Interview Vandal


vandal5NB

Cela fait « longtemps » que nous ne vous avions pas partagé une interview… Voila chose faite, et pas n’importe laquelle ! En effet, c’est Vandal qui nous a fait le plaisir de répondre à nos questions ! Le roi de la Raggatek nous parle, entre autres, de son mélange Reggae/Hardtek, de free party ainsi que de ses performances live. Découvrez l’intégralité de notre interview ci-dessous :

Salut Vandal ! Pouvez-vous vous présenter pour ceux qui ne vous connaissent pas ?

Salut tout le monde, mon vrai nom est Simon, j’ai 31 ans et je suis de Bristol, au Royaume-Uni. Je suis DJ et fais des free parties depuis l’âge de 15 ans. À l’heure actuelle, je gère le label Kaotik Records, qui essaie activement de promouvoir la musique underground.

C’est la question de base du site… Quelle est votre définition de la musique électronique ?

Ma définition de la «musique électronique» est la musique qui vous donne envie de danser ! Des gros beats et des basses conçues pour les soundsystem. La musique qui vous fait voyager et qui peut toucher de nombreuses personnes grâce à l’utilisation créative de fréquences.

Comment as-tu choisi ton nom de scène ?

Le nom « Vandal » était mon vieux surnom dans mon premier job. Quand j’ai commencé à travailler à 16 ans, j’ai réussi à briser beaucoup de choses… Alors ils m’ont appelé Vandal ! Après cela, ce nom est resté !

A quel moment as-tu voulu lier hardtek et reggae ?

Mes premières expériences / idées pour mélanger les 2 styles ensemble étaient quand j’ai commencé à écouter TekNoLogique (TNL) Records par Gotek. J’ai aussi trouvé Vinka, MSD, Guigoo, Arobass et Zone 33. Ces artistes ont influencé mon son d’une grande façon avec leur mélange de Tribe et Reggae, ce fut une véritable révélation pour moi. A l’époque, j’ai aussi beaucoup écouté de reggae / dancehall, alors la combinaison des deux était la prochaine étape logique. Le problème était que je n’avais pas beaucoup d’expérience en termes de production ! Il m’a fallu apprendre près de 10 ans après çà, pour finir quelque chose me satisfaisant.

Ton morceau le plus connu est « Mr. Politician », où tu reproches les faits d’un homme politique. Tout  ça accompagné d’un rythme hardteck bien évidemment ! Peut-on en savoir plus sur cette musique ?

Cette track est chantée par l’anglais Mark « YT » Hull. Je voulais remixer ce morceau en raison du message qu’il contient. Un message pour ne pas être un mouton dans le système, pour poser des questions et demander des réponses aux gens qui contrôlent nos vies pour leurs propres bénéfices. Espérons que, grâce à la musique, les gens peuvent avoir une certaine compréhension de ce qui se passe réellement dans le monde.

Tu joues régulièrement en free ! Ces mouvements sont mal vus et des festivals réglementés sont annulés petit à petit… Que penses-tu de cette répression abusive ?

En tant que membre actif de la scène Free Party au Royaume-Uni depuis plus de 15 ans, je peux dire qu’il est devenu très difficile de faire ce type d’événements. Il y a beaucoup d’oppression policière ici et aussi en Europe. Même si il y a beaucoup de gens déterminés qui essaient de faire de bons évènements, sûrs et exempts de problèmes, la scène a été de plus en plus opprimée au fil des années. Cela me désole et je pense que nous devrions être autorisés à une alternative aux soirées plus mainstream. Les gens devraient décider eux-mêmes de ce qu’ils veulent et ne pas être isolés et stéréotypés en raison de leurs points de vue et styles de vie.

J’ai pu voir tes performances live plusieurs fois, par exemple au Garorock 2015 ou à l’Inox Club (Toulouse). Tu préfères jouer en festival ou en boite de nuit ?

Pour être honnête, je prends autant de plaisir pour les deux. Dans un club, c’est intime, vous pouvez rencontrer les fans facilement et vous créez un véritable lien avec eux. Lors d’un grand festival, c’est une très belle expérience, mais parfois vous vous sentez un peu isolé. Cependant, j’apprécie toujours les soirées où je joue !

Merci d’avoir répondu à nos questions ! Un dernier message à faire passer ?

Merci à tous mes fans pour le soutien, prenez soin de vous et des uns des autres. Je vous verrai bientôt sur le dancefloor!

(Propos recueillis et traduits par Valliue)


L’interview original ci-dessous :

Hello Vandal! Could you introduce yourself for the people who don’t know you?
Hi everyone, my real name is Simon, I am 31 and from Bristol in the UK. I have been DJing and making free parties from the age of 15. At present I run the label Kaotik Records, which is actively trying to promote underground music.
This is the basic question of the site… What is your definition of electronic music?
My definition of ‘electronic music’ is music that makes you wanna dance! Big beats and bass designed for professional audio soundsystems. Music that takes you on a journey and that can touch many people through creative use of frequencies.
How did you choose your stage name?
The name ‘Vandal’ was my old nickname in my first job. When I started work at 16 I managed to break a lot of things.. so they called me Vandal! After that the name kind of stuck!
At what point did you want to link hardtek and reggae?
My first experiences/ideas for mixing the 2 styles together was from listening to early TekNoLogique (TNL) records by Gotek. I also found Vinka, MSD, Guigoo, Arobass and Zone 33. These artists influenzed my sound in a big way with their mixture of Tribe and Ragga, it was a real eye opener for me. At the time I also listened to much reggae/dancehall music, so the combination of both was the logical next step. The problem was I didnt have much music production experience! It took me nearly 10 years after this point to learn enough to finish something I was happy with.
Your most famous song is « Mr. Politician », where you reproach the facts of a politician. All this accompanied by a hardteck rythm of course! Can we learn more about this music?
This track is sung by Mark ‘YT’ Hull from the UK. I wanted to remix this track because of the message it contains. A message to not be a sheep in the system, ask questions and demand answers from the people who control our lifes for their own profits. Hopefully through music people can have some understanding of what is really happening in the world.
You play regulary in free! These movements are frowned upon and regulated festivals are canceled gradually… What do you think of this abusive repression?
As an active member of the Free Party scene in the UK for over 15 years I can say that it has become very hard to make these type of events. There is much police oppression here and also in Europe. Even though there are many determined people who try to make good parties, safe and free from trouble, the scene has been oppressed more and more over the years. This saddens me and I feel that we should be allowed an alternative to the mainstream. People should decide for themselves what they want and not be isolated and stereotyped because of there views and lifestlyle.
I saw you live performances several times, for example in Garorock 2015 or Inox Club (Toulouse). You’d rather play in festival or nightclub?
To be honest I enjoy both the same. In a club its intimate, you can meet the fans easily and you get a real connection to them. At a big festival it´s a really great experience but sometimes you feel a bit isolated. However I always enjoy what ever party I play!
Thank you for answering our questions! A final message to share ?
Thank you to all my fans for the support, stay safe, look after one another. I will see you on the dancefloor soon!
Publicités

Une réflexion sur “Interview Vandal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s