On y était : No Man’s World Festival !

© Facebook du No Man’s World Festival

Il y a quelques jours, le No Man’s World faisait vibrer la sablière de Mont-Saint-Guibert en Belgique durant 2 jours de folie. Hardstyle, Hardcore, Techno, Deep House, Big Room et Commercial, tout était réuni pour un festival de grande qualité. L’occasion pour Valliue de vous faire découvrir ce jeune événement au haut potentiel.

SAMEDI 29 SEPTEMBRE

Un cadre idyllique et hors du commun

À peine arrivés et nous sommes tout de suite surpris et séduits par le lieu choisi : une sablière aux allures de désert. Nous commençons par réaliser un tour afin d’admirer les scènes. Au nombre de trois, elles sont simples mais efficaces, car nous avons réellement l’impression d’être dans un festival perdu au milieu de nulle part. C’est comme si le temps s’arrêtait pour ne laisser place qu’à la musique et à l’amusement.

De plus, nous devons souligner la qualité et la puissance de la sonorisation des stages. Elles proposent toute une ambiance unique et indépendante. Une fois devant l’une, jamais nous n’avons été gênés par la musique des deux autres. Et pourtant, les enceintes envoyaient pas mal !

Mais, notre coup de cœur va pour l’Oasis stage par KetaLoco (Techno) qui a pris la forme d’une tente de nomades. Pour y accéder, il suffit de franchir une dune (artificielle) et nous voilà coupés du monde, bercés par les sons des dj’s Viotti et Maslan (mixant au moment où nous sommes arrivés).

Un line-up varié et de qualité 

Intrigué par les différents B2B que propose la mainstage, nous quittons l’Oasis afin d’aller écouter le set réunissant Funky Fool et Simon B. Le premier aux platines, le second au micro, les deux compères ont littéralement retournés la scène. Deep House, Trap avec un soupçon de Dubstep, les transitions sont excellentes tout comme setlist. Résultat : les pogos et les mouvements de foule s’enchaînent, preuve que le public est conquis.

Petit recap de ce moment de folie :

 

La dernière track du set se termine à peine et nous prenons la route de la Hardstage afin de vibrer sous les mélodies de Blasco. En une heure, le Belge emmène son public dans un trip mélodique et dur. Gros frisson lorsque les premières notes de « It Must Be » ont retenti !

Avec une playlist digne des plus grands, la jeune pousse du label Dirty Workz est promis à une belle carrière. On a hâte d’entendre ses prochaines releases que nous couvrirons pour le plus grand plaisir de nos oreilles !

Après une fin de set de haut vol, nous revenons à la Mainstage pour l’un des duos les plus farfelus que la Deep House ait connu : Mr.Belt & Wezol. Considérés comme la première tête d’affiche du jour 1, les Hollandais n’ont pas déçu. Certes, leur setlist contenait leurs plus grands hits tels que « Finally »,« Good Times«  et « Feel So Good« , mais leur énergie nous a tout de même séduit. Même lorsqu’une dizaine de spectateurs montent sur scène sans y être autorisés, les deux Néerlandais restent calmes, sympathiques et positifs et n’hésitent pas à ajouter ce moment dans leur vlog Trippin’ TV 4.

Recap vidéo de leur set :

Après une telle dose d’adrénaline, nous continuons sur notre lancée. Retour sur la Hardstage pour le moment hardstyle de la nuit : Coone ! Débutant sur le D.W.X., l’un des poids lourds de la hard dance annonce qu’il enverra du lourd. Chose promise, chose due, son set était d’une incroyable violence. L’artiste passe ses classiques, mais également quelques ID’s qui figureront sur son album Trip To Tomorrow.

Alors que l’été 2018 a été riche en scènes grandioses (Tomorrowland, Defqon.1.), le boss du label Dirty Workz s’est donné à fond, car pour lui, le No Man’s World Festival était son dernier festival en extérieur. Respect !

De la brutalité de Coone, nous passons aux prouesses de The Magician et sa Deep House enchanteresse. Mixant 1h30, nous n’avons profité que des 30 dernières minutes de son set. En effet, les deux Belges jouaient simultanément. Cependant, cela fut suffisant pour admirer sa technique derrière les platines. Les transitions sont parfaites, comme si cela était naturel !

Alex Germys est venu prendre les reines de la soirée et nous bercer de sa House/Pop. Ses hits tels que « The Way You Move », Sweet Afterglow«  et « Never Gonna Be The Same » font mouche auprès du public !

La Big Room n’est pas morte !

Afin de clôturer ce premier jour, les organisateurs du No Man’s World ont opté pour un autre duo puissant et talentueux : Linka & Mondello. Supportés par Showtek, les deux Belges ont mis le feu à la mainstage. « Vandal« , « Bora Bora », « Rotor », chaque morceau est une véritable déferlante d’énergie. La preuve en vidéo !

DIMANCHE 30 JUILLET

Place au Hardcore !

Deuxième et dernier jour pour le No Man’s World Festival. C’est la première fois que l’organisation propose deux jours à son événement. Est-ce une réussite ? Totalement !

Malgré un line-up moins commercial, ce day 2 a ravi les fans de Hardcore. Au menu, Miss K8, Dr. Peacock, Detest et de nombreux autres. La foule était au rendez-vous et la scène ne s’est jamais désemplie !

De la musique, mais pas que !

Ce style n’étant pas notre tasse de thé, nous décidons de profiter des quelques attractions que propose le festival. Qui n’a jamais rêvé d’une chicha sous une tente de nomade en plein milieu du désert ? Ce fut possible pour le plus grand plaisir des festivaliers. Placée au milieu du site, le rendez-vous fut un réel succès.

Côté nourriture, l’organisation n’a pas fait dans la dentelle : trois food trucks pour des hamburgers gourmets, des tacos raffinés et des pizzas artisanales…. Pour un prix démocratique !

Et afin d’accompagner tout cela, les bars proposaient une carte variée. En plus, des habituelles softs, bières alcools, différents types de cidres et de thés glacés nous ont agréablement rafraîchis !

Autre atout de l’événement, un stand street art ! Des graffeurs avaient carte blanche pour décorer selon leur style une grande plaque de bois. Un détail dans le festival, mais qui ne nous a pas échappé et qui souligne l’ouverture d’esprit de l’organisation.

Retour à la musique, encore des têtes d’affiche !

Et pour ouvrir le bal, le jeune belge Todiefor. Connu pour sa pop/hip-hop à la sauce Trap, le producteur de « Cool Kids » n’a pas hésité à envoyer du lourd. Future House, Dubstep, Bass Music et Future Bass, le Bruxellois a revisité ses morceaux pour notre plus grand plaisir ! C’était lourd et puissant, c’était Todiefor !

Retour à des sonorités plus calmes avec le duo français Ofenbach. Attirant un public plus large, les deux artistes ont misé sur une playlist commerciale et généraliste qui a su séduire à coup sûr le public de la Mainstage. Leur dernier titre « Paradise«  a d’ailleurs reçu un très bon accueil !

Et pour terminer en beauté cette édition 2018 du No Man’s World Festival... Il y avait une batterie placée derrière le dj booth. Oui, pas de doute, Mosimann est dans la place ! Le Suisse nous a offert un véritable show haut en couleurs. Scratch, percussions et playlist incroyablement variée, tout était parfait ! Merci Quentin pour ce closing !

Petit festival deviendra grand … c’est certain !

Pour sa quatrième édition, les organisateurs ont mis la barre haute. Cependant, il est certain que leur événement possède un énorme potentiel qui ne demande qu’à être développé !

Son principal atout ? Son site ! La sablière de Mont-Saint-Guibert a une véritable allure de désert. Ajoutez un coucher de soleil, un dj de qualité sur la Mainstage et là, vous vivez l’ambiance unique du No Man’s World Festival !

Un immense merci aux organisateurs du No Man’s World Festival de nous avoir fait confiance pour cette édition 2018 et de nous offrir un line-up varié de qualité ! Merci à Funky Fool, Melodeep, Mr. Belt & Wezol, Alex Germys, Coone et Maslan pour les quelques mots échangés ainsi que pour leurs sets de qualité, à la sécurité pour leur professionnalisme, et surtout aux festivaliers venus faire la fête avec nous ! En espérant vous y retrouver l’année prochaine !

Reportage réalisé par Rémicrd.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s