SebastiAn – Thirst

Le nouvel album de SebastiAn, c’est forcément un événement. 8 ans se sont écoulés depuis son précédent opus Total. Et durant cette longue période, le membre du crew Ed Banger n’a pas chômé, en se mettant au service des autres. Charlotte Gainsbourg, Philippe Katerine, ou encore la bande son du défilé d’ Yves Saint Laurent lors de la dernière fashion week. Une chose est sûre, l’originaire de Boulogne-Billancourt s’arrache. Alors lorsque Thirst fût annoncé en mai dernier  nous nous sommes mis à attendre patiemment le 8 novembre. Tiens ca tombe bien, le jour de gloire est enfin arrivé.

L’opus commence fort, très fort. L’enchainement « Thirst » (dont vous trouverez notre avis détaillé ici), « Doorman« , « Movement » est extrêmement violent. Ces trois compositions sont oppressantes, à grands renforts de synthés gras et saturés, faisant toujours leur petit effet. Puis vient une version de « Better Now » plus longue que celle précédemment dévoilée. La première minute de chœurs ajoute une réelle plus value à ce titre envoutant et qui connaît un certain succès actuellement.

Le répit fût court car la 5ème piste est la collaboration très attendue avec Charlotte Gainsbourg. Et alors qu’on aurait pu imaginer une track plus légère, « Pleasant » est en fait une composition extrêmement lourde. Une bassline très agressive superbement accompagnée par un vocal presque chuchotant de la chanteuse française. « Yebo » prend la suite et les intentions sont toutes autres. Un vocal plus orienté rap mais avec une production toujours aussi effrénée. Un rythme qui ralentit fortement pour « Sev » qui met plus l’accent sur un Sound Design profond et complexe.

L’enchainement « Sweet« , « Sober« , « Time To Talk » permettra de reprendre son souffle. La qualité de production est toujours exceptionnelle mais les rythmiques, plus lente,s nous touchent moins que les tracks précédemment abordées. Puis viens une des pistes parmi les plus marquantes de Thirst. La sublime « Beograd » déjà dévoilée en juillet dernier nous fait planer avec des chœurs profonds lors des breaks et dégage une grande euphorie lors des drops. Un morceau qui évolue continuellement et nous prend aux tripes pendant presque 6 minutes.

La fin de l’opus jouera avec nos émotions en étant tantôt enjoué et enivrant avec « Handcuffed to a Parking Meter« , suivi directement de la très profonde « Devoyka » sur laquelle les instruments organiques nous plongent dans une mélancolie profonde. Enfin la sublime « Run for Me » clôture Thirst de la plus belle des manières. La prestation vocale de Gallant est magnifiée par une production de haute volée. Entre la distorsion de la voix, la reverb, les notes de pianos, on ne sait pas ou donner de l’oreille.

Thirst est l’un des albums les plus complets que nous avons pu écouter cette année. Les 14 pistes sont toutes d’une qualité assez incroyable. Certaines nous marquent plus que d’autres, mais toutes trouvent une écho particulière. Aucune ne se ressemble et au moment où les dernières notes de « Run For Me » résonnent nous avons l’impression de finir un voyage superbement orchestré. Quel album !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s