On y était : Hope Festival 2018 !

© Oce-B / Valliue

C’était notre événement de la rentrée, celui que nous avions coché depuis déjà plusieurs mois… Le Hope Music Festival ! Retour sur la première édition de ce superbe festival solidaire :

JOUR 1

Nous sommes le 21 septembre et nous arrivons à l’Hippodrome de Toulouse sous un beau soleil. Un festival électro dans un si beau contexte… L’été n’est pas fini ici ! Quelques petits soucis à l’ouverture puisque celle-ci prend du retard. Nous apprenons également que Cut Killer ne jouera pas malheureusement car il n’a pas pu venir… Tant pis !

Nebat Drums & DJ Viga – © Oce-B / Valliue

Aujourd’hui, la programmation est principalement hip-hop. Honnêtement pas le jour que nous attendons le plus, mais quel régal d’être ici. On fait un petit tour du festival avec notre ami Olivier qui s’occupe très bien de nous ! C’est le moment de saluer tous nos amis déjà présents sur le site. Pour la première fois du week-end, nous nous dirigeons vers la scène pour écouter un nom connu sur Toulouse… DJ Viga !

DJ Getdown – © Oce-B / Valliue

Après un verre partagé avec nos potes perdus de vue depuis plusieurs années (ça fait plaisir de vous revoir Nolan et Clémence !), on savoure le super set de DJ Getdown. Drake, NAS, Lil Pump… Le français partage ses références en rap US. Il passe également des sons plus électro à l’image de certains cartons de Skrillex, comme « Purple Lamborghini », « Make It Bun Dem » et « Bangarang ». Il laisse ensuite sa place à l’une des plus grandes références belges : Daddy K !

Mike Cervello – © Oce-B / Valliue

On passe désormais dans un registre un peu plus électro. Mike Cervello prend possession des platines. Vêtu de son maillot de l’Ajax Amsterdam, le membre de Barong Family dégage une grosse énergie sur scène. Il passe de nombreux classiques de festival à l’image de « Riverside », son banger « Smack! » ou encore « Deep Down Low ». Il n’hésite pas à balancer du Vini Vici pour secouer encore plus le public. Rapide et intense !

DJ Bens – © Oce-B / Valliue

En suivant, DJ Bens passe un set moitié hip-hop, moitié électro. Alors qu’il devait initialement partager le show avec Cut Killer pour un b2b excitant, celui-ci fait un petit clin d’oeil avec « Assassin de la Police ». Nous décidons de souffler pendant la prestation de Willy William (rien contre l’artiste, juste besoin de se poser un peu !). C’est le bon moment pour partager un shot avec notre ami Cesqeaux, heureux de nous revoir (nous aussi, évidemment) après son passage à l’Opium quelques mois auparavant.

Cesqeaux – © Oce-B / Valliue

C’est d’ailleurs lui qui prend les commandes du festival à présent ! Le Hollandais apporte son grain de folie, c’est la fête à l’Hippodrome ! Pour clôturer cette première très belle soirée, on laisse les commandes à un frenchie… Aazar ! Après l’Ajax, le PSG ! Sa grosse trap nous achève, c’est intense ! Son gros carton « Pop Dat » fait vriller tout comme la quasi-totalité de son set. C’est également un bonheur d’entendre « Da Vinci », sa collaboration avec le duo Bellecour. Première fois que nous voyons jouer le Parisien, quelle claque on a pris ! La première journée de ce Hope Festival est déjà terminée… Rendez-vous demain pour la suite !

Aazar – © Oce-B / Valliue

JOUR 2

La journée commence avec une mauvaise nouvelle… Indépendamment de leur volonté, les organisateurs annoncent que le festival fermera ses portes à minuit au lieu de 2h du matin. Les conséquences ? Le duo Chocolate Puma est décalé à l’Opium Club pour l’after, tandis que Mosimann et Henri PFR joignent leur set pour un b2b.

John Spano – @ Oce-B / Valliue

On ne se décourage pas, parce que la journée s’annonce top ! C’est le génial DJ Kent’s de Studio K qui ouvre le bal. Il est suivi par les copains John Spano & Alixun pour un set plutôt tropical. La journée vient à peine de commencer, que nous en prenons déjà plein les oreilles !

Antoine Delvig – © Oce-B / Valliue

Antoine Delvig fait son apparition. Après une année 2018 quasi-parfaite de sa part, on attendait beaucoup de lui ! Le Lyonnais ne nous a pas déçus en nous régalant avec sa tracklist. De son succès « Disciples » au « More Than You Know » d’Axwell /\ Ingrosso, on possède les mêmes références musicales ! A peine descendu de scène, nous échangeons quelques mots avec lui avant de réaliser une interview (à lire ICI). Merci Thibaud pour le temps accordé !

Mosimann & Henri PFR – © Oce-B / Valliue

Pendant ce temps-là, la France est encore mise en avant puisque c’est Damien N-Drix qui s’occupe de faire kiffer les festivaliers. Excellent producteur comme son collègue précédent, il partage entre autres ses bijoux comme « Let It Ring ».  Il laisse sa place au duo suisso-belge : Mosimann et Henri PFR ! Lors de ce b2b plein de bonne humeur, Mosimann prend le micro pour chauffer la foule euphorique. Les deux francophones sont heureux d’être de la partie, et ça se ressent sur les sourires des nombreux festivaliers présents. Après leur passage, les deux artistes se sont permis de faire quelques selfies avec leurs fans. C’est beau !

Shapov – © Oce-B / Valliue

On tape désormais dans le très très haut niveau. Alors qu’il fait partie des headliners de cette première édition, Shapov prend les choses en main. Aucun suspense : le Russe a délivré incontestablement un des meilleurs sets du week-end. Qui aurait pu en douter ? Avec une magnifique intro aux sonorités trance (« The Last Dancer »), l’immersion est totale dès les premières minutes. Il passe de suite après son autre collaboration « Our Origin », produite avec le légendaire Armin van Buuren. Sa track « Everybody » a eu son effet sur le public (voir notre vidéo ICI), tout comme le célèbre « On Your Mark » de Gregor Salto et Wiwek. La progressive house a, bien évidemment, été mise en avant avec les magnifiques titres « Dark River », « Heroes » et « Turn It Around ». Pour clôturer son passage, quoi de plus logique que sa collaboration « Belong » avec Axwell ? Merci pour ce moment, c’était parfait !

Sunnery James & Ryan Marciano – © Oce-B / Valliue

Cette seconde soirée se termine avec Sunnery James & Ryan Marciano, pour un set tribal très intense. Le duo hollandais partage une belle énergie avec la foule ! Leurs titres « You Are » et « Sex, Love & Water » ont été repris par de nombreux fans… Encore un set que l’on n’est pas prêt d’oublier ! Fini pour aujourd’hui… Le meilleur est à venir !

JOUR 3

Troisième et dernier jour pour le Hope Music Festival… Le week-end est passé à une vitesse ! On commence cette fois avec une excellente nouvelle : la soirée terminera bien à 2h du matin comme prévu. On va en prendre plein la figure ! Les hostilités avec notre cher Thomas Pasko que nous aimons tant ! Le résident de l’Opium Club joue à domicile et prend du plaisir à ouvrir cette dernière journée. Il est succédé par Retrovision, une des révélations françaises de l’année 2018. Sourire jusqu’aux oreilles, le producteur présent sur Hexagon partage certaines de ses tracks comme l’excellente « Nobody Else » ou « Get Down ». Tom Tyger aux commandes désormais pour continuer sur cette belle lancée bleu, blanc et rouge.

Thomas Pasko – © Oce-B / Valliue

Place maintenant à notre charcutier préféré, à celui que l’on attendait impatiemment, que l’on pourrait voir 10 fois par an sans s’en lasser… Mesdames et messieurs… Tony Romera ! Dès les premières secondes, le Lyonnais montre qu’il n’est pas venu à l’Hippodrome pour rigoler. Au contraire, il n’hésite pas à balancer du Jauz pour partager sa volonté de retourner Toulouse. S’en suivent de nombreuses pépites tout au long de sa prestation riche et variée. Ses propres morceaux comme « Candy », « Da Vinci » et son superbe remix de « A Different Way », des énormes classiques comme « Children » de Robert Miles, « Better Of Alone » de Alice Deejay ou « Pjanoo » d’Eric Prydz… On prend tout ce qu’il nous donne avec plaisir, rien n’est à jeter ! Son set crescendo nous promet une dernière partie violente… C’est ce qui arrive ! Gros dubstep dans la figure avec notamment du Trampa, Zomboy ou encore Eptic. Cette heure de Tony Romera nous a complètement lessivé. Il voulait nous achever… Il a réussi ! On décide donc de souffler un peu pendant le passage de l’excellent Kryder.

Tony Romera – © Oce-B / Valliue

Séquence émotion avec les magnifiques mélodies de Dimitri Vangelis & Wyman. Quoi de plus beau que la progressive-house dans le monde EDM ? « ID2 », « Empire », « Phantom »… Nul doute que les Suédois font partie de nos producteurs préférés. Les frissons ressentis lors de « People Of The Night » nous confortent dans notre idée. Le voyage est à son comble lors du remix de « Pressure » de Alesso. Mais le plus beau moment de ce week-end reste tout de même le mashup « Payback w/ In My Mind » (vidéo ICI !). Dimitri Vangelis & Wyman auront marqué à coup sûr la ville rose. Du très très haut niveau, merci à vous !

Dimitri Vangelis & Wyman – © Oce-B / Valliue

On est fan d’eux, on va les voir dès qu’ils passent dans le sud de la France… Ils sont aujourd’hui présents au Hope pour notre immense bonheur. On continue donc avec la progressive house et… THIRD PARTY ! Le show est immense, à l’image d’un robot dansant devant la scène avec une guitare et des feux d’artifices. La foule exulte, artistes et festivaliers ne font qu’un ! La beauté de leurs tracks nous donnent les frissons, comme « Everyday Of My Life », « Like This » ou « Guiding Lights ». C’est un plaisir d’entendre leur nouvelle pépite « Free », au même moment où Jonnie, heureux de nous apercevoir derrière eux, nous adresse un petit clin d’oeil. Après leur prestation, on n’hésite pas à aller faire signer notre vinyle de l’album « Hope » pour garder un souvenir matériel de ce superbe festival. Et oui, quand on vous disait être fan !

Third Party – © Oce-B / Valliue

En suivant, c’est la grande tête d’affiche du week-end qui fait son apparition. Pour la première fois, le très célèbre Fedde Le Grand vient mettre le feu sur le sol toulousain ! Alors qu’il a bercé notre adolescence, c’est le top de le voir jouer ici. Mashups sur mashups, il a prouvé qu’il méritait son excellente réputation et a fait preuve d’une technique irréprochable. Fedde Le Grand, c’est du haut niveau ! Pour finir, c’est Jay Hardway s’occupe de clôturer ces 3 jours de bonheur. Nous rentrons après en avoir pris plein les yeux et les oreilles. Le Hope Festival a émerveillé pour sa première édition, et nous lui souhaitons encore de belles années devant lui… On se retrouve là-bas l’année prochaine ?

Fedde Le Grand – © Oce-B / Valliue

Un immense merci à Amine et Laura pour ce magnifique festival solidaire ainsi que pour leur confiance accordée. Merci également à Greg et John pour leur implication et gentillesse. Merci à Olivier d’avoir géré nos relations presse comme un chef. Merci à Studio K pour la diffusion, aux artistes pour leur joie et bonne humour, aux bénévoles pour professionnalisme, à tous les copains d’être venus faire la fête avec nous, à toutes ces personnes venues nous dire des mots gentils sur notre travail… MERCI À TOUS !

Chose promise chose dûe… Le Hope Music Festival a adressé un très beau chèque de 10 000€ pour l’association « La Maison des Parents Toulouse » !

Reportage écrit par Valso

Photos : Oce-B / Valliue

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s