqu’aux plus récentes tracks de Fant4stik. Que du bonheur. Un set parfaitement maîtrisé et exécuté malgré des problèmes techniques encore une fois.

Nous retournons ensuite en salle Terror pour écouter le live de NSD. Un live terror mais aussi et surtout speedcore. Pas une track en dessous de 260 bpm… Je vous laisse imaginer l’énergie ! Les fans de hakken sont dans la place, les salles se remplissent il est bientôt 3h00, l’heure de rejoindre la mainstage pour une longue session !

C’est d’abord Billx et Floxytek qui vont se relayer en VS, tous les 3 morceaux les artistes vont se passer la main pour nous proposer un set hardtek/hardcore/frenchcore relativement violent (par rapport à leur habitude). On aura la chance d’écouter les derniers morceaux de Billx tels que Trip to Mongolia ou encore Naarayanaa  On peut sentir que tout le monde attend le renfort de Mat et Guigoo pour leur session Fant4stik !!!

Fant4stik / © Danny Rossen – Partyflock

Hélas celle-ci débutera avec presque 20 minutes de retard, et surtout, ne sera pas vraiment ce que les fans pouvaient en attendre… Uniquement deux artistes sur scène la plupart du temps, un mix au lieu d’un live, pas de ‘’guitare’’ pour Guigoo caché dans le fond tout le set… Bref, encore des soucis techniques qui viennent gâcher un acte attendu par la majorité du public. Les artistes vont faire de leur mieux pour jouer sur cdjs leurs morceaux les plus connus tels que Bazooka ou Reptilians… Mais le set ne décollera jamais vraiment et on a pu ressentir la frustration des artistes et du public.

Apres cet épisode un petit peu dur… Il fallait un artiste capable de relever le niveau, de le faire bien, proprement et efficacement ! Et pour nous, Maissouille a définitivement fait le travail ! Il jouera un set d’une heure techniquement parfait, proposant à la fois des morceaux de son tout dernier album, des morceaux qui plaisent particulièrement ici comme Trip to Ireland et des tracks inévitables en ce moment tels que Just Like that de Radium et Angerfist . Très bon set donc, belle énergie, bonne communication avec le public, pour moi le meilleur set de la soirée.

Maissouille / © Danny Rossen – Partyflock

On reste sur la mainstage pour les deux prochaines heures avec deux autres artistes Frenchcore de renom : Randy, et ensuite Radium. Les deux artistes vont jouer des mixs hardcore/frenchcore aux alentours de 200 bpm avec leur technique habituelle continuant de pousser cette soirée vers le haut ! Deux heures de frenchcore comme on les aime, propres et efficaces !

Randy / © Danny Rossen – Partyflock

Pendant ce temps, Noisekick delivrera un live speedcore dont lui seul a le secret. Un live avec beaucoup de mélodies pour du speedcore, mais aussi et surtout des lignes et des lignes de kicks ravageurs à 240 bpm minimum. Les fans de cette zone seront ravis toute la soirée avec pas mal d’espace et surtout une ventilation revue à la hausse pour permettre de danser toute la nuit dans des conditions correctes.

Noisekick Randy / © Danny Rossen – Partyflock

Au-dessus, nous assisterons aussi à un mix assez pitché mais toujours aussi efficace de Ubasti. Raggatek power ! Cette jeune DJ mérite vraiment de se faire connaitre un peu plus, aussi bien pour ses qualités de dj que pour l’ambiance définitivement positive qu’elle dégagera pendant tout l’évent.

Nous avons eu le plaisir de croiser Sprinky, ou encore Marcus Decks dans le public, signe que cette soirée valait le déplacement pour les fans de frenchcore !

Pour nous, le rendez-vous est pris pour la 14 ème édition en octobre. En espérant que les soucis techniques soient corrigés et que la sono mainstage soit mieux réglée. Pour un fan de hardmusic et spécialement de frenchcore, ces soirées sont incontournables !

Publicités

Une réflexion sur “On y était : Frenchcore S.V.P. édition 13

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s