Tchami – Year Zero [Confession]

© Tchami

C’était sans aucun doute l’un des albums les plus attendus de l’année au sein de la communauté électro. Après avoir dévoilé 6 singles durant l’année, Tchami livre enfin au public « Year Zero » : un premier album musicalement riche et plaisant !

Sur cet album, Martin Bresso continue l’ouverture musicale entrevue sur l’EP « Revelations » , en poussant le curseur encore plus loin. En effet, on découvre tout au long de l’album de nouvelles facettes de sa musicalité : le ton est donné dès l’intro « Heartless », une collaboration avec Chace faisant la part belle aux synthés vintages et à une vibe plutôt posée. Un esprit que l’on retrouve également sur le très feel good « The Light » ainsi que l’outro « Damaged Hearts » en compagnie de la légende Todd Edwards, créant la surprise avec une synthpop mélancolique.

On découvre également un aspect plus Pop, que ce soit l’envoutant « Ghosts » porté par la magnifique voix de Hana, le plus dansant « Sweet Savage » avec BloodPop (le producteur exécutif du dernier album de Lady Gaga) ou des titres à l’intention radio-friendly plus assumée comme « Proud », « Rebirth » et « Ain’t That Kind Of Friend ». Le genre de titres où le songwriting a une place très importante, transmettant ainsi d’autres émotions. Tchami n’hésite pas à ralentir le tempo sur « Shine On », où les influences French Touch sont mises au servcie d’une vibe plus chill et feutrée, et flirte même avec le hip-hop en conviant sur « Praise » l’un des rappeurs les plus prisés du moment : Gunna.

Toutes ces ouvertures musicale sont très intéressantes, mais habilement amenées car restant dans le fil rouge de l’album. « Year Zero » reste un album fait pour danser et taillé pour les clubs. Certains titres sont mêmes plus puissants et festival-friendly : impossible de passer à coté de « Monseigneur », un banger Bass House survolté produit avec Tony Romera, ou encore une intéressante collaboration avec Zhu sur « All On Me ». Un titre ou les breaks envoutants contrastent avec des drops aux synthés puissants et gras. Le groove reste une constante sur cet album, et les titres les plus clubs en sont de belles démonstrations : du minimaliste « Born Again » (co-produit avec DJ Snake) au très French Touch « Buenos Aires » en passant par l’excellent « Faith », mêlant habilement des mélodies subtiles et un groove aussi marqué que dansant.

Pour résumer, « Year Zero » est l’aboutissement de nombreuses années de travail. Tchami est parvenu a affiner son identité artistique et à développer différentes nuances, le tout sans suivre les grandes tendances. Un album cohérent, qui ne rentre pas dans la course aux bangers mais cherche à être plus personnel et intemporel, et s’impose comme un des indispensables de l’année !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s