Four Tet – Anna Painting (EP)

Il y a quelques temps, nous écrivions sur la productivité inhabituelle de Four Tet en cette année 2019, représenté par le single Dreamer. Il nous était donc impossible de rater l’opportunité de parler de son dernier EP Anna Painting, sorti tout de même le 29 Août, mais dont la qualité méritait de s’y attarder. Toujours sous l’égide du label Text Records du producteur londonien, ces 3 morceaux décris par beaucoup comme étant Ambient se révèlent être bien plus rythmés qu’il n’y parait.

Lahaina Noon par exemple, se dirige bien plus vers une House breaké, commençant par ce jeu de percutions qui ne s’arrêtera jamais. Quelques notes mélodieuses, un petit synthé accompagne la mise en route de ce mouvement qui sera quasi perpétuel. Puis, le minimalisme… avant que peu de temps après l’ensemble de ce qui compose le morceau s’imbrique sans difficulté.

En dernier se trouve Breath le fameux morceau Ambient de Kieran Hebden (aka Four Tet). Morceau bercé tout du long par des notes de ce qui semble être un orgue. Le son nous transporte tranquillement tout en progression dans une ambiance de voyage stellaire. Bien loin d’être mauvais, le tout ressemble à un certains nombre de tracks du même style, gachant un « chouia » l’expérience.

Mais la véritable merveille réside en Anna Painting, la track éponyme qui fait passer l’EP du rang de « sortie sympa » à véritable oeuvre d’art. Déjà, on reconnait aisément la patte du maître (rythme breaké, samples, textures, choix des caisses, des notes, des mélodies..) et le tout fonctionne. Un sample de voix claires, un démarrage tout en saut avec une nappe vrombissante : oui, on progresse. On progresse jusqu’à ces notes incroyables de ce qui doit être une harpe. Véritable pause dans la mouvance du morceau, laissant place uniquement aux notes et à la mélodie, on se retrouve comme suspendu dans l’attente d’un kick salvateur. On s’envole petit à petit, hypnotisé par cette harpe, pour soudain retomber sur ses pieds, suivant de plus belle cette démarche Breakbeat des plus agréables.

2019 restera à jamais comme une belle année pour le producteur londonien. Souvent discret, il est sorti indubitablement de sa coquille pour nous faire vibrer au son de sa maîtrise et de son art. Anna Painting, certainement plus le morceau que l’EP d’ailleurs, restera comme une des pépites de cette année.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s