Interview : Uppermost

30729342_10155628288833251_1946072509568778240_n
© Laguna Photography

Nouvelle interview sur Valliue… Nous avons posé quelques questions à Uppermost ! Le producteur parisien évoque entre autres l’évolution de sa musique, son dernier album, son label ainsi que la scène électro française ! Retrouvez ses propos ci-dessous : 


Salut Uppermost, peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas encore ?

Hello, avec plaisir. Moi c’est Behdad (aka Uppermost). Je suis compositeur de musique électronique depuis une dizaine d’années.

C’est la question de base de notre site, quelle est ta définition de la musique électronique ?

Selon moi, c’est la possibilité de créer toute forme de musique à partir d’instruments électroniques, ou par le biais de traitements électroniques d’instruments acoustiques. C’est un univers de possibilités infinies, de combinaisons nouvelles.

Il y a maintenant plusieurs années, tu as fait le choix d’arrêter tes études pour te lancer dans la musique, que dirais-tu aux personnes qui hésitent à tout arrêter pour leur passion ? 

Ce choix est singulier, selon moi il n’y a pas de règle. De mon côté, j’ai continué mes études en parallèle pendant sept ans pour pouvoir développer mon projet sans subir trop de pression, même si j’avais la conviction profonde de ne vouloir dédier ma vie qu’à la musique depuis le premier jour. En tant qu’indépendant, c’est ce qui m’a permis de prendre du recul et ne pas me précipiter dans des choix « alimentaires » qui auraient définitivement mis en péril mon intégrité artistique.

À partir de ce moment là, tu as enchaîné les releases, les albums. Selon toi, quel est le moment où ta carrière a pris un grand tournant ? 

Je dirais que c’est au moment où j’ai sorti l’album « One » en 2012 que les choses ont pris une nouvelle dimension. C’est grâce au soutien du public, au bouche à oreille et au partage que le projet en est là aujourd’hui.

Ces releases sont d’ailleurs sur le label que tu as créé, Uppwind Records, pourquoi avoir choisi de créer un label ? Comptes-tu y intégrer d’autres artistes ou autres jeunes talents un jour ? 

Mon indépendance artistique est quelque chose qui m’a toujours tenu à cœur, car je pense que c’est la liberté fondamentale qui permet l’émancipation de tout artiste sur le plan humain. J’ai avant tout créé mon label pour pouvoir sortir les morceaux auxquels je croyais sans devoir être à la merci d’une direction incohérente et arbitraire. À terme, j’ai la volonté de promouvoir des talents sur mon label, leur donner l’opportunité d’exprimer pleinement leur passion sans être contraints de se conformer aux modes.

Il y a de cela 6 ans tu sortais un remix du titre « Appreciate » du duo Norvégien Lemaitre. A l’époque vos directions artistiques étaient assez proches (avec notamment une réelle influence French Touch à la Justice). Depuis, ils ont explosé aux yeux du grand public en s’orientant vers des sonorités plus pop. Penses-tu qu’il faut forcément rentrer dans le moule de l’industrie musicale actuelle pour voir sa notoriété grandir ? 

Au même titre que les médiums virtuels et les nouvelles technologies qui évoluent à une vitesse extraordinaire, la musique est à la merci de cette saturation de l’industrie par du contenu qualitatif toujours plus noyé dans du contenu éphémère. Je pense que tout est d’abord question de volonté d’expression artistique. Pour ma part, je reste convaincu que la notoriété à elle seule ne peut pas faire le bonheur d’un artiste, elle doit être en cohérence totale avec sa singularité, sa sensibilité, sa vision.

Tu es donc présent sur la scène électronique depuis de nombreuses années maintenant, que penses-tu de son évolution ? Notamment de la scène électronique française ? 

Il y a beaucoup de talents en France et dans des registres assez variés, ça fait plaisir de voir que de nombreux artistes même peu ou pas reconnus aient le goût de l’indépendance en revendiquant leur singularité à travers leur signature sonore.

En parallèle, ta musique a également évolué. Comment décrirais-tu ta musique aujourd’hui ? Tu l’aurais décrite de la même manière il y a quelques années ? 

Je dirais que la trame de fond de ma musique est toujours inspirée par les émotions profondes que je cherche à partager, même si au fil des ans sa forme a beaucoup évolué.

Tu viens de sortir ton album “Perseverance”, peux-tu nous en parler ? 

À travers ce nouvel album, j’ai cherché à communiquer une dimension primordiale qui est à l’essence de mon projet. Le pouvoir de la volonté, la capacité à surpasser n’importe quel obstacle si on s’en donne les moyens sur le long terme.

Dans cet opus, on peut entendre de multiples sonorités (French Touch, Hip-Hop, ambient et même rock, entre autres). Quelles ont été tes influences artistiques pour le réaliser ? 

C’est vrai que cet album symbolise bien la variété des univers qui m’inspirent, j’ai beaucoup de mal à concevoir ce que j’écoute en terme de genres : disons qu’il y a la musique qui me parle instinctivement et celle qui ne me fait rien. Mais pour te répondre j’ai beaucoup écouté de morceaux dans la vague Hip-Hop, Big Beat, Folk et Pop autour de la composition de l’album.

Tu es parti faire une tournée de cinq dates aux Etats-Unis. Cela fait quoi de jouer là-bas ? 

C’est un plaisir immense après toutes ces années de rencontrer un public que j’apprécie profondément, le souvenir de l’atmosphère de chaque ville restera longtemps gravé dans ma mémoire.

Au Point Éphémère à Paris, tu avais fait une prestation live. Selon toi, qu’est ce que le live apporte de plus que le DJ set ?

C’est une forme de performance radicalement différente à mon sens, le format du DJ set est avant tout lié à un univers dansant et festif alors que le live permet une expression plus spontanée et diverse.

Tu viens tout juste de sortir un album, mais quels sont tes autres projets pour l’année à venir ?

Pour les prochaines semaines, je bosse sur un concept de création de morceaux en live que j’avais commencé à développer dans mon home studio. Hâte de partager ça !

Merci d’avoir répondu à nos questions. Un dernier message à faire passer ?

Merci à Valliue pour l’interview et pour le soutien !

 

Préparation : Ben, So, Wag 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s