On y était : L’Arena invite Pandemic !

© Facebook de L’Arena

L’Arena a invité Pandemic le 28 décembre dernier à Toulouse. Pour une première association, ce nouveau club a fait confiance à cette organisation ayant déjà fait ses preuves auparavant, que cela soit à Béziers avec le Chronicle Festival ou au travers d’autres soirées. Le professionnalisme de Pandemic ainsi que la qualité des artistes est une source sûre : cette soirée a été sold out !

Pandemic a donc fait revenir Vortek’s, Le Bask ainsi que Protokseed dans notre chère ville rose. Du côté de L’Arena, le concept a été respecté car HardBeat (résident à toutes les soirées Hardcore) s’est occupé du closing tandis que la gagnante du Dj Contest Ushka a eu l’occasion d’ouvrir cette soirée. Nous sommes arrivés à la fin de son set, malheureusement pas assez de temps pour pouvoir apprécier sa prestation même si les fêtards étaient déjà présents en nombre.

© Facebook de L’Arena

Minuit sonne et la salle se remplit à vue d’œil pour le set de Protokseed. Il a su instaurer des vibes dansantes, en variant avec des kicks plus violents accompagnés de boucles acidulées dont il a le secret. Le tout s’est fait en compagnie d’un jeu de lumière très agréable, s’adaptant en fonction de la musique. Lorsqu’il y avait des coupures son, la salle était plongée dans le noir, puis les lumières revenaient au rythme des différentes musiques. Protokseed était très communicatif avec son public, qui a su lui rendre ! La fin de set arrive, L’Arena est complète, les clubbers bouillants et Vortek’s prends les platines !

© Facebook de L’Arena

On remarque de suite un Vortek’s très concentré dans ce qu’il fait, les transitions sont propres et le début de set se fait tranquillement dans l’Acid avec des tracks comme « Pyramide » ou « Acid Injection ». Progressivement, les sonorités se font plus planantes avec « Mélodie des Âmes Perdues » pour se diriger vers des sons plus énergiques dont « Bad Tribe ». Cette dernière, bien connue des fans intemporels, a su motiver tout le monde et sera rapidement suivie par « Machinatek » ou encore « Grosse Chépère Mon Pote ». Le talent de Vortek’s s’est bien fait ressentir dans toute la salle et il a su convaincre tout le monde !

© Facebook de L’Arena

Après l’heure et demie de set de Vortek’s, c’est au tour de Le Bask de libérer toute sa puissance. D’entrée de jeu, les caissons de L’Arena montrent leur capacité et les premiers kicks Frenchcore viennent nous percuter de plein fouet. Pilier du Frenchcore, Le Bask appelle ses spartiates à communier ensemble autour de sa célèbre musique « 300 » et invoque la légende hollandaise du Frenchcore Dr. Peacock avec « Acid Bomb » ou « Trip To Romania ». Tout comme au Chronicle Festival, Le Bask nous a lâché un set de qualité, de par ses sonorités mythiques ou plus mainstream ainsi que par sa bonne humeur qu’il a su répandre à la foule.

© Facebook de L’Arena

A 4 heures du matin, Vortek’s et Protokseed reviennent sur scène pour présenter leur projet Styx. Tous deux déguisés, ils ne sont pas là pour jouer Tribe ou Acid mais plutôt Raw, Hardcore et Frenchcore afin de rester dans la continuité du set de Le Bask. Vortek’s en a profité pour jouer sa récente nouvelle musique « Darkness » (dont vous retrouverez notre article ICI). Le set est progressif, pour une fin sur une touche Uptempo avec « Break It Down » notamment, de bon augure pour introduire HardBeat. Résident de L’Arena pour toutes les soirées hardcore, ce jeune Dj nous a agréablement surpris ! A l’image de la soirée, son set allait crescendo, du remix de « Domination » de Sefa, en passant par Act Of Rage « Kicks Van Staal » ou « Paperback » de Lady Dammage & Bulletproof (dont vous retrouverez également notre article ICI) pour finir sur « Pure Domination » de MBK & Deadly Guns. HardBeat a su maintenir le niveau d’excitation de la foule, qui n’aura pas montré de signe de fatigue tout au long de la soirée !

Pour conclure, on peut dire que cette soirée était une pure réussite. Près de 750 personnes réunis dans le but de retourner L’Arena aussi jolie par son décor typique de hangar abandonné, par ses jeux de lumières ou par sa qualité sonore. Un grand merci à L’Arena de nous avoir offert la possibilité de découvrir ce tout nouveau local dont l’organisation et la sécurité étaient au point. Pour ceux qui voudraient découvrir ce lieu, rendez-vous le 11 janvier prochain pour la première Hard Arena, avec D-Fence et N-Vitral, accompagnés par le MC Tha Watcher !