USX invite le Sziget et le Balaton à Bruxelles !

© Facebook : USX

Le Sziget Festival, le Balaton Festival, deux grands noms en Europe ! Afin de promouvoir ces deux événements, le jeune USX est devenu l’un des résidents et propose une expérience plutôt musicale : recréer l’atmosphère de ces deux festivals au beau milieu de Bruxelles ! Rien de mieux que l’organisateur lui-même pour présenter son concept :

Salut USX, peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas ?

Salut, alors je m’appelle USX,  ou plutôt Yves-Emmanuel. J’ai 27 ans et 10 ans derrière les platines. J’avais un job avant et j’ai tout quitté pour la musique. Je suis percussionniste, j’adore les livesets et j’aime bien la House et la techno.

Tu lances ta soirée Balaton vs Sziget. La première édition a lieu le vendredi 12 avril à Bruxelles. Peux-tu nous expliquer le concept en quelques mots ?

Cela fait déjà trois ans qu’on organise ces soirées mais avant, on les appelait les Sziget party car je travaillais exclusivement avec le Sziget. Cependant, on a remarqué que les gens sont quand même assez bouillants pour la musique techno. Donc, on a réfléchi à un autre concept car c’est toujours bien d’évoluer. Cette année, c’est la première fois qu’on lance un événement Balaton vs Sziget et on y retrouvera une ambiance mélangeant de l’ultra Underground Techno et de la House Music.

Quel lien entretiens-tu entre ces deux géants festivals et ton projet USX ?

Tout d’abord, un grand merci à l’équipe du festival francophone. Avant, c’était uniquement français mais désormais, ils jouent sur le côté franco-belge. C’est le grand patron qui m’a donné l’occasion d’y mixer, à l’époque où j’avais un groupe. Puis après une longue discussion, on s’est dit « Pourquoi ne pas organiser des soirées promotionnelles ? ». Dès lors, on s’est fixé sur le Sziget. Ensuite, comme cette grande famille du Sziget organise également le Balaton et que je mixe aussi là-bas, nous avons rassemblé les deux et nous faisons la promo des deux festivals.

Ça ne doit pas être facile de lancer un tel projet… On suppose que tu t’es entouré́ ?

Alors, il y a deux grandes personnes qui sont Andrash qui est le big boss et Yannick qui a toujours été là. Ce sont eux qui m’ont toujours aidé et poussé. Et maintenant, il y a tous les DJ’s qui commencent à rentrer petit à petit dans la famille. Mon pote depuis toujours entre guillemets, SVB, qui a commencé à lancer un peu ce concept de lui-même : avoir deux Belges qui mixent ensemble quasi sur tout le festival. Il faut savoir que la première année où on a mixé avec SVB, en B2B, on faisait cinq heures de mix minimum par jour. C’était hard (rires). D’abord on a commencé avec le nom « Apéro ». Puis, j’ai voulu vraiment mettre un vrai nom sur la scène et là on a transformé le nom. Et désormais, on part sur les « Jardins Magiques ». On doit rester avec un nom français puisqu’on a une organisation franco-belge.

Tu as invité quelques artistes talentueux tels que Hushkin et Nora Matisse pour cette première édition. Pourquoi ce choix ?

Selon moi, Nora Matisse représente la musique en Hongrie. La Techno s’est fort développée là-bas. Mais moi j’ai eu un coup de coeur quand je l’ai vue jouer sur la scène Heineken, le même jour que Stéphane Bodzin, Camelphat etc.. Bref,  j’ai adoré ses choix musicaux et son attitude.. Elle m’a invité directement à aller boire un verre dans les backstage alors que je la connaissais ni d’Ève ni d’Adam. Il y a vraiment eu un match sur le plan musique mais aussi sur le plan humain. Elle est déjà venue jouer à Bruxelles et on s’est marré comme des fous. De plus, c’est quelqu’un qui aime profondément la musique et qui n’est pas très orientée commercial etc. Pour Hushkin, c’est mon coup de cœur Techno de cette année. J’ai écouté sa track « Hoba » et je me suis dit «Le mec il a tout compris». C’est beau, ça fait un peu un côté Hans Zimmer mais avec la techno. Il n’est pas à la recherche du succès comme tout le monde, il a l’amour de la musique avant tout !

Combien de scènes as-tu mis en place ?

Il y aura deux scènes. Avec la première, on part sur une ambiance House, Ibiza avec une musique à la Carl Cox et à la Black Coffee. D’office, tu t’imagines sur une plage, à profiter d’un gars qui mixe et qui met de la bonne musique. Pas trop commercial, vraiment House, Techno. La seconde sera plus Techno musicale, avec Maslan pour une Techno généralise. Ensuite avec Hushkin avec son univers bien à lui et Nora Matisse pour une Techno plus féminine.

Quels arguments aimerais-tu mettre en avant pour les personnes qui nous lisent ? Pourquoi doivent-ils impérativement prendre leur billet ?

Premier argument, c’est avoir des DJs qui vont sourire toute la soirée. On est une bande de potes, on se marre derrière nos platines et ça se reflète dans le public. Les gens adorent. Deuxièmement, c’est aussi une occasion de voir ce qu’une scène au Sziget apporte musicalement parlant. Ensuite, le Bazar, la boîte où se déroule l’événement, c’est une ambiance très libre. Pas de dresscode etc… C’est l’ambiance du Sziget !

Parmi les partenaires de l’événement, on peut voir NRJ ! Comment décrocher un partenariat aussi prestigieux ?

NRJ est là depuis la première édition. C’est le plus gros partenaire radios des deux festivals. Donc c’était hyper simple de les avoir pour la soirée. Ils nous aident à fond avec le spot radio qui tournent beaucoup etc. Ensuite, on a Valliue et on vous aime (rires) ! On est aussi en contact avec Brusselslife.be qui me suit depuis le début et qui s’implique beaucoup sur Bruxelles et la vie nocturne.  

Avoir des partenariats médias, c’est indispensable pour promouvoir son événement ?

Dans la communication événementielle, j’ai déjà tout testé ! Bruxelles est un terrain compliqué pour promouvoir une soirée. Sur Facebook, tout est en chute car les gens qui disent qu’ils participent, ne participent pas. Les types qui mettent intéressés, c’est juste pour se la raconter. Même avec les médias traditionnels, c’est difficile. Les flyers par exemple, ça ne marche pas. Les gens ne prennent pas ton flyer et se disent « Ok je viens à ta soirée ». Non, ça ne fonctionne pas (rires). Cela fonctionne peut-être dans les autres villes, mais pas ici à Bruxelles.

On suppose que l’un de tes autres objectifs, c’est d’inscrire cet événement dans la durée ?

Il faut savoir que les scènes au Sziget Festival ne sont pas toutes gérées par le festival. Il y a des mécènes qui organisent donc leurs propres scènes, avec infrastructures etc.. Donc moi, si je veux faire cette scène, c’est mon investissement  propre. Cette soirée sert donc à financer notre scène en Hongrie. On doit assurer pour la qualité du son, des festivaliers, des DJs etc.

Merci d’avoir répondu à nos questions, as-tu un dernier message à faire passer ?

A tous ceux qui veulent lancer un projet, qui croient que ce n’est pas facile etc. Lancez-vous ! Pour moi, tout vient justement d’un verre avec un gars, et cette personne m’a boosté. Résultat, je suis maintenant un des représentants belges du Sziget et c’est plutôt cool. Tout le monde doit tenter sa chance !

Lieu : Bazaar Brussels

Date : 12 avril

Genre(s) : Techno, House Music

Plus d’infos : Billetterie – Evénement

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s