On y était : The Lost Island au Bikini !


TLI Angerfist

Le samedi 23 avril à Ramonville-Saint-Agne, la culture musicale toulousaine a connu un « petit » moment historique… En effet, le hardcore et plus particulièrement Karnage Records ont fait leur grand retour au Bikini, pour une nouvelle soirée The Lost Island !

Pourquoi historique ? Parce que cela faisait 16 ans que ce lieu n’avait plus fait le bonheur des coreux ! Les dernières éditions s’étaient déroulées avant l’explosion de l’usine AZF, donc dans l’ancien Bikini. Autant dire que, pour un certain nombre d’entre nous, on n’avait jamais gouté à une telle violence au « Biko » comme on l’appelle… Parce que oui, comme nous avons déjà pu le dire dans notre reportage pour la venue de Tha Trickaz, le Bikini est l’une des meilleures salles d’Europe en terme de sonorisation. Le son est fort, et surtout pur ! En sortant, on n’a pas (ou presque pas) d’acouphène, et ça c’est cool aussi. Pour cet évènement, vous vous doutez donc que l’on a fait la demande d’obtenir des accréditations presse. Même si le VIP n’est pas accessible à la presse dans cet établissement, nous obtenons donc deux places pour, une nouvelle fois, passer une excellente soirée.

TLI thanos

Nous arrivons quelques minutes avant l’ouverture des portes, soit aux alentours de 22h30. On croise déjà du monde sur le parking, ce qui est plutôt étonnant vu l’heure. L’attente pour retirer nos places est un peu longue (entre 20 et 30 minutes), mais on ne va pas se plaindre ! On peut par contre d’ores et déjà savoir que la soirée sera « Sold-Out » : seulement quelques dizaines de tickets sont à vendre sur place. Heureux d’apprendre cette nouvelle, cela veut dire que le public a répondu présent ! On rentre donc finalement vers 23h20, alors que ce sont Thanos & Snotrocket derrière les platines. Le fondateur de Karnage a décidé de passer en Warm-Up, et nous ne pensons pas qu’il ait eu des regrets, puisque pas mal de personnes se trouvent déjà dans la salle ! En tout cas, j’espère que vous avez bien profité de cette performance live, parce que c’est l’une des dernières apparitions de Thanos sur scène malheureusement… « Il faut laisser la place aux jeunes », nous a-t-il confié quelques heures plus tard. Le deuxième artiste s’exerçant est aussi un bijou de Karnage. Un imposant bijou même, car Splinter Cell a pris le relais ! L’Australien et son Industrial Hardcore nous ont frappé de plein fouet avec le son du Bikini, c’était vraiment bon ! Au tour du hollandais Thrasher, qui envoit sale également. La salle est pleine, et le public est très réceptif. De notre côté, nous en profitions pour aller faire une « petite » pause clope, en attendant le prochain groupe.

TLI Loki

Les minutes passent, on échange quelques mots avec le personnel de Karnage. On ne vous dira rien de plus pour le moment, mais de bonnes nouvelles arrivent, et feront pas mal d’heureux. On rentre de nouveau, pour voir Micropoint ! Radium et Al Core sont des habitués, ils connaissent le public toulousain tout comme nous connaissons leurs performances sur scène. D’ailleurs, ils étaient déjà présents lors de la première soirée « The Lost Island » au Bikini, à savoir le 13 mars 1999. Ca ne doit pas rajeunir ceux qui participaient à l’évènement ! Mais c’est une valeur sûre, et leur frenchcore est toujours aussi lourde ! A noter que le chanteur Loki est encore et toujours en forme et surexcité. Place maintenant à la tête d’affiche de la soirée… Raise your fist for… ANGERFIST ! Beaucoup attendu, le néerlandais a fait le taff, en balançant son hardcore mainstream que nous connaissons bien. Certains se plaindront d’un manque de renouvellement, mais nous répondrons bêtement : pourquoi changer quand c’est déjà top ? En tout cas, on a passé un véritable bon moment. Le seul point négatif (on est chiant non ?), c’est la foule abondante. Alors que la salle est blindée, nous regrettons qu’ils n’aient pas ouvert le balcon, on aurait eu plus de place pour kiffer. Mais ceci est vraiment un tout petit détail. C’est The Clamps qui s’occupe du closing. Pépite de Karnage lui aussi, il prouve une fois de plus que sa réputation valorisée n’est pas volée. Deux mots pour décrire son set : puissance et propreté. Nous partons vers 5h15, on a eu notre dose et on est lessivé.

TLI The Clamps

On pourra donc dire que ce retour au Bikini est carrément réussi pour Karnage Records ! Vu la salle remplie, et le déroulement de la soirée, ceci est plutôt encourageant pour retrouver prochainement une nouvelle soirée hardcore au Bikini. Nous tenons donc à remercier le Bikini qui nous a ouvert les portes, Karnage Records (en particulier Céline et Etienne), les artistes présents ainsi que le public venu en masse.

Crédit photo : Miss JenA

Publicités

Une réflexion sur “On y était : The Lost Island au Bikini !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s