On y était : ANNA au Downtown Factory !

39287280_1880265575329502_2653704298986209280_o

Le 1 septembre dernier, une nouvelle soirée techno d’envergure se profilait à Toulouse. Rendez-vous était pris au Downtown Factory, qui pour l’occasion a prévu du lourd avec la venue exceptionnelle de ANNA. Après avoir attendu ce jour impatiemment, on vous raconte notre soirée passée : 

Après quelques minutes de marche, on arrive devant l’entrée aux alentours de 00h35. On se présente aux vigiles avant de pénétrer à l’intérieur des lieux. C’est la première fois que nous venons dans ce club. On avance donc lentement, en mode découverte. Arrivé au bar, on commande une bière et on admire l’ambiance chaleureuse et bonne enfant qui nous entoure.

Vers 1h00, on décide de descendre au sous-sol, dans la partie club, afin de se placer avant le show de ANNA. On peut s’empêcher de contempler la décoration street, avec des graphs ornant les murs de la partie club et la cabine dj, calée dans une cage. Ce style rappelle un peu ce que l’on peut trouver à Berlin.

En bas, le public est déjà bien présent sur la piste de danse. Côté son, c’est le résident, Ghaston, qui a pris les commandes. Ce dernier propose un set techno classique, avec de nombreuses variations, entre sonorités par moment progressives et d’autres plus acides, agrémentées de kicks à tomber à la renverse. Le tout est globalement bien amené. Il réussit brillamment à mettre l’ambiance, qui monte de plus en plus à mesure que son set avance.

2h30, ANNA fait son entrée en passant par la foule et s’installe aux platines. Elle lance son set et dès le début, on a du mal à en croire nos oreilles. Ses sons prennent littéralement possession des lieux, devant un public déjà sous le charme. Dès les premières minutes, on peut entendre son hit « Hidden Beauties », sorti sur Kompakt, le dernier Wehbba, « She Lost Control », et même du Carl Cox. Ça fait une demie heure qu’on l’écoute, et nous avons l’impression d’être là depuis des heures.

Très concentrée, elle nous fait admirer sa technique irréprochable, initiant des variations de rythme assez facilement. On voit tout de même qu’elle s’éclate et installe une proximité avec le public, n’hésitant pas à le saluer. Côté son, elle continue à distiller les tracks avec notamment « Razor » qui raisonne dans la salle. On reconnaît également un titre de Jon Hopkins, mais aussi « Process » de Wehbba. Elle fait même un clin d’œil à la France avec du Laurent Garnier.

Le set donne toujours cette impression d’être hors du temps. On passe un moment d’exception, et on est pas les seuls. La fin approche, le temps pour elle de jouer « Artha » et le remix de « Way of Life » de Dave Clarke par Wehbba, très présent dans ce set.

Au moment où elle retire son casque, on réalise la claque qu’on vient de prendre. Franchement, on aurait voulu que ça dure, mais la performance est déjà grande. Chapeau l’artiste ! Pour conclure, Rod se charge du closing de cette belle soirée.

Un grand merci au Downtown Factory et plus précisément Adrien pour nous avoir reçu et fait confiance. La totalité de l’encadrement a été particulièrement accueillant et à la hauteur de l’événement. Merci également aux artistes, Ghaston et Rod pour avoir su mettre l’ambiance, à ANNA pour son set de folie. Un clin d’oeil à l’ensemble du public d’être venue faire la fête avec nous !

Reportage : So’

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s