Interview : Kaiserdisco (EN+FR)

_X2A5797sw_Kaiserdisco_2017_@KR_Web
© Kaiserdisco

Nouvelle interview sur Valliue. Pour la sortie de leur dernier EP Form / Figure, on a pu poser nos questions à Kaiserdisco.  L’occasion pour le duo de parler avec nous de leurs débuts, de l’évolution de leur musique en passant par leurs différents projets à venir… Retrouvez l’intégralité de leurs propos ci-dessous : 

(english below) 

Salut Kaiserdisco, pouvez-vous vous présenter pour ceux qui ne vous connaissent pas ?

Nous sommes Kaiserdisco, un duo de DJs et de producteurs basé à Hambourg, qui est constitué de Frederic Berger et moi, Patrick Buck. Nous produisons de la techno depuis 10 ans maintenant et passons les week-ends à voyager pour faire des concerts. En semaine, on passe nos journées en studio et on dirige aussi nos deux labels KD Music et KD RAW. Ça nous laisse pas le temps de nous ennuyer !

C’est la question de base du site. Quelle est votre définition de la musique électronique ?

Ce sont toutes sortes de musiques que tu peux produire toi-même, uniquement avec un ordinateur et d’autre machines électroniques comme des synthétiseurs ou des batteries électroniques, que ce soit de la Chill Out, de l’Ambient, de la House ou de la Techno. Même la Pop moderne est principalement de la musique électronique au final, même si ça ne sonne pas très électronique des fois. En grandissant, on a tous les deux aimé des groupes comme Depeche Mode qui sonnait très électronique. Donc ces influences nous ont probablement guidés vers la musique que nous produisons actuellement, qui était de la Minimal au début, puis de la Tech House et finalement de la Techno.

Votre duo s’est formé en 2008. Pouvez-vous nous raconter vos débuts dans la musique électronique et comment vous vous êtes réunis ?

On avait déjà tous les deux commencé à mixer, quand on était à l’école. J’étais aussi en train de faire ma première production à ce moment et j’ai commencé à travailler en tant que producteur à 20 ans. À faire des productions pour beaucoup d’artistes et des projets jusqu’à ce que Frederic et moi nous rencontrions dans un club, dans notre ville natale d’Hambourg en 2008.

Comment décririez-vous votre style musical et son évolution dans le temps ?

On joue et on produit principalement de la Techno. Toujours Groovy et qui va de l’avant, pas trop dur ni trop sombre. Nos sons ont changé au cours des années petit à petit, passant de la Tech House à de la Techno.

Quel style de musique va prendre le dessus dans le futur d’après vous ? Il y a toujours une sorte de tendance, quelle sera la prochaine d’après vous ?

Premièrement, nous somme plus qu’heureux que l’EDM disparaisse petit à petit. C’était vraiment quelque chose qui n’a jamais été compris. En ce moment, la Techno est assez grosse, mais la Tech House aussi avec des events comme le Elrow. Nous ne sommes bien sur pas voyants, mais si on regarde les succès actuels d’Adam Beyer et Bart Skils avec « Your Mind » il est clair que ce genre de Techno avec des voix vraiment entraînantes devient très apprécié. C’est vraiment une chanson qui a le potentiel d’atteindre un grand nombre de personnes.

Vous avez sorti, le 27 août dernier, votre nouvel EP Form / Figure. Pouvez-vous nous en parler ?

D’après nous, c’est un bon EP de deux tracks qui fonctionne parfaitement sur le dancefloor. Les chansons sont un peu plus profondes, mais comme toujours très groovy. Nous les jouons depuis assez longtemps déjà et nous avons toujours eu de bonnes réactions du public. « Form » est un track techno pure et dure avec une petite mélodie en loop et une bassline qui rappelle un peu didgeridoo. « Figure » vient avec un bruit de sirène assez hypnotisante qui provient d’une trompette techno distordue suivie par un son métallique jusqu’au drop ou les deux sons s’unissent. Après ça, tu ne peux qu’attendre que les basses frappent encore.

Pensez-vous que de créer son propre label soit une bonne idée pour les artistes moins connus ? Ça demande beaucoup de travail et ça peut aussi coûter beaucoup d’argent, donc quels seraient les avantages d’en créer un ?

Pour nous, ça fait plus de sens d’attendre que son nom soit plus reconnu et ancré sur le marché. Si les gens te connaissent déjà en temps qu’artiste, il sera beaucoup plus simple de démarrer un label étant donné que tous les DJ’s et les fans jetteront un œil et écouteront la première release. Il y a deux principaux avantages à avoir son propre label. Le premier, c’est que ça aide à maintenir sa prestance en tant qu’artiste sur le marché. Tu n’es pas qu’un artiste, tu es aussi gérant d’un label. Le deuxième avantage, c’est que bien évidemment, tu peux sortir ta propre musique au rythme que tu veux et tu n’as pas besoin d’attendre la réponse d’un autre label. Et bien sûr, tu n’as pas à donner 50% des royalties. (rires)

Vous êtes sur le circuit de la musique électronique depuis un long moment. Que pensez-vous de l’évolution de l’univers électro ces dernières années et notamment de la techno ? Partagez-vous le point de vue de Carl Cox ?

La techno devient de plus en plus grande au cours des années. Donc toute l’industrie autour devient plus grande et bien sûr plus professionnelle. Alors oui, c’est bien de voir autant de gens venir aux festivals, mais parfois, on a l’impression qu’une partie d’entre eux ne vient pas parce qu’ils aiment réellement la musique, ils viennent plus ou moins parce que la techno est à la mode en ce moment et c’est juste la fête où il faut être. Ça a beaucoup changé au cours des années et comme Carl l’a dit, des fois ça a l’air plus important pour les gens de filmer et de partager ce qu’ils font au lieu de juste se laisser entraîner par la musique et s’amuser. Mais ce sont les temps modernes et nous sommes sensiblement contrôlés par nos réseaux sociaux.

Parlons un peu de vos lives à venir. Vous serez à l’ADE en octobre pour deux showcases, puis vous vous rendrez sur le continent américain pour divers concerts. Qu’attendez-vous de ces événements ?

L’ADE, c’est généralement un très bon moment. Tu peux rencontrer tellement de gens et d’amis qui travaillent dans l’industrie de la musique et bien-sûr aller à des tonnes de fêtes avec de supers artistes pendant ces quelques jours. Nous avons deux super soirées et nous sommes vraiment impatients pour le show à Thuishaven avec notre pote Karotte et bien sur tous les autres comme Paul Ritch, Bart Skils, Gregor Tresher et Wigbert. Comme vous l’avez dit, nous sommes aussi impatients de revenir aux Etats-Unis, car ça fait longtemps que nous n’avons pas joués là-bas. Nous venons de signer à la Bullitt Agency d’Amérique du Nord. Nous avons l’impression que ça va grossir avec nos shows à Boston, Dallas, Vegas, Miami, Orlando, Los Angeles et d’autres à venir. Bien sûr, nous espérons que tous les shows seront incroyables et que toute la tournée sera incroyable pour nous vu que nous allons voir des endroits et des clubs que nous n’avons jamais vu auparavant.

Nous avons appris que vous passeriez à l’ADE devant un panel. Est-ce que vous avez déjà travaillé pour des films, des publicités ou des séries TV auparavant ? Quelles sont les différences entre ce travail et la vie de DJ ?

Ce sera la toute première fois que nous ferons quelque chose comme ça. Nous n’avons absolument aucune expérience et c’est ce qui le rend plus intéressant. Si nous produisons une musique, on commence et on sait ce qu’on a à faire. Pour cela, nous avons reçu une sorte de publicité avec absolument aucun son dessus pour lequel nous devons créer une partie d’une musique pour la présenter à un panel contre d’autres artistes. Nous n’avons pas commencé à travailler dessus pour l’instant, mais la première chose que nous ferons sera sans doute de penser à quels sentiments ou émotions devront être transmis par la musique. Ce sera très excitant pour nous.

Enfin, quel serait le meilleur conseil qu’on pourrait vous donner ?

Faites le bien ou ne le faites pas du tout !


Hi Guys! Could you introduce yourself for those who might not heard about you ?

We are Kaiserdisco, a DJ and production duo based in Hamburg, consisting of Frederic Berger and me, Patrick Buck. We have been producing techno music for about 10 years now together and spend the weekends traveling to gigs. During the week days we have a full working day in the studio and also run our two labels KD Music and KD RAW. It keeps us busy !

This is the basic question of our website, what is your definition of the electronic music ?

All kinds of music that you can produce on your own, only with a computer and other electronic machines like synthesizers or drum machines, whether if it’s chill out, ambient, house or techno. Even modern pop music is mostly electronic music at the end, even if it does not sound very electronic sometimes. Growing up we both loved the music from bands like Depeche Mode which sounded obviously very electronic. So, these influences led us probably to the music we are producing now, which was minimal at the beginning, then tech house and finally techno.

Your duo has been formed in 2008. Could you tell us more about your beginning in the electronic music and how did the two of you united ?

Both of us started DJ’ing already, when we went to school. I was also doing my first production at that time and started to work as a producer at the age of 20, doing productions for many artists and projects until Frederic and I met in a club in our hometown Hamburg back in 2008. He was part of the duo « Nudisco » and I was 50% of « Kaiser Souzai ». As you can see that’s the reason why our name is Kaiserdisco, we just took the Kaiser and the disco and put it together. We only had a quick chat in that club and decided to meet in my studio to do what became our first collaboration. After finishing the first track we realized that we’ve had so much fun in the studio and there was such a good vibe, that we just went on with the next production and Kaiserdisco was born.

How could you describe your music style and its evolution during the years ?

We play and produce mainly techno music. Always groovy and forward driven, not too hard and not too dark. Our sound changed over the years little by little, from tech house to straight techno.

What do you think the next big style of music is going to be ? There always seems to be a trend, what do you think will be coming round next ?

First of all, we are more than happy that EDM is disappearing gradually. That was definitely something that we never understood. At the moment techno is quite big but also tech house with events like for example Elrow. We are of course no clairvoyants but if we look the current success of Adam Beyer and Bart Skills « Your Mind » track, it’s clear that this kind of techno with some really catchy vocals is becoming much loved. It’s a track that definitely has potential to reach the masses.

You have released your new EP Form/ Figure on August the 27th. Could you tell us more about it ?

In our opinion it’s a nice two tracker which works perfectly on the dancefloor. The tracks are a bit deeper, but as always still very groovy and forward driven. We have been playing them for quite a while already always with very good reactions from the crowd. « Form » is a straight techno track with a little ring modulated melody and a subtle baseline which reminds a little bit of a didgeridoo. « Figure » comes up with a little hypnotizing alert sound played by a distorted techno trumpet, followed by an industrial metal stab until it comes to the drop where both sounds are building it up together again, so that you can’t wait until the bass drum kicks in again.

Do you think starting your own label is a wise idea for smaller artists ? They are hard work and can also be expensive, so what’s the benefit for running one ?

In our opinion it makes more sense to wait until your own artist name is well known and established in the market. If the people know you as an artist already it is much easier to start a label, as all DJ’s and fans will have an eye on the launch of the label and will probably listen to the first release. There are two major benefits for running a label. The first one is that running a label helps to corroborate your standing as an artist in the market. You are not only an artist, you are also a label owner. The second benefit is of course that you can release your own music on your own imprint and you don’t have to wait for an answer if any other label owner will sign or possibly deny it. And of course, you don’t have to give away 50% of all incoming royalties (haha).

You are in the world of electronic music for a long time. What do you think of its evolution during the past few years, especially for the Techno style? Are you sharing the same point of view as Carl Cox ?

Techno became bigger and bigger during the last years. Also, the whole industry around it became much bigger and of course much more professional in turn. Of course, it’s nice see that so many people are coming to the festivals and events but sometimes it feels, that many of them are not coming because they really like the music, they are more or less just coming because techno is hip at the moment and it’s just the party that you have to go to. It’s changed a lot over the years and as Carl said sometimes it seems to be more important for the people to film and share what they are doing instead of just going for the music and to enjoy themselves. But that’s modern times and we are seemingly controlled by our socials.

Let’s talk about your shows to come. You will be at the ADE in October for two showcases, then you will go to America for many gigs. What are your expectations for those events ?

ADE in general is always a great time. You can meet so many people and friends working in the music industry and of course you have tons of parties with great artists during this few days. We have two fantastic parties and we are really looking forward to the gig at Thuishaven with our buddy Karotte and of course all the others like Paul Ritch, Bart Skills, Gregor Tresher and Wigbert.

As you said we are also looking forward to come back to the US, as we haven’t played there for quite some time. We just signed to The Bullitt Agency for North America, and it looks like it’s going to be a bigger tour with shows in Boston, Dallas, Vegas, Miami, Orlando, Los Angeles and more to come. Of course, we hope and expect that all shows will be amazing and the whole tour will be exciting for us, as we will see some places and clubs where we haven’t been before.

We heard that you’ll be on a panel at ADE about Sync work. Have you done any work with films, advertising or TV shows before? How does this work compare to the DJ lifestyle?

This is the very first time for us to do something like that. We have absolutely no experiences and that’s what it makes it so interesting. If we are producing a track, we just start and know what we have to do. For this Sync work we received a sort advertising film with absolutely no sound on it, to which we have the mission to create a piece of music to present to the panel against other artists. We haven’t started work on it yet, but the very first thing will probably be to think about what kind of feelings and emotions should be expressed and portrayed by the music and the effects that we have to create. Will be very exciting for us.

Finally, what’s the best piece of advice that someone gave you?

Do it right or don’t do it at all.

 

Préparation : So’ / Traduction : Wag / Montage : So’

 

       

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s